Elections législatives en Espagne.

Même en ayant la majorité des voix, le parti gagnant peut avoir moins de sièges. Voici comment.

Bien que présentée comme une élection à la proportionnelle, l'Espagne utilise la loi dHont pour élire ses députés. Mais, c'est quoi la loi d'Hont ? Bien que présentée comme une élection à la proportionnelle, l'Espagne utilise la loi dHont pour élire ses députés. Mais, c'est quoi la loi d'Hont ? Pour commencer, cette méthode est utilisée en Belgique, Pologne, Finlande, etc. L'Espagne n'est pas seule à l'utiliser en Europe. On pourrait dire qu'elle est à mi-chemin du vote proportionnel et du vote majoritaire dans le sens qu'il favorise les "grands" partis mais reste relativement proportionnel lorsqu'il y a un nombre conséquent de sièges à pourvoir. Les 350 députés sont élus dans 52 circonscriptions électorales. Le nombre de députés à élire par circonscription n'est pas proportionnel au nombre d'habitants. Il est néanmoins de 2 au minimum par circonscription. La loi d'Hont, comment ça marche. Une fois les votes effectués, on élimine les listes de candidats ayant reçu moins de 3%. On prend les résultats obtenus par chaque liste puis on divise ce chiffre par 1 puis 2 puis 3 puis 4 et enfin 5. On va attribuer le siège à celui qui obtient le chiffre le plus haut puis le second à celui qui a le deuxième plus grand nombre et ainsi de suite. Ce n'est pas clair, un dessin sera d'une grande aide.Exemple :

Dans une circonscription électorale, 5 députés doivent être élus. Quatre partis présentent leur liste. Le parti A a obtenu 5000 votes, le parti B 4000, le parti C 3500, le parti D 1000. Le tableau d'attribution des sièges sera le suivant :

bountifulgrandafricanhornbill

Le premier élu est obtenu par le parti A, le deuxième élu par le parti B, le troisième par le parti C, le quatrième par le parti A et enfin le cinquième par le parti B
Cette méthode était destiné non pas à obtenir une "proportionalité" mais une majorité pouvant gouverner. Les circonscriptions "provinciales" ayant des populations faibles sont de fait volontairement sur-représentées afin que les territoires ne soient pas lésées par rapport aux grandes villes. Les partis PP et PSOE ont bénéficié pendant plus de 30 ans de ce système et l'Espagne a été gouverné par un bi-partisme qui a favorisé les dérives de ces deux partis comme la corruption, le clientélisme et la main mise du système judiciaire tribunal constitutionnel et tribunaux supérieurs de justice par un sentiment "d'impunité" assez souvent conforté par les décisions des derniers tribunaux cités. Les nouveaux juges en place n'hésitent plus à s'attaquer aux dérives, principalement de corruption, du PP et PSOE. Ceci, avec l'apparition de Ciudadanos et de Podemos, a bouleversé la vie politique de ces dernières années. Plus aucun parti politique ne peut désormais gouverner seul et nombre d'anciens dirigeants sont en prison ou inculpés dans des procès fleuves. Il existe encore un frein au renouveau politique en Espagne. Le nombre de votes pour obtenir un siège de député.


Total des votes obtenus divisé par le nombre de sièges obtenus, (chiffres arrondis) :

Ciudadanos : 97000           Podemos : 71000            PSOE : 64000          PP : 58000


Et le phénomène va aller en grandissant du fait de la "désertification" des zones rurales en faveur des grandes villes. On estime à 100 le nombre de sièges obtenus grâce aux circonscriptions électorales ayant une population de plus en plus faible. La révolte gronde dans la campagne et villes moyennes qui se sentent délaissées par le pouvoir central de Madrid quel que soit le parti qui gouverne. Ils ne voient les candidats du PP et PSOE que lors des campagnes électorales. Le village Benizar a même annoncé le boycott des élections sans parler de la manifestation à Madrid qui a vu défiler 50000 personnes le 31 mars pour exiger que le gouvernement de Madrid réagisse et s'occupe enfin des territoires laissés à l'abandon. 
De nombreux défis attendent le prochain gouvernement. Les autonomies avec le problème catalan mais aussi basque maintenant, le chômage toujours endémique, une réforme des impôts, la désertification des campagnes, les pensions de retraite, le prix de l'immobilier, etc.   

Sources

Elecciones generales 2019
Cuantos votos vale un escano
La cifra de la despoblacion
Espana vaciada reclama medidas

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.