Pour ne plus avoir à vivre des matchs comme France – Danemark

Les plus anciens d’entre nous se rappellent sans doute du « match de la honte » Allemagne-Autriche de 1982, un match au cours duquel les équipes n’avaient pas joué, ce qui avait permis au deux équipes de se qualifier au détriment de l’Algérie. On a de nouveau frisé le ridicule hier 26 juin lors de France-Danemark. Proposition pour une compétition plus juste et plus sympa.

Les plus anciens d’entre nous se rappellent sans doute du « match de la honte » Allemagne-Autriche de 1982, un match au cours duquel les équipes n’avaient pas joué, ce qui avait permis au deux équipes de se qualifier au détriment de l’Algérie.

Le système de phases finales permet parfois ce genre de manipulation qui relègue le côté sportif de la rencontre au second rang derrière des enjeux de classement et de qualifications assez cyniques.

On cherche souvent la meilleure formule de tournoi. Assez juste pour permettre à la meilleure équipe de gagner, et assez spectaculaire pour garantir de belles affiches et éviter au public de se lasser.

Les tournois à qualification directe ont l’avantage d’être rapides à organiser, nécessitent moins de matchs et favorisent parfois les petits poucets. On le voit chaque année lors de la Coupe de France.

Les tournois sous forme de championnat permettent à toutes les équipes de se rencontrer, mais sont plus longs et souvent moins spectaculaires.

On cherche donc depuis longtemps la meilleure formule.

Depuis 1986, le Mondial propose une formule assez séduisante. Une petite phase de poules de 3 matchs, où les équipes regroupées par 4 se rencontrent toutes, suivie d’une phase finale à élimination directe. Cette formule a fait les beaux jours du Mondial et de l’Euro depuis plus de trente ans. Mais la croissance du nombre d’équipes qualifiées à la Coupe du Monde (24 en 1982, 32 en 1998, et 48 annoncées pour 2026) révèle les limites de ce modèle. Une équipe moyenne mais bien tombée dans un groupe du 1er tour peut échapper à des concurrentes souvent meilleures mais que le sort a moins bien favorisé, dans le cas des « groupes de la mort » par exemple. Il en résulte donc parfois des injustices criantes et difficilement explicables.

De même, l’instauration de l’élimination juste après le premier tour introduit une cassure dans le rythme de la compétition et apparaît prématuré : on sait bien que terminer un huitième de finale aux tirs aux buts n’est ni glorieux pour l’équipe qui se qualifie, ni juste pour l’équipe éliminée.

La solution pour y remédier serait pouvoir enrichir le 1er tour (phase de groupes) avec un second tour de qualification, réunissant les meilleures équipes du 1er tour, avant de passer aux matchs à élimination directe.

En 1982, l’expérimentation d’un deuxième tour avec des poules à 3 équipes avait donné lieu à des calculs et à des matchs pauvres sur le plan sportif. Ce qui a contribué à supprimer ce type de tour à 3 équipes. Or, le retour des poules à 3 équipes est prévu pour le 1er tour du Mondial 2026. Le risque de déboucher sur une compétition pauvre et peu spectaculaire, au détriment des équipes les plus joueuses et offensives, est plus présent que jamais.

Une autre solution pourrait donner satisfaction à la fois aux équipes, aux supporters et à la FIFA : l’institution d’un 2ème tour par fusion des têtes de groupes du 1er tour.

La règle en est simple : les deux équipes finissant aux premières places d’un groupe seraient regroupées avec les deux meilleurs d’un autre groupe. Et le score obtenu lors du 1er tour entre les équipes issues du même groupe serait conservé pour le classement du nouveau groupe.

Ce qui permet :

- de garder pour encore 2 journées le format de matchs de poules, permettant aux supporters et aux téléspectateurs de profiter de 2 matchs supplémentaires,

- d’éviter l’élimination prématurée d’équipes souvent talentueuses, en repoussant de quelques jours la phase d’élimination directe, souvent durement ressentie par les supporters et le public,

- de permettre davantage d’affiches spectaculaires entre équipes favorites, sans le couperet de l’élimination immédiate,

- de consolider la légitimité du vainqueur final que la formule de type championnat permet, avec seulement un match de plus à jouer pour l’équipe,

- d’initier l’accélération de la compétition sans passer immédiatement aux matchs à élimination directe, souvent peu attractifs au niveau des huitièmes de finale,

- de renforcer l’attractivité et le spectacle des matchs du 1er tour, le score réalisé entre le 1er et le 2ème étant immédiatement conservé et repris pour le classement du tour suivant.

A l’issue de ce 2ème tour, les 2 premiers des groupes fusionnés sont qualifiés pour la phase d’élimination directe, directement au niveau des quarts de finale.

Concrètement, si une telle règle avait été appliquée pour ce Mondial 2018, le 2ème tour présenterait des affiches telles que Espagne – Uruguay et Portugal – Russie (par fusion des groupes A et B) en plus des huitièmes de finale prévus, ou encore France – Croatie…. (liste à compléter au fil des qualifications).

Les supporters seraient probablement enchantés de prolonger leur séjour pour au moins deux matchs supplémentaires auprès de leur équipe favorite, et la FIFA, bénéficiaire des droits de retransmission, le serait sans doute aussi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.