Les vœux 2016 du Comité de Libération des Prisonniers Politiques au Cameroun (CL2P)

Nous serons inlassablement là pour rappeler au Président à vie du Cameroun Paul BIYA au premier devoir du "démocrate": «laisser autant libre ses opposants comme ses partisans dans leurs choix»; prendre le risque d'affronter ses «concurrents» politiques et «adversaires» internes désignés dans des urnes transparentes. Nul besoin pour ce faire de les séquestrer indéfiniment dans des mouroirs.

BONNE ANNÉE 2016 À TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES AU CAMEROUN ET AILLEURS DANS LE MONDE

En 2016 le combat continuera comme en 2015, parce que nous n'abandonnerons jamais des victimes au bon vouloir de leurs bourreaux, quelque soit le rang ou la place de ces derniers au sein du sérail politique camerounais.

En effet, devoir présenter bien malgré nous la vraie nature dictatoriale d'un régime qui se présente à la face du monde comme un modèle de "démocratie apaisée". Rappeler l'élimination judiciaire et carcérale que son créateur Paul BIYA réserve systématiquement à ses rivaux potentiels, désignés comme des "prévaricateurs de la fortune publique" ...N'est hélas pas toujours un exercice facile. Bien au contraire.

Mais nous continuons inlassablement de le faire. Parce que le silence est la pire des sentences pour un prisonnier d’opinion. Il participe largement à la banalisation du crime politique particulièrement au Cameroun.

Le commencement d'une nouvelle année est ainsi l’occasion de mettre des noms et des visages derrières une propagande politique sur une lutte contre la corruption à tête chercheuse, parfaitement huilée au Cameroun, faite notamment d’accusations cousues de toutes pièces, de procès kafkaïens, et de condamnations arbitraires en cascade (les fameux procès à tiroirs).

 

POUR LE CL2P VOICI LES PRINCIPALES VICTIMES DE L'ARBITRAIRE POLITIQUE ET JUDICIAIRE AU CAMEROUN:

 

1. Marafa HAMIDOU YAYA 

 

 

 

2. Jean Marie ATANGANA MEBARA


 

3. Urbain OLANGUENA AWONO


 

4. Aboubakary SIDIKI


 

5. Me Lydienne YEN EYOUM LOYSE


 

6.  Polycarpe ABAH ABAH

 

 

7.  Me Abdoulaye HARISSOU

 

8.   Mohammed Iya

 

9. Zacchaëus Forjindam

 

En cette nouvelle année nous formulons le vœux d'une libération immédiate de tous ces prisonniers d'opinion, officiellement présentés comme des prisonniers de droit commun au Cameroun, et qui rentrent tous dans les critères objectifs établis par notre organisation (http://cl2p.org/missions/).

Dans ce but, nous serons inlassablement là aussi pour rappeler au Président du Cameroun Paul BIYA au premier devoir du démocrate: «laisser autant libre ses opposants comme ses partisans dans leurs choix»; prendre le risque d'affronter ses «concurrents» politiques et «adversaires» internes désignés dans des urnes transparentes. Nul besoin pour ce faire de les séquestrer indéfiniment dans des mouroirs, si réellement votre légitimité présidentielle tant revendiquée tient de votre extrême longévité au pouvoir.

 

Monsieur Le Président BIYA, Libérez tous les prisonniers politiques au Cameroun!

 

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org

 

 




 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.