Cameroun – Tribunal Criminel Spécial: rejet de la demande de mise en liberté de Pierre Désiré Engo

Juste pourrais-je implorer pour une fois les Camerounais à faire preuve de discernement, avant que certains se lancent à nouveau dans des élucubrations sur un énième procès contre mon père au Cameroun

En effet 25 000 000 000, fussent-ils de Francs cfa, ne se "planquent" pas sans la moindre trace dans un compte personnel au crédit lyonnais à Paris, compte bancaire connu de tous (notamment du Trésor public du Cameroun) puisque servant exclusivement pour le transfert des frais de mission du Directeur Général de la CNPS, lorsque celui-ci séjourne à titre officiel dans l'espace géographique européen.

Par auilleurs 25 000 000 000 de Fcfa, cela représente presque la moitié du budget annuel de la CNPS à l'époque où mon père Pierre Désiré Engo en était le Directeur Général (1983-1999).

Je me réjouirais presque que cette grossière imposture judiciaire se serve ou s'appuie désormais sur une institution bancaire française (en l'occurrence le crédit Lyonnais) pour broyer un homme désigné par un dictateur à la vindicte populaire depuis 1999, dans le cadre de cette affaire classée pour inconsistance/invraisemblance par la collégialité des juges camerounais dès 1999.

Cela me permet - au-delà de la souffrance infligée sans raison depuis bientôt 15 années à mon père (aujourd'hui âgé de 73 ans) - de mieux me retourner contre l'État du Cameroun, et singulièrement la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale à Paris.

Chacun est ainsi désormais dans son rôle.

Je vous remercie

Joël Didier Engo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.