Joëlle Stolz

Journaliste

Vienne - Autriche

Sa biographie
Longtemps correspondante de presse - en Algérie, en Europe centrale, au Nigeria, au Mexique puis de nouveau en Europe centrale - pour le compte de RFI, de Libération et, pendant 25 ans, du Monde -, je vis aujourd'hui à Vienne, dans une région souvent mal connue du public francophone alors qu'elle a beaucoup compté dans l'histoire de notre continent. Ce blog est l'occasion d'éclairer par des analyses, des billets d'humeur ou des portraits cette autre Europe que je fréquente depuis bientôt quatre décennies.
Son blog
36 abonnés Le blog de Joëlle Stolz
Voir tous
  • Martin Grubinger, percussionniste virtuose

    Par
    Martin Grubinger/Agence HarrisonParrott Martin Grubinger/Agence HarrisonParrott
    Peu connu en France mais une idole dans son pays, l'Autrichien Martin Grubinger est sans doute le meilleur percussionniste classique au monde. Hâtez-vous de le découvrir: dans quelques années, dit-il, il fera autre chose.
  • Paris-Vienne aux urgences médicales

    Par
    Se faire soigner en France et en Autriche: quelques réflexions, forcément impressionnistes, à partir d'une expérience personnelle.
  • Restitution d'art africain: le paradoxe religieux

    Par
    Dans le débat sur les restitutions d'objets d'art à l'Afrique, il y a un angle mort : la religiosité débordante du continent noir, qui modifie le rapport aux oeuvres du passé. Version française d'un article paru le 24 décembre dans le quotidien autrichien Der Standard.
  • Peter Handke (suite)

    Par
    Peter Handke reçoit le Prix Nobel de littérature. Ses détracteurs lui reprochent d'avoir relativisé les crimes des Serbes dans l'ex-Yougoslavie. Il leur reproche d'ignorer la dimension littéraire au profit d'un journalisme de bas étage. Mais qu'était le modèle multi-ethnique dont il rêve encore?
  • La Cravate, rencontre avec un jeune Picard d'extrême droite

    Par
    Les deux auteurs de «La Sociologue et l'Ourson», documentaire sur la bataille pour l'ouverture au mariage homosexuel, risquent le portrait nuancé d'un jeune homme qui a adhéré au Front national en pleine phase de dédiabolisation. Entre empathie et lucidité, un film dérangeant. Donc intéressant.