Reconnaissance cruciale

Distinguer le vrai du faux au-delà des apparences ! Contrairement à ce que tu penses, c’est jamais de face et en premier plan qu’elle se pratique la reconnaissance cruciale.

 

 © Jonasz © Jonasz
- Tu fais de la reconnaissance faciale ?

 -  Pourquoi tu dis ça ?

 - Ben t’es là depuis un moment et tu dis rien. T’as les yeux dans le vague et on dirait que tu me dévisages en regardant derrière moi comme si tu me voyais pas, ou comme si j’étais transparente  si tu préfères.

 - C’est normal je m’entraine pour la reconnaissance de type 2 : la reconnaissance cruciale.

 - C’est quoi çà ?

 - Ben, c’est distinguer le vrai du faux au-delà des apparences ! Contrairement à ce que tu penses, c’est jamais de face et en premier plan qu’elle se pratique la reconnaissance cruciale.

 - Alors quand c’est de dos et en arrière plan on dit comment ? Qu’elle est docile la pas facile ?

- C’est çà fait bien l’idiote. La faciale n’est jamais cruciale ce serait trop facile. La cruciale c’est voir que t’es comme une maison bretonne dépeinte par Frédéric Dard : « blanche avec quelque chose de livide autour ».

- Tu me trouves pâle ?

- Je vois surtout que tu as quelque chose que tu n’arrives pas à me dire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.