Le Top 5 des raisons de lire cet article

Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt. J’étais absorbé par un article très intéressant – « Le Top 5 des romans français surévalués ». Mais si, celui qui classe Madame Bovary, Le Rouge et le Noir, et A la recherche du temps perdu aux 3 premières places…

Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt. J’étais absorbé par un article très intéressant – « Le Top 5 des romans français surévalués ». Mais si, celui qui classe Madame BovaryLe Rouge et le Noir, et A la recherche du temps perdu aux 3 premières places…

C’est mon moteur de recherche qui m’a renvoyé à cet article après mon clic sur « 8 choses à faire absolument avant ses 40 ans », qui avait piqué ma curiosité puisque j’ai 40 ans passés et qu’il est temps que je commence à regretter ce que je n’ai pas fait.

Je sais que je ne devrais pas lire ce genre d’articles, mais comment résister ? Ils sont addictifs, ils sont acides, et au bout du compte, ils permettent même de se sentir intelligent. 

L’autre soir au dîner, j’ai ébloui tout le monde en citant sur le mode 1-2-3 les 3 meilleurs titres de Gainsbourg pour un karaoké, et puis j’ai continué au fromage avec le Top 4 des erreurs militaires d’Hitler pendant la deuxième guerre mondiale. Bien sûr je n’ai pas dit que j’avais glané ces perles dans les articles que j’avais lus ce jour là. J’ai laissé croire que je m’y connaissais – comme le mec qui te laisse penser qu’il a lu le livre quand il n’a lu que les 3 premiers paragraphes de la critique du livre.

Mais franchement, de toute façon, qui a vraiment envie de connaître les gaffes stratégiques d’Hitler dans le détail ? Surtout pendant le dîner. Mon audience ce soir là, comme tout le monde on dirait, voulait du Power Point en un minimum de points ; synthétique et hiérarchisé – et vite. Un petit truc à régurgiter dans le jacassement du dîner suivant.

Patati patata.

Et on se demande pourquoi les rédactions veulent de plus en plus de ces trucs. Dans les bons vieux jours de 2010, les « classements » étaient réservés aux papiers de fin d’année pour le numéro de décembre, ou sur « les 100 personnalités les plus influentes sur les réseaux sociaux », toujours passionnant – sauf si on n’y figurait pas. Mais maintenant, ils sont à égalité avec les articles normaux (souvenez-vous, ceux qui étaient un enfer à écrire, qui exigeaient de faire des choses assommantes comme des interviews et des recherches), et tout ce que j’ai à faire le lundi est de sortir un « Top 8 des sites d’éco vacances avec Wifi » et tout le monde est tout content.

Le problème est que ce type d’écriture a commencé à baver sur ma vie personnelle.

Hier soir je me suis pris à demander à mes enfants : « Citez-moi le Top 3 des raisons inconnues pour lesquelles vous regarderiez la télé maintenant? » Et en sortant la poubelle, j’ai dit à ma femme « Chérie, tu es en train d’assister à la première du Top 4 des choses sous-appréciées que je fais chaque jour ». Même ce matin en prenant mon café j’ai fait remarquer à mon chat qu’il était l’une des 7 raisons pour lesquelles les gens vivent plus longtemps dans les grandes villes. Il a eu l’air d’apprécier.

C’est une petite manie, on croit pouvoir arrêter quand on veut, mais ça n’est pas si facile. Le week-end dernier je buvais un verre avec des amis, je n’ai pas pu m’empêcher de classer les vins sur une échelle de 1 à 10. Et au début du mois, j’ai donné l’instruction à mon psy de s’attaquer aux « 4 raisons clés pour lesquelles j’évite systématiquement le succès » – une par semaine – histoire de se donner un cap.

Au fond je me demande si cette obsession que nous avons de classer tout et n’importe quoi sans réflexion réelle ne vient pas juste d’une grosse manigance sournoise de l’internet pour hiérarchiser tous nos goûts et mapper nos tendances personnelles. Et si c’est le cas, on est baisés. Oubliez tous les épithètes qu’anthropologues et auteurs ont imaginé pour notre génération. Nous ne sommes ni la génération des réseaux sociaux, ni la Génération Consommation ni la Génération Participation, ni la Génération Tanguy.

Nous sommes “la génération qui passa son temps à classer des conneries”, ce qui n’est pas si différent des générations précédentes. Parce que, allez, ne me dites pas que vous croyez que les Dix Commandements sont autre chose que le Top 10 des « choses que vous devriez probablement essayer avant… »

Vous avez vu ça ? Pas mal, non ? Je viens de faire une référence biblique et une observation sociologique, et grâce à l’article que je viens de lire, je connais maintenant 3 grands livres surévalués ; ce que bien sûr je vais partager avec mes nouveaux « Top 5 amis inattendus » qui ne manqueront pas de me classer parmi le « Top 5 des personnes dont ils avaient sous estimé l’intelligence cette année ».

Ok, Top 10 alors.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.