TRACT DE SOUTIEN AUX MIGRANTS TUNISIENS LAMPEDUSA À PARIS

SOLIDARITÉ AVEC LA RÉVOLUTION TUNISIENNE ! HÉBERGEMENT ET PAPIERS POUR TOUS LES JEUNES MIGRANTS TUNISIENS DE LAMPEDUSA !

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant plusieurs semaines, le gymnase du 100 rue de la Fontaine au Roi a accueilli des jeunes tunisiens provenant de Lampedusa.


Arrivés en France après la révolution, ces jeunes migrants vivent dans des conditions de précarité extrême dans l’est de Paris. Soumis au harcèlement quotidien de la police, ils en sont réduits depuis plusieurs semaines à errer entre le square de la Villette, le parc de Belleville ou des lieux d’occupation précaire (36, rue Botzaris ; 51, rue Simon Bolivar …) d’où ils ont été également expulsés.


Cette situation humaine dramatique concerne à ce jour plus de 500 jeunes contraints de vivre dans la rue !!!


IL FAUT UN HÉBERGEMENT ET DES PAPIERS POUR TOUS !


Nous, membres du :


Tenons à affirmer notre fraternité et notre solidarité active avec ces jeunes travailleurs tunisiens et, au-delà, avec la révolution qui a débarrassé la Tunisie du tyran Ben Ali et de sa clique.


Considérons que le vaste soutien qui s’est exprimé en France à l’égard de la révolution tunisienne et plus largement des mouvements similaires qui ont touché de nombreux pays arabes et fait tache d’huile jusqu’en Europe et aux Etats-Unis, ne doit pas s’arrêter à de simples déclarations platoniques, mais se traduire en un grand mouvement de fraternité active envers ces jeunes et ces travailleurs.


Exigeons par conséquent du gouvernement Sarkozy-Fillon-Guéant qu’il cesse sa politique d’obstruction administrative et de harcèlement policier et qu’il respecte, comme il y est tenu, les engagements internationaux contractés par la France, en l’occurrence la Directive européenne de juillet 2001 sur l’applicabilité de la protection temporaire,, ainsi que les accords européens de l’espace Schengen. Aussi répressives et anti-démocratiques que puissent être ces dispositions à nos yeux, le gouvernement ne peut s’autoriser à les appliquer ou à les bafouer selon les circonstances, au gré de ses propres convenances et au mépris de la longue tradition d’amitié entre les peuples tunisien et français. Nous devons aujourd’hui assurer à ces migrants tunisiens arrivés légalement en France munis d’un document de séjour délivré par le gouvernement italien, la liberté de séjourner et de se déplacer, COMME C’EST LEUR DROIT, sur le territoire national.


Demandons à la Mairie de Paris de ne pas se décharger sur le gouvernement et d’assurer à TOUS ces jeunes des conditions d’hébergement et de vie décentes dans des locaux appropriés qui ne peuvent manquer dans une grande capitale comme Paris.


Dénonçons l’expulsion brutale et sans concertation, mais aussi sans aucune autre perspective des personnes installées dans un premier temps dans le gymnase de la Fontaine au Roi, à la demande du maire de Paris, alors même qu’il existe des lieux alternatifs.


Nous étonnons que les bâtiments du 36 rue Botzaris, que le nouveau gouvernement tunisien a repris au parti du tyran Ben Ali, ne puissent être mis par lui à la disposition de ses propres ressortissants en détresse.


Sollicitons des entrevues avec les maires des XIe et XIXe arrondissements ainsi qu’avec Mme Pascale Boistard, adjointe au Maire de Paris chargée de l’intégration et des étrangers non communautaires et M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris, afin de leur exposer ces revendications et envisager avec eux les moyens de les satisfaire dans les meilleurs délais.

 

ORGANISATIONS SIGNATAIRES:


– NOUVEAU PARTI ANTICAPTALISTE (NPA) 11E- LES ALTERNATIFS 11E – GROUPE DE SOUTIEN AUX JEUNES TUNISIENS DE LAMPEDUSA EUROPE ECOLOGIE LES VERTS (EELV) – ATTAC – PARTI DE GAUCHE (PG 11)


Où rencontrer les jeunes migrants? Parc de la Villette (M° Porte de le Villette) ; Face au 36, rue Botzaris ; Alentours du M° Couronnes


Où rencontrer les membres du Collectif? , sortie n° 2 rue de Belleville


Comment contacter le collectif? soutien.migrants.tunisiens.lampedusa@orange.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.