Joseph Siraudeau
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

3 Éditions

Billet de blog 28 août 2021

Réprimer pour mieux régner : (encore) un nouveau média pour la rentrée

Début septembre, retrouvez chaque semaine des contenus divers sur la répression. L'objectif ? Mettre au jour et destituer ce qui représente un phénomène séculaire et pourtant peu théorisé et mal médiatisé.

Joseph Siraudeau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La répression, on en entend sans cesse parler. Devenu une antienne, reprise par tout un chacun, ce terme est soumis à des interprétations à géométrie variable. A croire qu'il se serait banalisé. Parce que nous nous situons à la croisée des chemins, parce que la dénonciation existe (mais utilisée à bon escient) afin de pourfendre les abus bourgeois, parce que tout est réversible, Réprimer pour mieux régner sera comme une arme. La vôtre, contre eux.

Ci-dessous, vous retrouverez le manifeste du blog, bientôt accessible en ligne.

*

La répression ne spécule en définitive que sur la peur”, écrivait l’ancien écrivain et révolutionnaire russe Victor Serge. La répression ou reprimo, en latin : faire reculer en pressant, empêcher d’avancer, contenir. La répression, un terme qui renferme de vastes significations, de la psychanalyse à la science politique. La répression, plus qu’un terme, un phénomène protéiforme, instrument de contrôle par excellence, violent dans l’acte, respire, justement. La répression s’emploie, s’accroît, s’atrophie, est vécue. Elle se vit dans la chair et dans l’esprit. La répression terrorise bruyamment ou refoule à bas bruit. La répression, à elle-seule, méritait bien qu’on lui consacre une chronique pleine et entière. Mais pour mieux la cerner, la disséquer, en fouiller les méandres, comment elle s’immisce dans l’intime et, enfin, l’affronter. Certes, la répression est subie. Dès qu’elle est capturée et dénudée, sans idéologie ni mystique armure pour la protéger, la répression est renversée. “Mais la peur peut-elle suffire à combattre le besoin, l’esprit de justice, l’intelligence, la raison, l’idéalisme, toutes forces révolutionnaires manifestant la puissance formidable et profonde des facteurs économiques d’une révolution ?”, poursuivait naguère Serge. La répression, si elle suscite effroi et dépossède l’individu, évolue avec son antagonisme, la révolution. La révolution contre la répression. L’arc de la résistance contre l’axe des pouvoirs cyniques. La subversion contre la perversion. Toutefois, ces espérances, ni vaines, ni désespérées, sont, pour l’heure, capturées par ceux qui les craignent. Et, pour ainsi dire, doivent l’intégrer dans leur logiciel sans en reproduire, sous une autre forme, les excès. Autrement dit, pour s’en défaire, elles devront affronter la répression – tout en s’extrayant de ses déments aimants.

Il serait erroné de croire en son atténuation – mais plutôt en sa diffusion. Elle évolue et apprend, perdure et persiste, au sein de biotopes particuliers, les pouvoirs. Ensemble, ils fonctionnent en interdépendance et sont indissociables car la domination, qui ne se perpétue plus – enfin, comme ils aiment à nous le rappeler, dans le sang, naît et grandit en suspension. Cela se vérifie avec toujours plus d’acuité. De manière plus ou moins perceptible et endurée par les corps – ceux des militant.es, des journalistes, des lanceur.seuses d’alerte mais aussi des citoyen.nes silencieux.ses, qui meurent dans le silence – la répression tend à s’accentuer à mesure que les événements “désorganisationnels” se démultiplient – crises climatique, épidémique, politique… D’où, selon nous, la pertinence et l’importance de la comprendre, la confronter et la destituer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis