José MUCHNIK

Poète, écrivain, anthropologue. Chroniques poétiques du 3ème millénaire

Epinay sur Orge - France

Voir tous
  • Je ne regarderai pas la coupe du Qatar 2022

    Par
    J'aime le football, par pur dégoût je ne regarderai pas. Roule, roule ballon. Ils ont roulé, roulé des têtes, des cœurs, des corps. Pain et Cirque ! Pain et Cirque ! plus de pain désormais. Faim et cirque ! Faim et cirque ! Basta! Boycott intime et solitaire. Basta au show du marché ! Combien de tonnes de carbone ? Qu'importe si la planète brûle ! Qu'importe si des travailleurs crèvent !
  • Avant qu’il ne soit trop tard

    Par
    Chacun se demande s’il est encore temps d’empêcher la conflagration générale… Nous sommes au bord de la IIIe Guerre mondiale, et beaucoup — hommes d’État, dirigeants politiques, journalistes, intellectuels, citoyens — feignent de ne pas voir. Nous, poètes, écrivains, artistes, citoyennes et citoyens… Femmes et hommes, êtres humains qui peuplent cette terre, nous voulons dire:Il est encore temps
  • ¡Viva el Gran Reemplazo!

    Par
    Un grito poético para combatir la nefasta teoría del «Gran Reemplazo». ¡Reemplazar! Compresores de vidas, por nuevas sabidurías.Traficantes del dolor, por fuentes de alegría. Criadores de egoísmos, por panes compartidos. ¡Reemplazar! ¡Reemplazar! ¡Reemplazar! ¡Hasta encontrar vida! ¡Hasta sentir que es nuestra! ¡La tuya! ¡La mía!
  • Vive le Grand Remplacement

    Par
    Un crie poétique pour combattre la néfaste théorie du «Grand Remplacement ». Remplacer ! Compresseurs de vies, par des sagesses refleuries. Trafiquants de douleur, par des fontaines d’euphorie. Éleveurs d’égoïsmes par des pains d’altruisme. Remplacer ! Remplacer ! Remplacer ! Jusqu’à trouver la vie ! Jusqu’à sentir qu’elle est à nous! A toi ! A moi !
  • Chanson pour les noyés

    Par
    Le 17 novembre de l’année 2021, vingt sept migrants, hommes femmes enfants, fuyant la famine et les guerres, se sont noyés près de Calais- France, essayant de traverser le Canal de la Manche. Un horreur! Un horreur! Balbutiait entre pleurs le pécheur français qui les a retrouvés. Le poète rend hommage aux disparus dans cette tragédie, avec un cri qui reflète ces questionnements.