joseph Akouissonne
Abonné·e de Mediapart

298 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2012

Chasse Aux 'Négres' EN GRECE

joseph Akouissonne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

CHASSE  AUX «NÈGRES» EN GRÈCE

          La photo est terrible, insupportable : le dos, lacéré au cutter ou au couteau, d’un Noir que les nazillons grecs du parti de l’Aube Dorée ont supplicié. Socrate, Platon et Sénèque, les pères de la Démocratie, doivent se retourner dans leur tombe. C’est l’agence Reuters  qui a obtenu le témoignage de la victime, un Soudanais, photo à l’appui. Un autre Africain, un Egyptien, a été torturé par quatre nervis nazis, chaîne au cou, comme un chien, dans l’Ile de Salamine…

         Les médias français se sont-ils émus de cette abomination ? Un seul - Paris Match - a repris le reportage de Reuters. On aurait pu croire que l’Europe, qui donne des leçons de démocratie, de tolérance et d’humanisme au monde entier, ne se laisserait plus hanter par les résidus infects du nazisme. Mais, devant cette horreur, l’Union européenne reste silencieuse. Elle, si prompte à condamner la France à propos des Roms, se tait, dans un silence assourdissant. Deux poids, deux mesures ? On n’ose y croire. Mais, après tout, il ne s’agit que de « Nègres »…

          Depuis longtemps, trop longtemps, certains pays européens, incapables de résoudre les problèmes de la crise, ont entrepris une politique populiste, en désignant à la vindicte populaire tout ce qui n’est pas blanc. Hitler avait utilisé la même méthode d’intoxication. On sait à quoi elle a abouti…

          Le silence du gouvernement grec, l’absence de condamnation vigoureuse des autres Etats européens, le quasi-mutisme des médias européens, sont insupportables. En France, pays des droits de l’homme et de S.OS Racisme, ce manque de réaction est intolérable. Entre l’exhibitionnisme politiquement indécent de l’U.M.P., les «pains au chocolat» et le «racisme anti-blanc» de Jean-François Copé, la presse française n’a que l’embarras du choix : l’insignifiant ou la complicité par le silence. Comment ne pas stigmatiser ce comportement déshonorant ?

          Quant aux Etats africains, leur silence équivaut à une non-assistance à leurs citoyens en danger à l’étranger et, disons-le, à de la lâcheté. Comment expliquer l’absence de protestation vigoureuse de l’Union Africaine ? Pourquoi n’applique-t-elle pas le même traitement aux immigrés blancs qui vivent sur son territoire, de  plus en plus nombreux d’ailleurs à cause de la crise ? Pour l’instant, ils y résident en paix, on ne les lynche pas.

          Mais il faut que l’Afrique se réveille et dise non au traitement réservé à ses ressortissants en Europe. Aujourd’hui, elle a les moyens de faire entendre la voix du Continent noir. Avec fermeté.

        « On peut toujours déverser des tas d’immondices sur l’étage inférieur : le Peuple ». (Michel Serres)

                                                                                                                     A .DE KITIKI

(8 décembre 2012)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra