josé bové
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2015

josé bové
Abonné·e de Mediapart

Le gouvernement algérien doit interdire la fracturation hydraulique!

L'idée d'utiliser une denrée aussi rare, précieuse et vitale que l'eau pour aller fracturer des roches à plusieurs milliers de mètres sous terre n'a pu naître que dans l'esprit malade de gens qui depuis longtemps ne perçoivent du monde que les signes renvoyés par le CAC 40 ou la croissance du PNB.

josé bové
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'idée d'utiliser une denrée aussi rare, précieuse et vitale que l'eau pour aller fracturer des roches à plusieurs milliers de mètres sous terre n'a pu naître que dans l'esprit malade de gens qui depuis longtemps ne perçoivent du monde que les signes renvoyés par le CAC 40 ou la croissance du PNB.

Les mobilisations en France ont contraint le gouvernement de l'époque à faire voter une loi contre la fracturation hydraulique. C'était une superbe victoire qui a surpris tout le monde par sa rapidité et par le fait que parmi les opposants, se retrouvaient, côte-à-côte, des citoyens d'horizons politiques très différents. La défense de l'eau brisait les carcans politiques classiques qui imposent un monde binaire, droit/gauche, noir/blanc.

La Pologne était soi-disant le nouvel Eldorado pour les multinationales des hydrocarbures qui sont arrivés à Varsovie dans les bagages d'Obama en 2008. Depuis, les paysans et les citoyens se sont mobilisés. Certains, que j'ai rencontrés à plusieurs reprises dans l'est à la frontière avec l'Ukraine, se sont relayés pendant des mois, jours et nuits, pour empêcher les camions vibreurs d'entrer dans leur champ. Leur détermination a fini par arracher le morceau et les multinationales ont quitté les lieux en catimini.

Ces mêmes multinationales sont allées explorer le terrain en Roumanie d'où elles ont également été chassées par des milliers de manifestants déterminés. Chevron a annoncé son départ, le plus discrètement possible, il y a quelques jours seulement de ce pays.

Face aux dégâts sanitaires et environnementaux, aux Etats-Unis, l'Etat de New York a interdit la fracturation hydraulique et la Californie pourrait lui emboîter le pas très prochainement.

Sur cette planète, les gens refusent le gaz de schiste. Nombreux sont ceux qui se dressent, gagnent et leurs victoires font boule de neige.

Le simple fait que Total songe à exploiter le gaz de schiste dans le désert montre une fois de plus que cette entreprise est criminelle. Elle devra répondre de ses crimes devant un Tribunal environnemental international qui, je l'espère, verra le jour prochainement.

Total pensait pouvoir s'épanouir dans un pays du Maghreb sous la protection d'un système politique corrompu et répressif. Elle en est pour ses frais.

Total, grâce à son arrogance et à son cynisme, a soulevé la colère de dizaines de milliers d'Algériennes et d'Algériens en qui je me reconnais.

Total doit immédiatement interrompre ces recherches dans cette région et laisser les gens tranquilles.

Les manifestations contre l'exploration du gaz de schiste en Algérie ne mollissent pas, bien au contraire ! Elles sont de plus en plus nombreuses. Elles doivent être soutenues par l'ensemble des habitants de la planète et en particulier par nous, qui habitons de l'autre côté de la Méditerranée, et qui sommes leurs voisins.

Moins de dix mois avant la Conférence sur le réchauffement climatique qui se déroulera à Paris, ces Algériennes et ces Algériens qui disent NON aux gaz-euros font naître l'espoir comme les indiens d'Equateur qui refusent avec acharnement de laisser dévaster leur forêt pour une poignée de pétro-dollars. Les gens se redressent. C'est une nouvelle donne que les chefs d'état qui se réuniront à Paris en décembre 2015 doivent sérieusement prendre en considération.

Ces manifestations sont le signe de l'émergence d'une conscience écologique mondiale qui place les ressources naturelles, la qualité de la vie, la beauté des paysages au-dessus des profits et sur lesquelles les idéologies de toutes natures viennent se fracasser. De ces manifestations coule une source d'espérance et de détermination qui nous renforce.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez