mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart ven. 12 févr. 2016 12/2/2016 Dernière édition

Belgique, la face cachée du Vlaams Blok (2004)

Réalisé par Jean-Claude Defossé, et essentiellement basé sur des images d'archives de la RTBF et de la VRT, ce documentaire édifiant nous met en garde contre un parti en quête de respectabilité qui séduit un électorat de plus en plus large...A ne jamais oublier !
La face cachée du Vlaams Blok - PARTIE 1 - 2004 © Crixus Nada
La face cachée du Vlaams Blok - PARTIE 1 - 2004 © Crixus Nada
La face cachée du Vlaams Blok - PARTIE 1 - 2004 © Crixus Nada

Réalisé par Jean-Claude Defossé, et essentiellement basé sur des images d'archives de la RTBF et de la VRT, ce documentaire édifiant nous met en garde contre un parti en quête de respectabilité qui séduit un électorat de plus en plus large...

A ne jamais oublier !

Journaliste à la RTBF jusqu'en 2009, Jean-Claude Defossé - Jean-Claude Dubié, de son vrai nom, - a réalisé un documentaire qui peut être visionné ci-dessous en trois parties.

Le Vlaams Blok a fini par être obligé de faire peau neuve.... Il est donc devenu Vlaams Belang.

 

La face cachée du Vlaams Blok (2004) 2de partie © Jean-Claude Defossé

 

La face cachée du Vlaams Blok (2004) 2de partie © Jean-Claude Defossé

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Danois né à Gand en 52, j'ai dû faire mes études en français à Enghien parce que mon paternel ne supportait pas les flamingants (en 58 le régime scolaire francophone fut interdit en Flandre). Au-dessus de la mêlée depuis lors, je ne ris toujours pas ! On manque d'intelligence dans ce pays. Peut-être qu'une marche blanche… non pour sauver quoi que ce soit, mais pour faire savoir aux politiciens que la mesure est comble… Une marche blanche, sans eux, bien sûr ! Pas de récup'. Qu'ils la regardent du haut du pavé où ils semblent avoir élu domicile et où "on" pourrait bien venir pour relever les compteurs.