Le Crieur : 10 numéros, 3 ans, 21 juin

Le 10ème numéro du Crieur sort jeudi 21 juin. L’occasion d’un bilan estival et musical. Mais surtout de nouvelles enquêtes sur l’enfer du «social ranking», l’Unesco, la mode Spinoza, la police du futur ou les habits neufs du vieil imaginaire de la francophonie,

9782348036101
Le dixième numéro du Crieur sort jeudi 21 juin. L’occasion d’un bilan estival et musical. Mais surtout de nouvelles enquêtes sur l’enfer du « social ranking », les habits neufs du vieil imaginaire de la francophonie, l’Unesco, la mode Spinoza ou la police du futur.

Dix numéros, trois ans d’existence, cent dix articles, quatre-vingt-dix auteurs, cinq continents, huit portfolios photographiques, sept mille exemplaires vendus de chaque livraison… Le Crieur n’a pas à rougir de son bilan chiffré. Mais celui-ci ne saurait, seul, refléter le territoire parcouru.

Dans la tête de la NSA, du pape François ou de Pierre Rabhi. Dans les coulisses de l’Académie française, de l’Opéra de Paris ou du Centre Pompidou. À la découverte des survivalistes de la Silicon Valley, du succès du Talmud en Corée du Sud ou de la science-fiction africaine. À la recherche de ce que lisent les patrons, de ce que croient (encore) les économistes ou de ce que pensent ( vraiment ) les djihadistes. À la pointe des humanités numériques, des rêves algorithmiques et de nos inconscients digitaux. À l’assaut de la pensée d’Agamben, de la collapsologie ou de la polémologie. À l’attaque de Joann Sfar, Caroline Fourest ou Michel Onfray.

Trois années de Revue du Crieur, c’est tout cela, mais ce sont encore des enquêtes pionnières sur les querelles de l’islamologie française, l’écologie réactionnaire ou le retour de Marx aux États-Unis, qui ont infusé, à défaut d’être toujours mentionnées, dans les pages Idées de quotidiens et d’hebdomadaires prestigieux.

Le retour d’expérience ne serait pas complet sans évoquer les soupçons d’antisémitisme aussi infamants que fantasmés lancés par Charlie Hebdo et une mise en parallèle avec Causeur dressée sans vergogne dans les pages Débats du Monde, que les historiens des Idées du futur regarderont en riant ou en pleurant.

Enfin, last but not least, une entrée fracassante dans la culture populaire avec, notamment, pour ne parler que des éléments repérés par la rédaction, un gros plan sur le numéro 4 de la revue tenu par Agnès Jaoui dans le film Aurore et une commande de papier fictive adressée au narrateur de BettieBook, le dernier roman de Frédéric Ciriez.

Dans le numéro 10 de la Revue du Crieur, retrouvez notamment de nouvelles enquêtes sur l’enfer du « social ranking », la mode Spinoza, la police du futur, l’Unesco, le fascisme juvénile et branché et un dossier sur les habits neufs du vieil imaginaire de la francophonie.

Merci à tous les auteurs, à tous les lecteurs, et en route pour dix prochains numéros qui continueront à renouveler le journalisme culturel, réinventer l’investigation philosophique, bousculer le débat d’idées et déboulonner les statues intellectuelles rouillées. Avec vous, et pas sans vous. Abonnez-vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.