Le conseil de l'Europe veut arrêter la répression en Catalogne

L'assemblée parlementaire du conseil de l'Europe vient de voter par 70 voix pour, 28 contre et 12 abstentions, la résolution demandant à l'Espagne l'arrêt de la répression que subissent les indépendantistes catalans depuis 2017.

Le conseil de l'Europe est un organisme international situé à Strasbourg et qui a comme objectif principal la défense et promotion des droits humains, la démocratie et l'Etat de droit, qui font partie de toutes la nations européennes.


Sous le titre : Doit-on poursuivre les (femmes et hommes) politiques pour les déclarations faites dans l'exercice de leur mandat ?
Enrobé de quelques phrases très diplomatiques, il est demandé à l'Espagne d'accorder "l'indulto" ou de libérer de prison les politiques catalans condamnés pour leur actions dans l'organisation du référendum inconstitutionnel d'octobre 2017 et des manifestations massives en relation avec cet événement.
D'abandonner les procédures d'extradition contre les politiques qui vivent à l'étranger pour les mêmes motifs.
Que le gouvernement abandonne les procès en cours envers les cadres de rang inférieur impliqués dans le référendum et que l'on ne sanctionne pas les successeurs des politiques en prison pour des actions symboliques qui ne font qu'exprimer la solidarité avec ces derniers.

La résolution demande que la réforme des délits de rébellion et sédition soient modifiés de telle manière pour qu'ils ne soient pas interprétés pour défaire la dépénalisation pour l'organisation d'un référendum illégal mis en place par le pouvoir législatif lorsqu'il abolit ce délit spécifique en 2005, ou mettre des sanctions disproportionnées pour des transgressions aux lois de manière non violente.
La résolution demande que les autorités espagnoles s'abstiennent à demander aux politiques catalans qu'ils renient leurs opinions politiques mais ils peuvent leur demander qu'ils cherchent à atteindre leurs objectifs politiques sans recourir à des moyens illégaux.

Quelles vont être les réactions des partis de droite ? Seraient-ils capables de faire un coup d'Etat ou de sortir de l'union européenne ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.