joseph Akouissonne
Abonné·e de Mediapart

298 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2018

joseph Akouissonne
Abonné·e de Mediapart

FRANCE- CENTRAFRIQUE:LES RUSSES A BANGUI INQUIETUDE A PARIS

Le symbole de la Françafrique, La chasse gardée de l'ex-puissance coloniale est-elle entrain de passer sous influence soviétique? Macron ne sait pas sur quel pied danser en Centrafrique. Un pays qui a basculé dans un chaos sanglant. Depuis environ cinq ans l'ONU, la France et les puissances occidentales tentent en vain d’arrêter les massacres.

joseph Akouissonne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                                                CENTRAFRIQUE FRANCE :

                                        LES RUSSES A BANGUI, INQUIÉTUDE A PARIS

LES NOUVEAUX GOUVERNEURS DE LA CENTRAFRIQUE ?

          L’un des bateaux de la « Françafrique » est-il en train de couler ? Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, apparemment peu intéressé par le sort de la Centrafrique, depuis la venue des Russes, sollicitée par le président Touadera déçu par les Occidentaux, la France en particulier, depuis le casernement des soldats de Poutine à Béréngo, le palais de l’ancien empereur Bokassa, la carte des influences au sein du pays a été sérieusement modifiée.

            Ce sont les Russes qui la redessinent en effaçant d’abord la France de la scène centrafricaine. Le retrait prématuré de la force Sangaris a laissé un goût amer à de nombreux habitants. Ils se sont sentis trahis et abandonnés par la France, l’amie séculaire. Dès le retrait de ses soldats, les massacres ont repris de plus belle, car les ex-Sélékas ne craignaient qu’une force en Centrafrique : celle de Sangaris. Son intervention a évité au pays ce qui aurait pu être un génocide et un nettoyage confessionnel.

          Cela étant, il ne faut pas oublier que la colonisation française n’a pas vraiment favorisé l’essor de la RCA. Le retard abyssal pris par ce pays témoigne du désintérêt de la France pour son ex-colonie. L’Oubangui- Chari était un comptoir colonial aux mains de cruelles sociétés concessionnaires, qui se préoccupaient plus de piller les matières premières que d’améliorer le sort des populations.

          Et, il faut bien le dire, les habitudes sont malheureusement tenaces. Une sorte de néocolonialisme s’est substituée au colonialisme d’antan. Les mentalités, plombées par des relations de dominants à dominés, ont transformé les élites centrafricaines en pantins, fossoyeurs de leur pays.

La présence russe va-t-elle initier un nouveau type de rapport, plus équilibré ? Ou, au contraire, perpétuer une coopération dont la Centrafrique sortirait encore perdante ?

LE PARI DU PRÉSIDENT TOUADERA

          Faustin-Archange Touadera ne vient-il pas d’abattre là son dernier joker ? Soit les Russes l’aident à se débarrasser des rebelles qui font la loi sur 80% du territoire et massacrent les populations ; soit son quinquennat risque d’être compromis.

          Il doit, de toute façon, clarifier les conditions de l’intervention russe. Personne ne croira que les soldats de Poutine volent au secours des Centrafricains par philanthropie.  Que vont-ils exiger en compensation ? L’autorisation de créer une base militaire comme au Soudan et en Syrie, pour pérenniser leur présence au centre du continent ? Ou la permission d’exploiter les immenses richesses du sous-sol et de la forêt ?

          La Centrafrique n’a, pour l’instant, que ses richesses naturelles à offrir, en échange d’une aide pour éradiquer les violences qui pourrissent la vie de ses habitants. En outre, l’installation d’une base militaire au centre du continent serait un atout majeur pour le rayonnement de la puissance des Russes face aux occidentaux.

          Quoi qu’il en soit, leur arrivée va modifier singulièrement l’approche du chaos centrafricain. C’est une nouvelle donne qui va déséquilibrer le rapport des forces au détriment des rebelles. Ceux-ci savent pertinemment que, si les Russes s’engagent fortement aux côtés des FACAS, leur fin est proche. C’est pourquoi ils sont devenus si nerveux et multiplient les actes de violence et les massacres. Mais les déclarations intempestives des chefs sélékistes réunis à Kaga-Bandoro, menaçant de marcher sur Bangui, ne sont que du bluff. Une intimidation, telle une souris devant un cobra menaçant. Les factieux ont intérêt à suivre sans tarder la médiation russe et à rejoindre la table des négociations après avoir déposé les armes.

          Tandis que les Européens - les Français en particulier - gardent un silence surprenant (signe d’une certaine inquiétude ?), les forces russes assurent la garde rapprochée du président Touadera, contribuent à l’entraînement des FACAS et commencent même à intervenir avec elles sur le terrain. Comme à Sibut par exemple, à la grande satisfaction des populations. L’espoir va-t-il renaître ?

Le pays des Bantous a énormément souffert. Il a besoin qu’une aube nouvelle de paix et de réconciliation surgisse bientôt – et ce sera sans doute grâce aux Russes et aux Centrafricains eux-mêmes.

                                                                                                               JOSEPH AKOUISSONNE  (22/05/2018)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert