Cameroun, Catastrophe ferroviaire d'Éséka: Rétablir Toutes Les Responsabilités!

Fanny Pigeaud, Médiapart: "Premier revers au Cameroun pour le groupe Bolloré : la commission d’enquête gouvernementale a établi «la responsabilité à titre principal» de sa filiale ferroviaire Camrail dans le terrible accident d’un train de voyageurs survenu en octobre 2016." Nous au CL2P, nous exigeons l'établissement de toute l'échelle des responsabilités, jusqu'au sommet de l'État camerounais.

https://www.mediapart.fr/journal/international/270517/accident-de-train-au-cameroun-la-filiale-de-bollore-reconnue-responsable

Paris le 27 mai 2017

Communiqué de Presse

esekacommissionyang
Photo: Les membres de la commission d'enquête décrétée par le dictateur Paul Biya (84 ans, 34 années de règne), constituée uniquement des ministres de son gouvernement

La publication des conclusions de la commission d’enquête créée par le Président Paul Biya à la suite du drame ferroviaire survenu à Eséka le 21 octobre 2016

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P), le Collectif des organisations démocratiques et de la diaspora camerounaise (CODE), et la Covergence Actions Bolloré (CAB) ont pris acte du communiqué du 23 mai 2017, signé par le Secrétaire général de la Présidence de la République du Cameroun, par lequel les principales conclusions de la commission d'enquête chargée de faire la lumière ont été rendues publiques. Parmi celles-ci:

  • Elles établissent clairement «la responsabilité à titre principal du transporteur, la société Camrail, filiale de Bolloré» - concessionnaire du réseau ferroviaire du Cameroun depuis le 1erᵉʳ avril 1999 - dans le déraillement du Train intercity n°152 le 21 octobre 2016 à Éséka.

  • Elles entérinent «les mesures envisagées par Camrail à l’effet d’indemniser les familles des personnes décédées et d’apporter une assistance financière aux blessés»; préconisant la finalisation de ce processus dans les meilleurs délais.

  • En conséquence, le Président Paul Biya a décidé de débloquer une somme de FCFA 1 000 000 000 (un milliard), soit 1,5 millions d'Euros, pour une assistance complémentaire à verser aux victimes de la catastrophe ferroviaire d'Éséka.

 

Nous, organisations de la société civile, déclarons:

  • N'avoir toujours pas eu connaissance de la teneur du rapport de cette commission d’enquête créée par le Président Paul Biya. À ce jour, nous ne disposons que du communiqué lu sur les ondes de la Cameroon Radio Television (CRTV).

  • Ne toujours pas connaître la liste définitive (bilan consolidé) des victimes de cette catastrophe. Sept (07) mois après de nombreuses familles sont encore dans l'attente de la dépouille de leurs proches.

  • Ne toujours pas connaître les termes et les conditions exactes d'attribution en 1999 de la concession de l’activité des chemins de fer camerounais à Camrail (filiale du groupe Bolloré).

 

Nous demandons:

1) Que toute l'échelle des responsabilités soit clairement établie jusqu'au sommet de l'État camerounais.

2) Que l'intégralité de la liste des disparus soit rendue publique et leur statut reconnu

3) Que l'ensemble des blessés de la catastrophe ferroviaire d'Éséka puissent bénéficier d'un suivi médical et psychologique digne de ce nom.

4) Que la société civile et des experts indépendants soient parties prenantes dans la manifestation de toute la vérité

Nous pensons en effet que c'est en remontant à la source de la convention de concession entre le Groupe Bolloré et l'État du Cameroun, que nous pourrons mieux rétablir l'échelle des différentes responsabilités dans le drame du 21 octobre 2016; des responsabilités qui ne pourront pas uniquement être imputables à Camrail (Bollloré) comme le laisse entendre le régime de Paul Biya. Tel est notamment l'un des buts poursuivis par la plainte du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) et le Syndicat professionnel des conducteurs de train du Cameroun (SPTC) actuellement instruite par le Doyen des Juges d’Instruction du tribunal de grande instance de Créteil, Mme Nadine Berthelemy-Dupuy.

 

Pour :

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) , Joël Didier Engo

Le Collectif des organisations démocratiques et de la diaspora camerounaise (CODE), Dr Jean Crépin Nyamsi

LaConvergence Actions Bolloré (CAB), Fabienne Debarge Engo

 

esekacommissionyang1

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.