Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

732 Billets

0 Édition

Lien 29 juin 2017

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Cameroun,Détention arbitraire: Inoni Ephraïm reconnu prisonnier politique par le CL2P

Conformément aux critères objectifs énoncés par notre organisation depuis sa création, l’ancien premier ministre du Cameroun Ephraïm Inoni figure dorénavant au nombre des prisonniers politiques camerounais, au regard notamment de sa condamnation inique avec l’ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République Jean-Marie Atangana Mebara par le TCS, rendue définitive par la Cour Suprême.

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://hurinews.com/cameroun-justice-inoni-ephraim-prisonnier-politique-selon-le-comite-de-liberation-des-prisonniers-politiques/

MM. Jean-Marie Atangana Mebara et Inoni Ephraïm, prisonniers politiques camerounais

Par Michel Biem Tong, journaliste, correspondant du CL2P au Cameroun

Hurinews.com

L’ancien secrétaire général adjoint à la présidence et ancien Premier Ministre Inoni Ephraïm fait désormais partie des détenus politiques défendus par l’ONG française vouée à la cause des détenus politiques en Afrique centrale, suite à sa condamnation décidée par la Cour suprême mardi 27 juin 2017.

« L’ancien premier ministre du Cameroun Ephraïm Inoni figure dorénavant au nombre des prisonniers politiques camerounais reconnus par le CL2P, au regard notamment de sa condamnation inique avec l’ancien Secrétaire Général à la Présidence de la République Jean-Marie Atangana Mebara par le Tribunal Criminel Spécial (TCS), rendue définitive mardi 27 juin 2017 par la Cour Suprême du Cameroun», peut-on lire sur le site internet du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P).

L’ancien secrétaire général adjoint N°2 fait donc désormais partie des détenus politiques camerounais défendus par l’ONG parisienne acquise à la cause des détenus politiques en Afrique centrale. Arrêté le 16 avril 2012, Chief Inoni Ephraïm est accusé du détournement de 1,7 milliards de F CFA dans le cadre de la gestion des créances de la défunte compagnie aérienne Cameroon Airlines.

Maintenu en prison sans preuve

Dans le premier volet de l’accusation, il est accusé du détournement de 283 milliards de F CFA dans le cadre de l’attribution d’un marché de gré à gré en procédure d’urgence au cabinet APM, société dont il était le président du Conseil d’administration. À aucun moment, la justice camerounaise n’a démontré qu’Inoni Ephraïm a «obtenu» ou «retenu» tout ou partie de ce pactole dans le cadre de ce marché qu’il n’a ni négocié, ni signé. Bien plus, celui qui a signé ce marché au nom du cabinet a été acquitté.

Inoni-Ephraim.jpg

L'ancien Premier Ministre Ephraïm Inoni

Pour ce qui être de l’autre volet de l’accusation, à savoir la distraction de 1,4 milliards de F CFA, il s’agit d’un montant débloqué par le ministre des Finances de l’époque M. Michel Meva'a m'Eboutou (oncle du dictateur Paul Biya et actuel secrétaire général du Sénat au Cameroun). Le destinataire qu’était le loueur d’avion australien Ansett a accusé réception des fonds.

Pourquoi le caractère politique de sa détention ?

D’après des informations concordantes recueillies par hurinews.com auprès d’anciens proches collaborateurs de l’ancien Premier Ministre, qui ont requis l’anonymat, Inoni Ephraïm aurait émis des réserves suite au limogeage en septembre 2007 des ministres de la Santé, Urbain Olanguena Awono, de l’Économie et des Finances, Polycarpe Abah Abah, et des Relations Extérieures, Jean Marie Atangana Mebara. Ces derniers ont été présentés par la presse locale comme des membres du G11.

Dans un câble diplomatique américain de Wikileaks du 22 février 2007, Ephraïm Inoni est considéré comme une personnalité « intègre, compétente et bien positionnée » parmi les potentiels successeurs de Paul Biya. De plus, le porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary , au cours d’une conférence de presse le 10 mars 2016  a déclaré sans ambages : « Je voudrais parler ici de la question relative aux procédures judiciaires visant certaines personnalités de premier plan, qu’il s’agisse de hauts commis de l’État ou de personnalités du monde des affaires, dans le cadre de la lutte menée par le Chef de l’État (et non par une justice libre et indépendante, ndlr)». De quoi démontrer à suffire le caractère politique de la détention d’Inoni Ephraïm.

Michel Biem Tong, journaliste, correspondant du CL2P au Cameroun

Hurinews.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss