Le formatage totalitaire des ressortissants d'Afrique centrale francophone

Que faire quand des autocrates s'avèrent incapables de reconnaître leurs défaites en "bons perdants" comme le font des démocrates dans de véritables démocraties? Attendre des jours et des jours qu'ils orientent et falsifient les résultats sortis des urnes en leur faveur, sachant les organes de supervision électorale inféodés à leurs pouvoirs? NON, et NON et NON. Il faut les marginaliser.

http://koaci.com/gabon-lapproche-resultats-jean-ping-tente-faire-exploser-cenap-101597.html#.V8Xo78cFnFt.facebook

bongo-pere-fils

LES PV DE L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AU GABON SONT ACCESSIBLES SUR GOOGLE DRIVE. VOUS POUVEZ LES CONSULTER LIBREMENT.https://drive.google.com/drive/folders/0B2mAomC6Ay3qSkdIQnMyZ2kyTGc

Gabon: cette poignante sortie d'un responsable de fédération du PDG

 

© Joelle Edédéghé Ndong

 

Par Alex Gustave Azebaze

Il est gabonais. Cadre du PDG, le.parti du président Ali Bongo.
Avons-nous le droit de nous sentir plus Bongoistes ou "gabopatriotes" que des responsables de ce niveau? Avons-nous le droit, au nom de la prétendue jeunesse du Président sortant Ali Bongo - contre la vieillesse de son ancien camarade aîné et challenger Jean Ping - mépriser autant le choix des Gabonais en essayant de contraindre ceux qui se sentant si souvent grossièrement floués par un tel système institutionnel de vol, et qui, électeurs, espèrent y mettre fin, de continuer quand même à lui faire confiance?

Je m'interroge sur notre idée des valeurs. Sur qui ou quoi doit régner un président déclaré élu ou même nommé contre la volonté populaire?


Comme je le dis souvent, tout un peuple ne peut pas se tromper à un tel point pour sanctionner un bon dirigeant tel que l'on veut nous faire croire au Cameroun. À supposer même que ce soit le cas, nul n'a le droit de se mettre au dessus d'un tel peuple car lui seul est souverain. Et 7 ans pour se rendre compte qu'il se serait trompé n'est pas si long même si comparé à l'espérance de vie dans nos pays (50-55 ans).

Alex Gustave Azebaze

 

Afrique centrale francophone: La grande complaisance envers les dictatures et les dictateurs de nos pseudo-panafricanistes.

Pauvres ressortissants d'Afrique centrale francophone, pauvres Camerounais...que nous sommes.

À longueur de journée nous feignons d'en avoir assez de ces dynasties tyranniques qui règnent dans nos pays d'origine depuis parfois plusieurs décennies (comme au Gabon des Bongo).

Mais nous sommes aussi les premiers à relayer les grotesques machinations orchestrées par ces mêmes tyrans contre ceux qui les defient dans les urnes, puis de soutenir encore plus explicitement leurs hold-up électoraux, alors que tous les décomptes de voix traduisent la victoire incontestable de celui que nous traînons désormais dans la boue, en l'occurrence Jean Ping (comme le général Jean-Marie Mokoko maintenu en détention arbitraire dans l'indifférence générale par le dictateur Sassou Nguesso du Congo Brazzaville ).

Comment appelle-t-on cela? Le formatage totalitaire...

Le Cameroun devra encore attendre pour sortir de sa dictature. Le Gabon vraisemblablement pas, parce que son peuple a montré une réelle prédisposition culturelle au changement démocratique. Qu'il en soit gratifié et soutenu...notamment dans l'épreuve sanglante et répressive qui s'annonce contre lui dans les heures et jours qui viennent.

NOUS SOUTIENDRONS INLASSABLEMENT LE PEUPLE GABONAIS DANS SON ASPIRATION À METTRE FIN À 50 ANS DE RÈGNE DE LA FAMILLE BONGO!

Joël Didier Engo, Président du CL2P

http://www.cl2p.org

cl2p

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.