La Dette Triple i:Injuste, illégitime, impayable

La dette triple i n’est pas née par génération divine de la cuisse de Jupiter, c’est le résultat de siècles de pillages par ceux qui gagnent beaucoup en spéculant sur ces dettes. Nous sommes arrivés à une dette impayable car elle est historiquement injuste et illégitime. Avant de négocier pourcentages ou délais de remboursement, les principes éthiques doivent être énoncés d’une manière ferme.

La Dette Triple i:Injuste, illégitime, impayable.

 

José Muchnik*

*Poète et anthropologue

Traduction de l’espagnol (Argentine) Viviane Carnaut

(Première publication en espagnol dans la revue «Tecla Ñ», Argentine, juin 2021)[i]

 Appeler les choses par leur nom: donner des noms aux êtres et aux objets est essentiel pour leur existence, pour les identifier, pour les représenter. Depuis des époques très anciennes, les individus ont été nommés à leur naissance, ainsi le cèdre est le cèdre, le saule est le saule et le « quebracho » le « quebracho »... il ne s’agit pas que des arbres. Albert Camus a résumé cette idée : « mal nommé une chose, c’est augmenter le malheur du monde ». Mais petit à petit les mots clefs s’éloignent de ce qu’ils prétendent désigner. Démocratie s’éloigne de peuple, du Demos qu’il représente». Le « libre marché » devient moins libre. Le « capitalisme » nous « décapitalise » de manière croissante, détruit notre capital social, notre capital environnemental, notre terre. 

La bataille du langage, la bataille pour nommer le monde, pour rapprocher les mots de la vérité devient essentielle si nous voulons gagner d’autres batailles: sociales, économiques, politiques…Voilà la raison de cet appel: nommer la dette convenablement est le premier pas avant de s’asseoir à la table des négociations. De quoi parlons-nous ? De la Dette triple I, ou si on préfère de la dette triple U (Unfair, unlawful, unpayable debt)[ii]. Il serait bête d’ignorer la primauté de l’anglais dans le concert des langues mondiales et plus encore dans les négociations financières. La bataille est colossale, las de jeter des néologismes qui chavirent sans peine ni gloire, le vieux poète que je suis demande de l’aide pour que le son « Triple U Debt », arrive aux oreilles des dirigeants du FMI, de la FED (Réserve Fédérale Américaine), de la BCE (Banque Centrale Européenne)…des “Fonds de spéculation” (nommés à tort fonds d’investissement). Cherchez mes chers technocrates derrière chaque U ou chaque I, vous trouverez des enfants mal nourris, des populations affamées, des migrants noyés en Méditerranée, ou déshydratés dans le désert de Sonora. Comparez vos revenus à ceux d’un fermier hindou ou sénégalais, d’un ouvrier du textile bengalis ou argentin, en un mois vous gagnez plus qu’eux dans toute une vie. 

Ne nous limitons pas à contester la dette dans une logique et un langage exclusivement économiques, qui nous conduirait à une impasse puisqu’il s’agit de relations de pouvoir et qu’Eux sont ceux qui détiennent les clefs, les indices et le langage du système économique. Assez des langages déshydratés! Réinjectons du sang frais dans les mots! … 

Tout va très rentable / Les hommes réduits / à des coûts de production / La production prisonnière / des rouages du marché / Et le marché? / Qu'est-ce que le marché? / Qui contrôle les ficelles / des tomates et des aubergines?[iii]

Dette Injuste

L’injustice est une question d’ordre éthique et philosophique, qui concerne les valeurs qui régissent notre conduite en société, les relations des êtres humains, entre les différentes cultures, entre les êtres humains et la nature. À la fin de la seconde guerre mondiale, les Nations Unies ont approuvé en 1948 la “Déclaration Universelle des Droits de l’Homme”. Il est bon de se rappeler certains passages souvent oubliés : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité (Art. 1). Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation (Art. 2).Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne (Art. 3) Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (Art. 5)”

Cette dette est injuste car elle porte atteinte à la dignité et aux droits humains élémentaires: se nourrir, avoir un toit et se soigner décemment. Les plans de restructuration de la dette sont tous taillés avec les mêmes ciseaux politiques; réduire les déficits fiscaux, attaquer les services publics des états: démembrer le système de santé au profit de la médecine privée, dégrader l’enseignement libre et gratuit, réduire les retraites en miettes… C’est la misère engendrée par ces politiques économiques qui amène des milliards d’individus à émigrer ; ainsi se produisent ces tristes scènes, des colonnes humaines frappant aux portes des pays “riches”, discriminés en fonction de leur origine, race, couleur…ou position économique. Ainsi nous pouvons le constater à la muraille-frontière entre les USA et le Mexique, ainsi nous avons pu l’observer au mois de mai de cette année 2021 dans l’enclave espagnol de Ceuta, la police traquant comme des chiens les migrants marocains qui osaient franchir la frontière. Droits humains où êtes-vous? 

Nous insistons que, tant dans le cas de l’Argentine comme d’autres pays en situation analogue y compris des pays européens comme la Grèce, avant de négocier des pourcentages, des taux d’intérêt ou des délais de remboursement, les principes éthiques doivent être énoncés d’une manière ferme. C’est le sens de la proclamation du 25 mai 2021 en Argentine “ La vie et la santé, d'abord, la dette, après».[iv]

“L'Hypocrisie se décline / comme un verbe régulier / à toutes les personnes de "l'oubli-hâtif" / Et l'homme devient chiffre / les chiffres perdent leur sang / et confectionnent des mathématiques modèles / en tissus synthétiques / qui ne savent pas apprécier / l’abandon de la nudité / Et au lieu de se demander / Eux. Qui sont-ils? / Ceux qui se sont sauvés de l'anonymat / Les heureux  quatre étoiles / aux recettes universelles / Au lieu de se demander / De quel côté de la poitrine / leurs âmes se sont échouées? / En quelles fibres les pauvres tissent / la force de leur chaumière? / Au lieu de formuler / de vraies questions / ils agitent grimaces en carrousels / et furets pour pingouins / Entreprises privatiser / Employés publics licencier / Salaires bloquer / Universités liquéfier / Egoïsmes arborer / Et ils continuent à clouer / des formules ou des banderilles / sur le front des pauvres gens / qui courent effrayés cherchant la sortie / OOOLE ! / Les promesses rouges elles chargent / (très hidalgos dans leurs passes / les Toreros Monétaires / de l’International Fond) / OOOLE ! / Les plateformes démocratiques chargent / OOOLE ! / Les pouces se tournent vers le bas / OOOLE ! / Les regards implorent un dernier vol / OOOLE ! / Les crapauds ajusteurs agitent leur bravoure / furieux les toreros qui aiment des pauvres braves) / OOOLE ! / Vibrent les arènes / OOOLE ! / Les oreilles tombent sectionnées / OOOLE ! / OOOLE !/ … Les discours nettoient le sang / Les équations coïncident / Les crapauds ajusteurs / se félicitent optimistes / Sans même soupçonner / que derrière le cinq / se cachent des mains tendues / et que derrière le neuf / deux filles regardent depuis la colline / les lumières et la fumée / des villes comme arènes » (“Hypocrisie structurelle” dans “Proposition Poétique pour annuler la dette Extérieure” op. cité)

 Dette Illégitime

 

Je ne suis pas juriste, je comprends pourtant que toute relation contractuelle qui souffre de vices dans sa constitution doit être frappée de nullité, déchargeant ainsi les partis de ses obligations. Je pense au dernier prêt du FMI à la République Argentine d’un montant sidéral de 44.000 mille millions de dollars contracté par le gouvernement de Mauricio Macri. Le dit prêt est doublement illégitime, tant du point de vue du débiteur, puisqu'il n’a pas été approuvé par le Congrès National, que du point de vue du créditeur car il s’agit du plus gros prêt de l’histoire du FMI qui n’ait pas suivi les instances et les critères d’évaluation définis par cette même institution. Que Donald Trump, essayant de sauver le gouvernement de Mauricio Macri de la débâcle politique, ait fait pression sur Christine Lagarde pour que ce “service” soit accordé n’est plus un secret.

Nous pourrions préciser que dans ce cas, la dette contractée n’est pas seulement illégitime mais aussi illégale, puisque les lois et les procédures établies n’ont pas été respectées. La différence entre l’illégitimité et l’illégalité est subtile mais essentielle. Ce qu’on appelle “Paradis fiscaux” dont l’objectif est de faciliter l’évasion fiscale et la fuites de capitaux des grandes fortunes, s’appuient sur un tissu d’acteurs et de figures de proue qui accordent l’opacité nécessaire à leurs manœuvres, mais aussi aux lois et aux normes juridiques établies sous mesure, leurs actions sont donc parfaitement légales, mais illégitimes…De même que les GAFA (Google, Amazon, Face Book, Apple) et autres multinationales (Star Books, Adidas etc…) payent des impôts ridicules dans les pays où ils agissent, car ils ont construit un échafaudage légal et ont le pouvoir et la capacité de lobbying nécessaires pour faciliter la promulgation de lois selon leurs besoins. Légales mais illégitimes sont aussi les opérations des “Fonds spéculatifs” ou “fonds vautours” qui se spécialisent dans l’achat de dettes des pays en faillite, établies sous l’arbitrage de tribunaux étrangers; ainsi au bout d’un certain temps ils obtiennent des intérêts sidéraux sur le capital investi… À ce propos le juge Griesa de New York (r.i.p.) a laissé des souvenirs indélébiles à tous les Argentins. 

Nous devons avancer sur la construction d’une législation concertée dans les instances mondiales pour annuler les dettes contractées de manière illégitime. Eric Toussaint et Damien Millet du CADTM (Centre pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde) vont dans ce sens : [v]“¿Pourquoi l’État endetté doit-il réduire radicalement sa dette publique en procédant à l’annulation des dettes illégitimes ? D’abord pour des raisons de justice sociale, mais aussi pour des raisons économiques que tout un chacun peut comprendre et s’approprier. Pour sortir de la crise par le haut, on ne peut pas se contenter de relancer l’activité économique grâce à la demande publique et à celle des ménages. Car si on se contentait d’une telle politique de relance combinée à une réforme fiscale redistributive, le supplément de recettes fiscales serait siphonné très largement par le remboursement de la dette publique […] Le droit international et le droit interne des pays offrent une base légale pour une telle action souveraine unilatérale.” 

En de nombreuses occasions historiques les dettes publiques ont été annulées ou réduites substantiellement ; ce fut le cas de l’Allemagne, qui en 1953 bénéficia de l’annulation de 60% de sa dette. Par contre, quand le gouvernement grec plébiscité par le peuple a cherché en 2012 à annuler une part substantielle de sa dette, il s’est heurté à la négative ferme de la Troïka (FMI, BCE, Commission Européenne). Les Allemands, oublieux de leur propre histoire, furent les plus féroces promoteurs  d’une thérapie d’austérité mortelle...  À l’époque j’ai écrit quelques lignes pour témoigner de ma sympathie pour le peuple grec: “Athènes en flammes voulait dire quelque chose, personne ne l’écoutait, personne interprétait le message […] voraces les SEFIKILL (SErial FInancial KILLers) exigeaient toujours plus, toujours plus, Pluuuuuuuus!!!... Avantages roulette, salaires dorés[vi], luxes célestes. Ils voulaient être des Dieux, conquérir l’Olympe, pour nous le nectar et l’ambroisie, vous mortels mangez de la merde[vii]. Leurs autels vibraient d’euphorie, Banques, Bourses, Fonds monétaires, ouvraient leur gueule réclamant des sacrifices : hôpitaux, écoles, théâtres, boeufs, agneaux, sang. Pas de sacrifice sans effusion de sang. […] Mauvais présage, les SEFIKILL ont confondu sacré et profane, âme et marchandises. Tout n’est pas privatisable. Combien coûtent cariatides, temples, amphithéâtres, mers, alphabets…? […] Europe[viii] n’est plus une belle vierge perchée sur son taureau blanc, Europe ne copule plus avec Zeus, elle tremble maintenant montée sur des Commissions Budgétaires qui jettent des feuilles de conditions, dates de paiement, foies frais, théâtres aphones, maîtres de la clavicule, retraités du violon. Mauvais présage, la dette vernie s’est fissurée, personne ne pourra la payer, euros ou dollars peu importe, toutes les devises entreront un jour au musée, comme deniers, oboles ou sesterces.”[ix]

 Dette Impayable

 

Nous sommes arrivés au troisième i. Il faudrait annuler une part substantielle de la dette publique, pas seulement en vertu de critères éthiques ou juridiques, mais aussi économiques: il s’agit d’une dette impayable. Je n’aime pas me répandre en chiffres et indicateurs économiques, mais il est intéressant de savoir que le montant de la dette publique globale mondiale était estimé fin 2020 à 277 billions de dollars, ou si l’on préfère 277 millions de millions de dollars, ou pour ceux qui aiment les mathématiques 277 x 10¹² dollars. Le rapport entre la dette et le produit intérieur brut[x] de certains pays est étonnant : Japon 235% (en 2019); Grèce 205 % (en 2020); Italie 155 % (en 2020); Espagne 120 (en 2020); USA 108 (en 2019); Brésil 99% (en 2019), Argentine 90 % (en 2020)…. On comprend que non seulement la dette argentine est impayable mais que la dette mondiale est arrivée à un niveau proche de l’effondrement, nous ne sommes pas les plus mauvais de la classe, loin de là. Quelqu’un peut-il croire que ces dettes soient remboursables? Non évidemment, ce qui s’imposerait c’est une négociation pour refonder les bases des relations économiques internationales. Mais … il y a toujours… un mais. 

N’oublions pas l’histoire, la grande sage. La dette triple i n’est pas née par génération divine de la cuisse de Jupiter, c’est le résultat de siècles de pillages par ceux qui gagnent beaucoup d’argent en spéculant sur ces dettes. Qui sont-ils? Les SEKIKILL, ceux qui manipulent les clefs et les mots-clefs du système. C’est pour ça que la négociation est si difficile, c’est pour ça que dès qu’ils entendent parler d’annulation, ils sortent les bazookas et visent la tête. Nous sommes arrivés à une dette impayable parce qu’elle est historiquement injuste et illégitime. Les pays latino américains le savent bien, eux qui ont été pillés durant des siècles par le pouvoir colonial et par les compagnies multinationales: agricoles, minières, pétrolières…

 “Quand quelqu'un a dit / Cette bouche est nôtre / nous voulons parler / Cette langue est nôtre / nous pouvons dire / Cet horizon est nôtre / nous serons ici / Quand les Mayas et les Quichés / et les frères de leurs frères / Quand les fils des fils / de la Grande Civilisation […] Osèrent réclamer / Cette terre mon sang / Ce ciel mon royaume / Ces couleurs mon orgueil […]Quand les fils des fils / de la Grande Civilisation / osèrent montrer […]Voilà les calendriers / Celui-ci aux Humains / pour le temps de leurs récoltes / Celui-là aux Dieux /

pour les éternels cycles du feu / Là les ornements / Les couronnes de plumes / pour admirer / la fragilité de la beauté / Les masques de jade / pour permettre / le long voyage des visages […] Quand les fils des fils / de la Grande Civilisation / osèrent demander / L'histoire: Qui écrire? / Les sauvages: Qui sont-ils? / La destruction : Qui payer? / Alors on leur répondit / Vous êtes une merde / Vous êtes des pouilleux / De quel droit nous parlez-vous / à nous / qui avons tout fait pour vous éduquer / à nous / qui avons tout fait pour vous civiliser / Alors / Les défenseurs de la Liberté / et des Droits de l'Homme / laissèrent pleuvoir les bombes au Guatemala / pour que la raison pousse comme il se doit / Pour que le pétrole et les bananes / ne se montrent pas à nu / gardant leur pudeur où vous savez / Il plut des bombes / et de puissants principes / Sur les hommes de maïs / Sur les gazelles aux sept roses / Sur les regards qui accusaient / donnant forme au silence[xi] (Extrait de “Guatemala” en “Proposition Poétique pour annuler la dette Extérieure” op. cité) 

Refuser le paiement de la dette illégitime est aussi un acte de réparation historique, il est sûr que nous le demanderons avec courtoisie, nous ne cherchons pas la vengeance mais seulement la justice. Aux puissants de la planète cette humble mise en garde poétique : c’est le moment de renoncer à certains privilèges. La chaudière est au bord de l’explosion, il est peut-être encore temps d’éviter le pire. Retenez ceci: les gens supportent de moins en moins les abus et les humiliations, ou nous nous serons tous sauvés ou personne ne le sera, il faut refonder le système, les modalités, les règles et les lois qui régissent les relations entre les hommes et avec la nature. 

Ce poète garde encore quelques grammes d’innocence et d’espérance, croit que ce n’est pas de l’audace de questionner “ Si personne n'ose compter / Si personne ne sait qui doit à qui / Pourquoi ne pas annuler les signes / et revenir  à la concorde du zéro? / Pourquoi ne pas annuler les dettes ? / Sang chaud / et croyances rasées / contre milliards de papiers verts / estampés sur mesure / Pourquoi ne pas imaginer une ère nouvelle? / Une ère poétique pour vénérer les origines / (nous sommes frères / tu ne tueras point / et tu aimeras ton prochain comme toi-même) / Une ère poétique pour vénérer la terre / (pour lui demander pardon pour tout) / Une ère poétique pour vénérer le verbe / (pour lui demander qu'il revienne parmi nous) / Alors / Frères du monde ... / apprenez à parler / et à vous écouter autrement. ” (Extrait de “Interrogation et proposition” dans “Proposition Poétique pour annuler la dette Extérieure” op. cité)

 

J.M

Juin 2021

 

 [i] https://lateclaenerevista.com/la-deuda-triple-i-injusta-ilegitima-impagable-por-jose-muchnik/

[ii] Merci à Alejandra Borcel de ses suggestions pour la traduction en anglais de “Deuda Triple i”

[iii]“Extrait du livre « Proposition Poétique pour annuler la dette Extérieure”, José Muchnik, 1993, Ed. L’Harmattan, Paris.

[iv] Proclamation réalisée en Argentina « La vie et la santé, d'abord, la dette, après“ ” par l ‘ex-juge Raul Zaffaroni et la députée nationale Fernanda Vallejos, approuvée par de nombreuses personnalités.

[v]EricToussaint , Damien Millet, 2012, « Pourquoi annuler la dette illégitime »,

www.cadtm.org/Pourquoi-annuler-la-dette

[vi] Au commencement du troisième millénaire dans une institution appelé FMI, manipulée par SEKIFILL, le directeur touchait une rémunération annuelle libre d’impôts de 496.000 dollars (420.930 u$s de salaire et  75.350 u$s en complément le malheureux a dû démissionner pour scandales sexuels, percevant jusqu’à la fin de ses jours une rente viagère de 8.000 u$s mensuels. L’élégante dame qui lui a succédé au milieu de 2011 de l’ère du scandale, a bénéficié d’un salaire annuel de 324.485 euros  plus un complément de 57.912 euros (http://www.economiadigital.es/es/notices/2011/07/)

[vii] On calcule, au niveau mondial, en mille millions le nombre de personnes en situation de pauvreté extrême qui vivent avec moins d’un dollar par jour. http://www.lostiempos.com/diario/actualidad/vida-y-futuro/20111018/44-millones-de-pobres-afrontan-encarecimiento-de_145972_301681.html

[viii] Europa: le nom du continent européen provient du nom de cette belle femme phénicienne de Tyr. Zeus, amoureux d’Europa se transforma en taureau blanc pour l’enlever. Montée sur ce taureau, Europa arriva sur l’île de Crète où elle eut trois enfants de Zeus et devint reine.

[ix]« SEFIKILL en Olympe » dans « SEFIKILL, José Muchnik; 2014, éd. CICCUS, Argentina.

[x] Revista Expansión https://datosmacro.expansion.com/deuda

[xi] En référence à l’invasion du Guatemala par les USA, au milieu du siècle dernier, pour protéger les intérêts de la “United Fruit Company”.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.