Joëlle Stolz
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2020

Joëlle Stolz
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Entre Festival de Cannes et abbaye de Thélème

Malgré les contraintes sanitaires, les Rendez-vous de l'histoire se sont tenus cette année à Blois sur le thème "Gouverner". Les politiques en majesté, les réseaux parisiens, certes. Mais aussi de vraies rencontres avec le public.

Joëlle Stolz
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"C'est le Cannes des historiens!" glisse un habitué. Glamour en moins, les Rendez-vous de l'histoire de Blois ont un peu ce côté vitrine et les réseaux parisiens s'y déplacent en foule, même si la plupart des intervenants arborent la tenue de combat de l'universitaire et que personne ne se risque en smoking aux dîners organisés dans les châteaux de François Ier. Au lieu des palmiers et des yachts, la pierre blonde de la Douce France. Mais il flotte aussi sur cette manifestation entièrement gratuite - dont la 23ème édition a été maintenue malgré les contraintes imposées par la crise sanitaire - un parfum d'utopie, celle d'une intelligence collective avide de comprendre le monde. Avec de vraies rencontres entre des experts et le public.

Ces futurs ingénieurs que leurs profs ont obligés à fréquenter une manifestation fort éloignée de leurs centres d'intérêt habituels sont encore éblouis de la longue conférence donnée par le paléo-anthropologue Pascal Picq sur la façon dont l'évolution a façonné les discriminations de genre. Cet habitant de la vieille ville a découvert les singularités de la sexualité au Japon grâce à un fin connaisseur de ce pays, Philippe Pons, et regrette que cela n'ait pas duré plus longtemps - "une heure, c'était trop court". Ce retraité qui vit en région parisienne a repris le train chargé de livres d'histoire, après une boulimie d'achats au salon des libraires. Antoine Compagnon, une star de ce genre de rencontres, confie qu'il y a peu de différence entre les cours qu'il fait sur la littérature au Collège de France et ses interventions à Blois.    

Bien sûr tout cela n'a rien à voir avec les écoles du soir qui firent la force du mouvement ouvrier, la majorité de ceux qui viennent sont des enseignants ou des étudiants, et l'idéologie dominante se situe plus dans le mainstream social-démocrate que dans les franges de la radicalité. Pierre Nora en grand aîné, Patrick Boucheron en puissance tutélaire. C'est l'abbaye de Thélème dont rêvait Rabelais : des gens "libres, bien nés, bien éduqués", donc capables, écrivait-il, de se gouverner eux-mêmes. Et s'il y a un fantôme qui hante nombre d'assemblées, c'est celui de la démocratie athénienne, cette antithèse de la cité spartiate. Une démocratie certes excluante, puisqu'elle n'admettait ni les femmes, ni les esclaves, ni les étrangers, où l'on pratiquait le tirage au sort pour favoriser l'apprentissage de la délibération: à Athènes la politique n'est ni une science ni une technique, mais une compétence que les citoyens acquièrent, rappelle l'helléniste Paulin Ismard.

Il est des fils rouges que l'on retrouve d'une année sur l'autre : le féminisme et la décolonisation, le nazisme et le goulag, le changement climatique, la guerre d'Algérie, la Révolution et la Commune, sujets inépuisables (rien que les ouvrages consacrés à la Commune rempliraient une liste de 600 pages). Chaque programme annuel est un immense puzzle où les éditeurs doivent pouvoir caser leurs nouveautés. Et les conférenciers défilent dans le studio de la photographe Amélie Debray, qui avait publié en 2012 un portfolio, "La galerie des illustres", et pense qu'il faudra renouveler l'opération pour le 25ème anniversaire car "il y en a eu tellement depuis". Parmi eux, le philosophe "post-colonial" Achille Mbembe ou l'ancien footballeur Lilian Thuram, venu présenter son dernier livre "La pensée blanche" - pas "la pensée des Blancs", précise-t-il - qui veut "changer nos imaginaires" en distribuant des cartes du monde à l'inverse des schémas établis.

Cette année le thème était "Gouverner", les politiques furent donc en majesté. Presque tous retirés du gouvernement à l'exception de l'actuel secrétaire d'état chargé des affaires européennes, Clément Beaune, qui dans un débat sur l'épreuve du coronavirus a raconté comment ce "réseau diffus", sans véritable lieu ni moment de pouvoir, avait basculé en une dizaine de jours, sous la pression de l'opinion publique autant que sur l'insistance de certains pays, vers une conception plus solidaire.

Ne plus être au pouvoir n'empêche pas d'égratigner les adversaires. Lors d'une table-ronde intitulée "Gouverner en guerre", l'ancien ministre de l'intérieur de François Hollande au moment des attentats de 2015, Bernard Cazeneuve, tout en regrettant l'"idée absurde et l'erreur politique funeste" de la déchéance de nationalité pour les terroristes, considérait que parler de "guerre" à propos d'un virus (comme l'a fait Macron) relève d'une  "théâtralisation narcissisante", vantant au contraire la "sobriété" d'une Angela Merkel.

Quel est l'imaginaire historique d'un politique? Même s'ils font bonne figure, en France, dans ce genre de manifestation que fuiraient leurs congénères d'outre-Rhin ou d'outre-Atlantique, la plupart se contentent des fiches préparées par leurs collaborateurs, assure l'une de ces créatures de l'ombre qui a vu pendant plus de trente ans l'envers du décor. De Gaulle ou Mitterrand étaient l'exception,. Par contraste, l'ancien Premier ministre Edouard Philippe semblait modeste à Blois : il se réservait, a-t-il dit, une demi-heure par jour pour lire des livres d'histoire, notamment sur la révolution anglaise au 17ème siècle. A part Alexandre le Grand, il reste fasciné par les Romains, ces conquérants qui ont construit, et par la bande de Normands "vigoureux mais sans terres" qui ont régné jadis sur la Sicile, ajoutant leur strate à un lieu où ont cohabité plusieurs cultures.

On ne sort pas malgré tout de l'Occident. Comme pour souligner que le monde s'est élargi et qu'il serait temps de s'en rendre compte, Blois a récompensé - outre Raphaëlle Branche pour son travail sur les appelés durant la guerre d'Algérie - le sinologue canadien Timothy Brook, auteur d'un livre majeur sur la puissance qui inquiète tant les Occidentaux, Le léopard de Kubilai Khan. Une histoire mondiale de la Chine. Et choisi pour 2021 un sujet d'une brûlante actualité : "Le travail".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss