DONALD TRUP SE LACHE SUR LES AFRICAINS LES HAITIENS ET LES SALVADORIENS

Le Président des États-Unis Donald Trump se lâche sur les Africains les Haïtiens et les Salvadoriens. Il traite leurs pays de::" Pays de merde! Trump est un adepte de la suprématie blanche. Tout ce qui n'est blanc est méprisable. On se demande comment Les Noirs américains supportent ils un Président raciste et xénophobe?.

ÉTATS-UNIS D’ AMÉRIQUES :

DONALD TRUMP SE LÂCHE SUR LES AFRICAINS, LES HAÏTIENS ET LES SALVADORIENS

 

RACISTE, IGNOMINIEUX ET INSUPPORTABLE

          Les dernières éructations débiles de Donald Trump, suprémaciste blanc dont on connaît les accointances avec le Ku Klux Clan, sont littéralement à vomir : « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes (Africains, Haïtiens et Salvadoriens) viennent ici ? » Pour lui, « l’Afrique, Haïti et le Salvador sont des pays de merde… » Et, poursuit-il : « Les États-Unis devraient plutôt accueillir des Norvégiens (blancs  et blonds aux yeux bleus…) Pourquoi avons-nous besoin de plus de Haïtiens ? »

          Donald Trump a, décidément, de sérieux problèmes avec les personnes de couleur noire. Ses nuits sont peut-être hantées de cauchemars pleins de ces gens à la peau trop sombre. On se demande comment il peut être le président d’un pays multiracial et le plus puissant du monde en étant ce raciste avéré.

         Mais, devant ces tombereaux d’insanités,  l’Afrique, pour une fois, s’indigne et convoque les ambassadeurs américains pour stigmatiser les propos outranciers de l’incorrigible Trump. L’ancien ministre de la culture, Jack Lang, semble avoir trouvé la bonne formule : « Trump : président de merde. » Ce 45e président des États –Unis est une caricature abjecte de dirigeant. Or, il est à la tête du pays le plus puissant du monde. Depuis son élection, il n’a cessé de mépriser l’Afrique et les Africains. Pour lui, tout ce qui n’est pas blanc ne compte pas. On se demande comment les Africains-Américains peuvent se sentir à leur place dans leur pays !

          L’indignation des pays d’Afrique noire ne devrait pas s’arrêter à la convocation des ambassadeurs américains. Il faudrait qu’elle se manifeste aussi par un rappel de leurs propres diplomates, accompagné d’une menace de rupture des relations, assortie de demande d’excuses. En outre, toutes les résolutions présentées par le gouvernement Trump aux Nations-Unies devraient être boycottées par les états africains. Donald Trump doit être isolé. Il représente une calamité pour l’humanité, un immense danger pour la sécurité du monde. Ne faudrait-il pas le soumettre à des examens psychiatrique ? Le peuple américain ne mérite pas d’être dirigé par un président élu par des adeptes du Ku Klux Clan, promoteurs de la suprématie blanche.

          La marque de vêtements « H&M » a cru bon de faire porter par un petit garçon noir un sweat-shirt recouvert de l’inscription : « Cool est Moncey in the jungle » (Le singe le plus cool de la jungle). L’ignominieuse publicité a aussitôt déclenché une vague de protestations légitimes. Car les Noirs doivent, désormais, réagir avec force aux injures et provocations racistes. A l’heure où l’Afrique prend son essor, à l’heure  où arrive une nouvelle génération d’Africains  décomplexés, décidés à laver les humiliations séculaires, il faut en finir avec le mépris que des générations de Blancs ont infligé aux Noirs. Sinon, on risque d’être confronté à toute une jeunesse dangereusement vindicative. Est-ce que cette frustration et ces rancœurs ne se manifestent pas déjà par les réactions violentes des jeunes issues de l’immigration dans les banlieues ?

                                                                                                                   JOSEPH AKOUISSONNE

(15 janvier 2018)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.