Cameroun: Le journaliste Ahmed Abba condamné à dix (10) ans de prison

Depuis le début de ces parodies de procès militaire, menées au nom de la nécessaire et légitime lutte contre le terrorisme, nous n’avons pas cessé d’attirer l’attention de la communauté internationale et particulièrement de la France, sur le détournement par le régime de Yaoundé de cet objectif par des purges systématiques infligées à des activistes, journalistes, et leaders d’opinion «dérangeant»

http://www.rfi.fr/afrique/20170424-cameroun-proces-ahmed-abba-condamne-dix-ans-prison-ferme

Le journaliste Ahmed Abba écope de 10 ans d’emprisonnement ferme pour « Blanchiment du produit d’acte terroriste »…

ahmed-abba-3

Le correspondant de RFI en haoussa à Maroua, Ahmed Abba (photo) dans le nord du pays a été notamment déclaré coupable de « blanchiment du produit d’acte terroriste ».

Il n’y a que l’imagination fertile d’un tyran pour faire germer une telle incrimination en détournant et instrumentalisant de la sorte la nécessaire et légitime lutte contre le terrorisme, dans le but non avoué d’exercer indirectement un ignoble chantage diplomatique sur sa puissance protectrice, La France.

Nous n’exigeons rien d’autre que la libération pure et simple du correspondant camerounais en langue haoussa de Radio France Internationale (RFI), Ahmed Abba.

Parce que nous ne pouvons nous résigner et nous taire devant la prise en otage d’un journaliste dans un processus de criminalisation assumée de sa profession par l’appareil judiciaire camerounais, avec une orchestration quasi parfaite (jusqu’ici) des séquestrations arbitraires à des fins politiciennes.

Monsieur Paul Biya, il est enfin temps d’y mettre définitivement un terme, pour l’honneur et la respectabilité internationale de l’État du Cameroun.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

logocl2p

http://www.cl2p.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.