Joseph Confavreux
Journaliste à Mediapart

28 Billets

3 Éditions

Billet de blog 14 févr. 2019

Le Crieur N°12 sort la semaine prochaine !

Le dernier numéro de la Revue du Crieur, qui sort jeudi 21 février, enquête sur la New Romance, le retour du clash entre intellos, le masculinisme et les Punks chinois. Tout en revenant sur les 25 ans du génocide des Tutsi et les 20 ans de la guerre au Kosovo. A vos librairies !

Joseph Confavreux
Journaliste à Mediapart

« Le plus excellent symbole du peuple, c’est le pavé. On marche dessus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête. » La formule de Victor Hugo traverse les siècles pour rappeler que la notion de peuple convoque presque toujours celles de dignité et de surgissement. Extraite d’un recueil de notes posthumes intitulé Choses vues, elle peut aussi signaler la nécessité de toujours bien regarder ce qui se produit du côté du populaire, avant de vouloir y repérer, qui un ferment révolutionnaire, qui une pente réactionnaire.

Tantôt assimilé à une transcendance positive, tantôt porteur d’une consonance négative, le peuple, tel qu’il a été remis sur le devant de la scène par les gilets jaunes, demeure, à l’instar du désormais fameux chasuble, un signifiant flottant, propice à toutes les appropriations, qui ne fait souvent que réfléchir les désirs de celles et ceux qui pensent l’observer ou prétendent le diriger. A cette aune, la révolte française de l’hiver 2018 constitue à la fois une clarification et une accélération.

Clarification puisque le soulèvement des gilets jaunes vient rappeler que le peuple ne se limite pas, d’un côté, à une entité plus ou moins stable que les démocraties représentatives sont désormais bien incapables de représenter, et, de l’autre, à une communauté homogène réduite à des caractéristiques identitaires. Et qu’il n’y a donc pas de fatalité à accepter le face-à-face mortifère et mensonger auquel on voudrait réduire la politique contemporaine entre soi-disant progressistes et autoproclamés défenseurs du peuple, d’abord soucieux de le réduire à sa composante ethnique et autoritaire. La révolte de cet hiver réveille une troisième idée du peuple, en tant qu’il cristallise à la fois une situation de domination et une possibilité de débordement.

Accélération dans la mesure où la mise en cause, dans la rue et sur les routes, de démocraties libérales exsangues et iniques, peut aussi bien faire jonction avec leur remise en cause dans les urnes, visible lors des élections récentes au Brésil ou aux Etats-Unis de présidents racistes voire fascistes, que faire pression pour leur nécessaire métamorphose vers beaucoup plus de justice sociale et fiscale.

Dans l’hypothèse optimiste, convertir les exigences d’égalité comme les rancœurs et les colères accumulées en passions joyeuses ne passera pas seulement par des jets de pavé, même si l’on considère celui-ci comme le symbole du peuple. Cela suppose aussi de desserrer l’étau européen et d’en finir avec le carcan économique dont il est le garant, et non seulement avec des institutions nationales sclérosées.

Les prochaines élections européennes – dont les classes populaires se sont détournées depuis longtemps – pourraient-elles alors l’occasion de dessiner la couleur du peuple européen ? Peut-on imaginer une mobilisation jaune à l’échelle du continent, qui ne soit pas investie par les partisans de Salvini ou Orban ? Réponse dans quelques mois. Le temps de lire cette nouvelle livraison roborative de la Revue du Crieur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon