Cameroun de Paul BIYA: y interpeller Alain Juppé devient un risque dans le Figaro

Jusqu'à ce soir (samedi 22 octobre 2011) le billet ci-dessous, dans lequel j'interpellais le Ministre JUPPÈ par rapport la mascarade électorale au Cameroun, était accessible sur la page que j'anime dans le figaro (comme soutien de François Hollande dans le cadre de la primaire socialiste).

http://plus.lefigaro.fr/page/joel-didier-engo.

Comble de stupeur, je suis surpris de constater sa suppression pure et simple à la suite de la confirmation du énième hold-up électoral du dicctateur Paul BIYA ( Présidentielle 2011: Paul Biya réélu avec 77,98), désormais officiellement reconnue par l'État français ("La France prend acte du résultat proclamé par la Cour suprême du Cameroun", diplomatie.gouv. )

 

Soutenir mordicus certaines dictatures d'Afrique noire, n'est-ce pas une faute d'une exceptionnelle gravité, monsieur JUPPÉ?


Des dictatures d'Afrique noire, qu'en dites-vous monsieur JUPPÉ?
Afrique noire, diplomatie, Printemps arabes, régimes autoritaires, soutienQuand aurez-vous (nous avec!) le courage de condamner la fuite en avant totalitaire et suicidaire du dictateur Paul BIYA (âgé de 78 ans, et à la tête du Cameroun depuis 30 ans)? alors même qu'il est entrain d’hypothéquer par son entêtement autoritaire, la paix durable dans ce pays exsangue; en perpétuant un énième hold-up électoral qui scelle définitivement l'avenir de millions de Camerounaises et de Cammerounais.
Ce qui vaut aujourd'hui pour les peuples arabes, ne s'appliquerait toujours pas à ceux d'Afrique noire?
On aimerait comprendre, monsieur JUPPÉ.
Joël Didier ENGO

Publié le 03 octobre 2011 dans http://plus.lefigaro.fr/page/joel-didier-engo.

http://francoishollande11e.free.fr/
L'auteur de cette "lettre ouverte à Paul BIYA" est aux arrêts au Cameroun depuis mardi 04 octobre au matin
Paul Biya, le dictateur a temps partiel, un portrait au vitriol dressé le 05 octobre par l'hebdomadaire satirique français "Le Canard Enchaîné"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.