Après l'Andalousie, la Catalogne s'invite à nouveau dans les débats politiques

Catalogne : Les indépendantistes ne dérogent pas sur leur volonté d'organiser un référendum pour ou contre l'indépendance, les unionistes sont bloqués sur le non au référendum et sur l'application de l'article 155 au plus vite. Et tous les deux ont tort.

Prenons les exigences des indépendantistes. Loin des caricatures qui leur sont faites sur la richesse de la Catalogne qu'ils ne veulent pas partager, même si certains d'entre eux, très rares au demeurant l'ont malencontreusement dit dans le passé, l'objectif est :
Ne plus être freinés dans les investissements nécessaires au développement de l'économie.
Développer les services publics.
Avoir une politique d'amélioration de la couverture sociale
Augmenter les investissements dans l'éducation, la santé, la culture, etc.
Tout ceci en restant dans l'Union Européenne.
Commençons par ce dernier point. Si la Catalogne reste dans l'UE, il devra participer à son financement comme tout pays riche. Le principe de solidarité n'est pas en cause. Ce qu'elle ne verserait plus au gouvernement de Madrid, elle devraient le verser à l'UE. Ce qu'elle ne veut plus, c'est que, partie de cet argent aille à la construction d'aéroports sans avions, d'autoroutes où 150 voitures circulent par jour, de trains à grande vitesse sans voyageurs et pour finir, les quartiers et villes nouvelles sans habitants. Tous ces travaux ont participé massivement à alimenter la corruption du PP et du PSOE. (voir blog "Pourquoi la Catalogne désire son indépendance"). Si la Catalogne reste dans l'UE, la liberté de circulation des personnes, des biens, des services et financiers continuent de passer les "frontières" d'une manière aussi fluide qu'entre l'Espagne et la France actuellement. Mais alors, si presque rien ne change, quels avantages à être indépendants ? Mis à part le problème de corruption (oui, ils ont aussi eu leur mouton noir Pujol non indépendantiste et président du parti CiU proche du PP). Ne pas avoir les lois sociales bloquées pratiquement systématiquement par le Tribunal Constitutionnel incluse la plus absurde concernant l'interdiction des corridas en Catalogne. Cette dernière montrant bien que le recours au TC est constant ce qui empêche dans la pratique la gouvernance du "Govern" catalan.

Les unionistes quand à eux, se partagent en deux camps.
Le PSOE qui accepte de discuter avec les catalans sauf en ce qui concerne le référendum et l'indépendance. Toujours prêt à dégainer l'article 155 de la constitution au moindre faux pas du Govern catalan. Il présentent quand même un programme électoral lors des discours et débats. Chose suffisamment rare pour être souligné.
Le PP et Ciudadanos qui ne veulent que le pouvoir. Comment l'obtenir ? La méthode Rajoy a été payante et fonctionne encore, à savoir choisir un ennemi, l'accuser de tous les maux et attaquer, attaquer sans répit. Il faut avouer que parfois, les indépendantistes (presque toujours Torra, le président de la Generalite) font des gaffes à croire qu'ils le font exprès pour se faire taper dessus, par exemple l'histoire des lacets jaunes. Tout est bon pour attaquer la Catalogne, la déformation de la vérité et, si ce n'est pas suffisant, le mensonge et la création de preuves. Le premier à avoir subi les "égouts" de l'Etat ont été les catalans avec l'opération catalunya, origine de certaines "preuves" utilisées dans le procès actuel de Madrid.
Quelques exemples d'attaques :
La plus absurde est la volonté de mettre en place de l'article 155 de la constitution pour une durée indéterminée. Autant dire l'élimination de l'autonomie ce qui est anticonstitutionnel.
Rendre le castillan langue véhiculaire dans les écoles, ce qui est anticonstitutionnel
Fermer la télévision et la radio catalane TV3 c'est leur conception de la liberté d'expression. C'est anticonstitutionnel
Entendu lors d'un meeting de Casado (PP). Couper les subsides de l'Etat que reçoivent tous les partis représentés au parlement à ceux qui sont favorables à l'indépendance. Mieux, recourir à la loi des partis politiques pour les interdire.
Prenons par exemple le recours à l'article 155. Ciudadanos n'arrête pas de reprocher aux indépendantistes de ne gouverner que pour la moitié des catalans. Lorsque cet article a été appliqué en Catalogne, tous les catalans en ont subi les conséquences, inclus les unionistes. Moralité, l'indépendantisme n'arrête pas de monter grâce aux erreurs du PP et C's. Ne disait-on pas que Rajoy était le meilleur recruteur d'indépendantistes ?
Dans les faits, le PP et surtout Ciudadanos ont cru, lors de l'application de l'article 155 en 2017, que l'indépendantisme s'effondrerait et qu'ils gagneraient les élections. Cela n'a pas été le cas et risque de ne pas l'être pour longtemps. Les indépendantistes étaient 15% en 2006 et sont maintenant 48,5% dans le dernier sondage. Ils ont fait une grave erreur de ne pas avoir accepté le référendum que voulait organiser Artur Mas, le non l'aurait emporté haut la main. Ils continuent de faire la même erreur en s'alliant avec Vox qui veux l'élimination complète des autonomies et la centralisation de tout l'Etat à Madrid avec la mise en place de lois pratiquement identiques à celles du Général Franco. Vox s'allie avec le PP par nécessité électorale mais ne rêve que de le supplanter, devenir majoritaire en Espagne et mettre en place leur programme.
Peut-on croire avec les procès contre les indépendantistes que ce mouvement va s'éteindre de lui même ? Peut-on croire que c'est par la répression et en attaquant les opposants en justice que les mouvements populaires disparaissent ? Peut-être en apparence mais le fond reste même après 40 ans.
La solution au problème catalan, ce sont les catalans eux même qui montrent le chemin. 80% sont pour le référendum. Il ne faut pas se bloquer sur le principe. Un référendum doit être pacté et tout est dans ce pacte et la question. Un compromis peut être trouvé, encore faut-il accepter de s'assoire autour d'une table, discuter et négocier. Combien de temps faudra-t-il aux hommes politiques pour s'opposer a la volonté d'une population ?

Opération Catalogne

51% des catalans pour l'indpendance

80% des catalans pour le référendum

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.