Le "En même temps" à la lumière de Lupasco !

Alors que je suivais une licence en théologie, j'avais choisi ce sujet de devoir : Que signifie le passage de la métaphysique à l’ontologie ? Je connaissais peu ces concepts mais ce travail s'était révélé particulièrement intéressant et profond. Je retrouve aujourd'hui des liens avec le travail de Stéphane Lupasco et cette rencontre réveille ma curiosité et mon intérêt.

Le titre du billet renvoie à un article de Claude PLOUVIET de juin 2018, je ne les connaissais pas :  La locution « En même temps » vue sous l’angle de la logique dynamique du tiers inclus contradictoire. 

J'ai trouvé un autre article tout aussi intéressant : La Théorie de Lupasco et trois de ses applications  qui se termine ainsi "Le principe de contradiction commence avec l'apparition de la particule et sans doute avant même le fameux big bang car l'intelligence créatrice prévoit que la matière apparaîtra au terme d'une lutte entre la matière et la non-matière. Ce qui indique que l'idée du conflit chère à Lupasco est l'essence même de l'univers et de toutes chose manifestée.

 

Les personnes qui suivent mon blog depuis un certain déjà, savent que j'ai une marotte, "le conflit" justement, car j'ai eu à en vivre un qui a radicalement changé ma vie. Ce conflit avec un représentant de l'institution Education Nationale a été très difficile et compliqué à traverser, heureusement j'avais déjà travaillé sur mes émotions et, à ce moment de ma vie, j'ai commencé une recherche-action selon "les histoires de vie" (Gaston Pineau). Sans cela je pense pouvoir dire que j'aurais été anéantie par les puissances qui sont en jeu dans des situations pareilles (mon site).

Je redécouvre aujourd'hui une retranscription d'un livre dont j'ai oublié de noter le titre (!), à la page 206 il y est question de l'antagonisme entre Matière et Energie. Voici ce que j'ai conservé de ce que j'ai lu :

Tantôt l'une l'emportant sur l'autre parce que s'actualisant

Tantôt cédant sa place en se potentialisant et vice versa

Ces 2 premières matières engageant tout l'être dans des processus existentiels bien spécifiques.

 

La notion d'homogénéité fait référence à l'identité, à la conservation, à la permanence, à l'uniformité, à la répétition, à l'égalité... Elle se soumet à la logique déductive et à la rationalité (ontologie !?)

 

La notion d'hétérogénéité vise l'inverse : différence, diversité, inégalité, variation, non identité, exclusion etc... (logique inductive - métaphysique !?)

 

Lupasco relève un troisième type de système énergétique, une 3e sorte de matière manifestée abondamment dans l'expérience microphysique. Alors que dans la 1ère matière macrophysique l'homogénéisation l'emporte sur l'hétérogénéisation et qu'inversement, dans la matière vivante, l'hétérogénéisation refoule l'homogène et prend sa place, dans la 3e matière les forces d'identité et de non-identité (homogène/hétérogène) sont en équilibre. En effet, l'énergie atomique (microphysique) est une énergie où

"la tension antagoniste est telle, où les dynamismes contradictoires sont dans un tel équilibre, se bloquant réciproquement, que la désintégration naturelle ou artificielle du noyau signifie en fait la rupture de la tension antagoniste".

 

 

Voici la conclusion du devoir de théologie dont je parle plus haut : 

Conclusion
Nous avons choisi ce sujet afin de mieux comprendre ce que métaphysique et ontologie pouvaient nous dire de notre relation à Dieu et de l’énigme de l’être humain. Nous n’imaginions pas un instant ce que nous allions pouvoir en dire et nous sommes étonnée du résultat.
Bien qu’il y ait encore quelques hésitations, nous pouvons dire de la métaphysique qu’elle nous renvoie aux origines de notre relation à Dieu, au Principe, aux Causes premières, mais nous comprenons mieux que l’ontologie nous parle de nous même et du « lieu » où Dieu nous rappelle à Lui. Nous avons pu retrouver quelques repères : 

  • La seule unité qui résiste à la puissance absolue est l’identité absolue du singulier,
  • La mise en lumière d’une certaine construction de l’être et l’unité organique du savoir chrétien,
  • Un processus en lien avec la Trinité et l’Incarnation qui libère l’être humain du péché,
  • L’Acte pur qui participe à la création du monde

et surtout l’impression de mieux connaître tous ces penseurs qui ont construit ce savoir immense que nous aurions bien besoin de nous réapproprier tant il est porteur d’espoir pour l’humain d’aujourd’hui.

La métaphysique est plutôt un procédé inductif, celui que nous avons connu et qui nous a conduit à nous interroger sur l’essence de « la force » qui nous faisait agir. Une démarche de l’ordre de la recherche-action « moderne ». Platon était déjà dans cette démarche là.
L’ontologie est plutôt un procédé déductif et elle a pu se formaliser lorsque les penseurs ont pris conscience de l’action que la connaissance, et donc la formation, pouvait avoir sur la nature humaine et qui pouvait être reproduite. Aristote, bien qu’il ait vu la fécondité de la démarche inductive, avait préféré travailler sur la démarche déductive.

Celui qui cherche est dans l’ordre de la métaphysique et doit pouvoir exercer une parole libre, y compris de remise en cause de l’autorité et du groupe, du négatif advenir au positif, c’est une démarche qui reste difficile à accepter par celui qui est ainsi remis en cause, il faut donc qu’il soit former à cela.

La connaissance ontologique est réservée à celui qui accompagne car il doit connaître les arcanes de la nature humaine pour ne pas nuire. Le passage de la censure est particulièrement périlleux et le censeur doit être capable d’affronter la « violence de l’apprenti » sur le chemin de la libération en lui offrant son amour, un amour accueillant qui n’est pas exempt de rigueur.

Ceci vient confirmer l’intuition que nous avions à propos de la censure, elle est « l’épreuve initiatique » qui fait advenir un homme libre et non un homme aliéné. C’est toutefois un « outil » ambiguë à ne pas mettre dans « toutes les mains » tant les conséquences peuvent être lourdes. Nous pouvons comprendre que l’amour en soit un marqueur particulièrement important pour ne pas tomber sous l’emprise de la manipulation d’hommes « sans foi ni loi ». Jésus est le Modèle du Maître.

 

Je reprends ici un extrait du livre d'Alain Didier-Weil qui m'a permis de comprendre, profondément, ce que je vivais au moment du conflit, cela a des liens avec tout ce que j'évoque ici :

« …par le commandement sidérant, le sujet renvoyé à ce temps originaire qui précède le temps de l’interdire est replacé dans une position originaire où, la loi n’étant pas là pour lui dire où est le bien, et où est le mal, il a à faire un acte de discrimination entre le bien et le mal qui doit être compris comme une authentique création de sa part car, en ce point de sidération, il n’y a plus aucun prêt à penser pour l’orienter éthiquement » (Les trois temps de la Loi, p.185).

 

 

C'est ici que ces différentes approches font sens pour moi ! Mais pour pouvoir l'exposer il va me falloir lire les articles que j'ai mis en liens au début du billet, cela va me demander un tout petit peu de temps. Pour mieux comprendre ce que je cherche, il faut savoir que je suis "atteinte" par une maladie auto-immune, la maladie de Waldenström, et l'INSERM explique que les maladies auto-immunes se comprennent comme "la rupture de la tolérance au soi". J'aimerais comprendre ce que cela veut dire sachant que le conflit que j'ai vécu je l'ai vécu comme un éveil qui nous transforme totalement. Cette transformation j'ai tenté de la formaliser dans un tableau reprenant un processus ternaire (page 4), le recoupement des différents processus mis à jour permet d'en comprendre la richesse. 

C'est peut-être là que ce fameux "en même temps" peut trouver une place, dans le 3e temps : le changement de regard, les valeurs fondamentales, l'éthique et la solidarité, le paradoxal, le sacré. Mais pour qu'il soit porteur de vie, il lui faut avoir traversé ces différentes transformations.

Ici, mon point critique quant au "en même temps" que E.Macron reprend c'est qu'il semble n'appartenir qu'à son mental sans aucun lien avec l'expérience qu'il aurait pu en vivre, peut-être un "concept" de Ricoeur dont il a été l'assistant mais qu'il n'a pas compris...

A bientôt !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.