ISRAEL-AFRIQUE

En inaugurant une clôture électrique pour protéger son pays contre les migrants Africains, le Premier ministre Israélien a éructé:" Les migrants Africains sont pires que les Djihadistes..."

ISRAEL-AFRIQUE :

LES IGNOMINIES DE BENYAMIN NETANYAHU,

PREMIER MINISTRE ISRAÉLIEN,

A PROPOS DES MIGRANTS AFRICAINS

 « Ils sont pires que les djihadistes. »

 

UN RACISME ANTI-AFRICAINS ORDINAIRE

          20 mars 2018 : lors de l’inauguration d’une clôture électrique visant à protéger les frontières de son pays contre les migrants africains, le Premier ministre israélien éructe, dans une indifférence quasi générale, des apostrophes indécentes à l’encontre des migrants africains : « sans cette barrière, nous serions confrontés à de graves attaques terroristes venues du Sinaï et pire, à une arrivée massive de migrants africains. » 

          Quelle dérive vers le pire des racismes de la part d’une personne qui a eu à souffrir de la barbarie nazie ! Quelle insulte à la mémoire de tous ceux qui ont été envoyés dans des camps de concentration !

          Décidément, le Premier ministre israélien est incorrigible. Ce n’est pas sa première sortie, la haine à la bouche, contre les migrants africains. Il n’y a pas si longtemps, l’extrême-droite israélienne a envahi les rues de Tel Aviv en excitant ses partisans et en déversant partout des propos xénophobes. Régulièrement, les migrants africains sont violemment pris à partie et accusés d’envahir Israël pour contaminer sa population. Le médecin qui l’affirme semble obéir à une recommandation du ministre de la Santé. Les migrants sont parqués dans des camps. Ou alors, ils subissent les crachats et les insultes dans la rue.

          Si le Premier ministre actuel peut être qualifié de raciste et de xénophobe, l’ancienne Première ministre, Golda Meir, doit se retourner dans sa tombe. Elle qui prônait « une solide coopération avec l’Afrique » n’avait pas hésité, lors d’un voyage sur le continent, à proclamer : « Les Noirs et les Juifs ont été deux peuples persécutés. Pour les juifs, par l’holocauste ; pour les Noirs, par l’esclavage… » Au cours des années 60, elle n’avait pas cessé de militer pour que l’Afrique et Israël coopèrent. Elle avait accordé des bourses à des jeunes Africains afin qu’ils aillent dans les kibboutz pour s’initier aux techniques agricoles. Inversement, beaucoup de jeunes Israéliens avaient été envoyés dans plusieurs États africains fraîchement indépendants pour leur prêter assistance et les aider à rationaliser leur agriculture.

          Aujourd’hui, les dirigeants de l’État hébreux courtisent assidûment leurs homologues africains pour établir des relations diplomatiques entre leurs pays. Des militaires israéliens conseillent la garde prétorienne de certains États africains. Des immigrés israéliens sont nombreux à vivre en Afrique noire sans être inquiétés. Ils participent à l’économie tout en faisant des affaires juteuses.

          C’est depuis l’avènement du Premier ministre Benyamin Netanyahu, qu’une extrême-droite minoritaire, traditionaliste, xénophobe et raciste gangrène le pays de Ben Gourion. Avec sa politique agressive et provocatrice, Netanyahu est en train de mettre son peuple en danger. En fait, beaucoup d’Israéliens sont des femmes et des hommes de paix. Ils manifestent souvent contre les persécutons des migrants africains et condamnent les éructations xénophobes de leur Premier ministre. On pourrait presque dire qu’il ne mérite pas son peuple.

          Les Falashas, juifs noirs d’Éthiopie, subissent, eux aussi, un racisme quotidien. Ils sont discriminés dans le pays à cause de leur peau noire. En cultivant la peur de l’Arabe et de l’Africain, Benyamin Netanyahu est en train d’isoler Israël. Survivants de la barbarie racialiste nazie, les juifs devraient être à la tête du combat contre toutes les formes de racisme et de discrimination.

« Les migrants africains sont pires que les djihadistes » : la phrase de Netanyahu rappelle furieusement l’injure lancé par Trump : « L’Afrique, pays de merde !» Il n’est donc pas surprenant qu’ils s’entendent comme « cul et chemise ».

          Notons qu’une fois de plus, devant ces propos scandaleux, l’Union Africaine n’a pas réagi. Comme d’habitude.

                                                                                   

 JOSEPH AKOUISSONNE DE KITIKI

(2mars 2018)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.