mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Édition du matin

Mediapart balance un lanceur d'alerte

On en apprend de belles dans Le Canard Enchaîné, du mercredi 29 janvier 2014, page 4.

Dans l'article "Tracfin aux petits soins pour les célébrités", Jean-François Julliard explique que Tracfin, l'organisme de Bercy qui surveille les mouvements suspects d'argent et lutte contre le blanchiment fait preuve d'une singulière mansuétude pour certains de ses "clients" célèbres.

L'article raconte qu'un agent de Tracfin a ouvert sous pseudo un blog sur Mediapart, signalant "que le service antiblanchiment faisait preuve d'une incompréhensible lenteur pour transmettre au parquet des informations relatives aux rapatriements d'argent de Cahuzac."

Julliard poursuit: "Pour le blogueur, en revanche, les choses n'ont pas traîné. Tracfin ayant aussitôt porté plainte, Médiapart a commmuniqué l'adresse email et l'adresse IP qui ont permis de remonter jusqu'à Olivier Thérondel, l'agent démasqué. Dur pour un de ces lanceurs d'alerte dont Mediapart se fait pourtant le défenseur."

L'article précise que Mediapart indique ceci : "Le blogueur savait qu'il ne bénéficiait pas de la protection des sources". Mais ce blogueur a-t-il pensé une seconde que le site allait le dénoncer, connaissant le combat que Mediapart livre en faveur des lanceurs d'alerte ?

Toujours est-il que Mediapart a balancé sans états d'âmes.

Par légalisme, sans nul doute, le même légalisme que Mediapart fustige chez les abonnés qui rappellent que Mediapart viole la loi fiscale depuis des années.

Mediapart, une fois de plus se montre un virtuose du "Faites c'que j'dis, faites pas c'que j'fais."

Lamentable !

La suite, le balancé la raconte ici :

http://blogs.mediapart.fr/blog/la-fouine/241013/le-proces-de-tracfouine-le-lanceur-dalerte-de-tracfin

Tiens je vais faire dans le glissement façon Arfi dans son papier sur la mafiosité de l'alcôve hollandaise : Médiapart n'a rien à refuser à un pouvoir qui lui fait un énorme cadeau fiscal. Alors il renie ses propres valeurs et dénonce un lanceur d'alerte qui a eu confiance en lui.

Mediapart balance. La déontologie, il s'en balance.

Pour du fric...

Dans un autre billet, j'évoquais les écuries d'Augias.

Les choses ont encore empiré depuis.

Mediapart est de plus en plus à la déontologie journalistique ce que les écuries d'Augias sont à la Galerie des Glaces.

Nauséeux.

Bon courage, Olivier Thérondel.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires