Joëlle Stolz
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 sept. 2021

Vive la révolution soudanaise !

Aux Rencontres de la photographie d'Arles, une exposition retrace la révolution soudanaise de 2019. Le rôle des femmes y fut déterminant. C'est particulièrement intéressant à la lumière des changements actuels en Afghanistan.

Joëlle Stolz
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En quelques minutes d'une vidéo virale, elle est devenue l'icône de la révolution soudanaise de 2019: les images de la jeune Alaa Salah chantant un poème à la gloire de ce mouvement de fond contre la dictature militaire islamiste, vêtue d'une longue tunique blanche, avec ses chaussures à talons et ses immenses boucles d'oreille dorées, ont fait le tour du monde. Autour d'elle, la foule la filmait avec des centaines de smartphones en scandant: "Thawra!", "révolution".

Alaa Salah, "icône" de la révolution soudanaise: ces images ont fait le tour du monde. © Crédit: Lana H. Haroun

Une exposition très visitée, "Thawra - révolution! Histoire d'un soulèvement", est consacrée à ce grand moment de la contestation aux Rencontres photographiques d'Arles (jusqu'au 26 septembre). Si vous avez l'occasion de la voir, ne la ratez pas! Cette révolution a été l'un des rares succès politiques - sans doute même le seul - parmi tous les bouleversements qui ont agité le monde musulman depuis les "printemps arabes" de 2011. Elle a abouti, non seulement à la chute du dictateur Omar Al Bachir, mais à un gouvernement de compromis mêlant civils et militaires, qui s'efforce de sortir le pays d'une crise économique aussi profonde qu'invalidante, aggravée par la pandémie.

Depuis deux ans, le désenchantement a certes douché les enthousiasmes ("On est libre de penser, mais pas de manger" constatait amèrement un militant interrogé il y a quelques mois par Le Monde à Atbara, berceau du syndicalisme soudanais), l'inflation est terrible : elle frôle 200%, contre 70% en 2019, beaucoup ont faim et certains en viennent à regretter l'ancien régime où "au moins on avait du pain". Pris à la gorge et poussé par l'administration Trump, le Soudan s'est résolu à se rapprocher d'Israël en échange d'une aide financière américaine qui lui permet de solder une partie de sa trop lourde dette et de retrouver le droit à des emprunts internationaux.

Un moment jubilatoire

Il n'empêche: la "Thawra" de 2019 demeure un moment jubilatoire, un sommet de l'émancipation collective, et il est particulièrement intéressant de voir aujourd'hui cette exposition, montée par la photographe Juliette Agnel avec sa collègue soudanaise Duha Mohammed(*) qui figure aussi parmi les exposants, à la lumière des récents événements en Afghanistan.

À cause de la place prépondérante qu'y occupent d'emblée les femmes, très mobilisées parce ce sont elles qui souffraient le plus du régime imposé par les islamistes. "Elles n'avaient rien à perdre" résume Juliette Agnel, qui s'était rendue d'abord au Soudan pour un projet personnel du temps du régime Al Bachir, avant d'être happée par les événements. "Leur détermination était folle" raconte-t-elle, encore impressionnée par ce gigantesque sit-in au centre de Khartoum, point de ralliement pendant des semaines de tous les mécontents, qui décident de camper à "Al Qiyadah" (le "commandement") juste devant le siège du pouvoir militaire. On le sait, ils ne se sont pas laissés intimider par la terrible répression du 3 juin 2019, lorsque les forces spéciales ont dispersé avec une très grande brutalité les protestataires, laissant sur le carreau une centaine de morts, sur un total estimé au minimum à quatre cents victimes et peut-être bien davantage (*).

Approvisionnement en eau et en électricité, WC, nourriture et thé préparés sous des tentes, centres médicaux - ces problèmes quotidiens sont promptement résolus par des gens habitués de longue date à un ordinaire spartiate, pour laisser toute la place à l'extraordinaire, à cette acmé du vivre-ensemble : concerts improvisés, bouillonnement de créativité, débats jour et nuit sur tous les aspects de l'existence, les rapports hommes-femmes comme la démocratie ou la place de la religion. Très organisés, ils se soucient vite de documenter le plus possible ce qui arrive et de collationner le maximum d'archives, qui seront sans nul doute un trésor pour le futur.

Voilée mais le verbe haut

On a un aperçu saisissant de cette explosion collective grâce au film (encore inachevé) de la cinéaste Hind Meddeb, d'ascendance tunisienne et algéro-marocaine, dont le long-métrage "Paris Stalingrad" (avec Thim Naccache), consacré aux migrants rejetés par le système français, est sorti au printemps sur les écrans. Un personnage central est en effet Souleymane, un réfugié du Darfour, une région de l'ouest du Soudan minée par un conflit armé. C'est lui qui l'a incitée à se rendre à Khartoum et à capter les séquences qui sont projetées dans l'exposition, à côté du travail de huit photographes soudanais, dont Ahmed Ano, Soha Barakat, Saad Eltinay, Eythar Gubara, Metche Jaafar, Ula Osman et Mohammed Salah.

Le plus frappant sans doute est de voir dans ce film comment parlent des femmes qui arborent toutes les variantes du foulard islamique (Juliette Agnel a constaté au fur et à mesure de ses trois voyages combien d'entre elles décidaient de "tomber le voile" pour aller tête nue), ce qui ne les empêche nullement de réclamer avec vigueur leurs droits. En particulier une jeune femme, le visage étroitement encadré par un hijab mais le verbe haut, qui s'occupe des nombreux enfants des rues, souvent des orphelins de guerre abandonnés à eux-mêmes, accueillis dans des ateliers où on leur permet d'apprendre, et où l'on écoute leurs propositions.

"On ne veut pas juste changer de dictateur, on veut changer le monde" proclamait une participante de la "Thawra". Et une autre soulignait: "On voit comment est le monde grâce aux réseaux sociaux, on voit comment vivent les femmes dans le monde entier". 

Cette transparence accrue qui permet des comparaisons vaut aussi, aujourd'hui, pour l'Afghanistan: 70% de ses habitants ont accès à un téléphone cellulaire et environ un tiers de sa population fréquente les réseaux sociaux, rappelle dans le New York Times Richard Stengel, un ancien diplomate d'Obama. Si rétrogrades qu'ils soient, si acharnés qu'ils se veuillent à restreindre la liberté du "sexe faible", les talibans seront aussi confrontés à cette réalité-là.

(*) Merci à Juliette Agnel d'avoir rectifié deux erreurs, notamment sur l'estimation du nombre de victimes en l'absence, sans doute pour longtemps, d'un bilan précis. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau