TAUBIRA: LA HAINE





 



                                                    
TAUBIRA : LA HAINE



 

          Braquages de bijouteries. Kalachnikovs qui mitraillent à Marseille. Vols dans le métro. Agressions de personnes. Viols et autres méfaits : tout est,  désormais, de la faute de ChristianeTaubira, Garde des sceaux.

          Pas un seul commentaire des élus de l’U.M.P., Jean-François Copé, Eric Ciotti, Christian Estrosi, Nadine Morano… (pour ne citer que ceux-là) ne manque de stigmatiser la Guyanaise et de la jeter en pâture à la vindicte populaire. Même quand on parle d’économie, de
sociologie ou d’agriculture, s’il y a des problèmes, c’est la faute de Taubira ! La gauche laxiste pétrie d’angélisme et la droite autoritaire, ce sont aussi  les créatures de Taubira, la "sorcière noire". Des récidivistes, on en avait aussi au temps où la droite était au pouvoir, mais c'était encore à cause de l'ex- indépendantiste guyanaise !

          Il est à signaler que la réforme pénale portée par Christiane Taubira n’a même pas
été encore discutée à l’Assemblée Nationale.

          Jamais ministre, Garde des Sceaux, ne fut autant honni. Et l'on n'entend pas beaucoup les membres de son camp la défendre. C'est navrant et regrettable. Elle doit se sentir bien seule, la courageuse Taubira !

          Messieurs de la droite, un peu de courage ! Reconnaissez que c'est sa
couleur qui vous gêne. Dites-le franchement : une négresse Garde des Sceaux vous indispose. A cause de vos indécentes et incessantes éructations, elle va finir par devenir une sorte de Jeanne d’Arc noire, qu’il faudra brûler.

          En vous acharnant sur elle, vous détruisez la cohésion sociale de la France. Ces attitudes antirépublicaines favorisent la montée des partis extrémistes et xénophobes. Ressaisissez-vous ! Reconstruisez un parti d’opposition de droite républicaine. Vous vous réclamez du général De Gaulle ? Alors, revenez sur le sentier que, jadis, il a tracé.

          La France va mal et vous passez votre temps en invectives, en luttes fratricides, en dérapages. Fallait-il aller à Moscou, donner du "cher Vladimir" à Poutine, qui n’est pas, loin s'en faut, un exemple de démocrate ? Et critiquer, de l’étranger, la politique de votre pays ?
          Il fut un temps où l'on accusait le parti communiste français de prendre ses
ordres de Moscou. Aujourd’hui, l'un des vôtres va trinquer avec Poutine, complice du
bourreau de Damas...

          Le Cardinal de RETZ disait : «  On ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens… » Faites en sorte qu’il ne soit pas trop tard ! Occupez-vous, enfin, de la France.



A. DE KITIKI

(21 septembre 2013)

                                                  



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.