Ne pas craindre le conflit, il est porteur de Vie.

Dans ce billet je croise différentes interventions faites dans d'autres billets, elles me permettent de mieux comprendre ce qui aujourd'hui met en ébullition certaines parties de notre cerveau !!!

A partir de mon commentaire posté ici -  le fil rouge de cette réflexion tourne autour de l'évolution de notre société qui n'est plus protégée par des frontières mais est soumise, elle aussi, à la mondialisation. Nous vivons fenêtres grandes ouvertes et c'est parfois compliqué dans la complexité du monde.

J'ai eu un petit échange sur un autre billet qui tourne autour des mêmes problématiques, le voici un peu expurgé de ce qui n'était pas directement en lien avec ce billet :

 ...moi, je pense que vous avez intégré que nous sommes tous masculinetféminin et que l'un vaut l'autre, même, et surtout, parce que différents et complémentaires.

Tuer le féminin, le violer ou le mutiler, c'est en somme de l'automutilation ! Vrai !

Le dominer , c'est une maladie autoimmune ! OK !

à cf avec la complaisance évidence de la justice, face à la pédophilie et une justice, la même soit-disant, intraîtable avec la femme du Sauvage ! C'est clair !

Comme d'hab, vous avez une manière de rebondir qui ouvre à tant d'idées !

On pourrait dire la même chose de nos sociétés dans leur face instituée ou leur face instituante. Il y a beaucoup de nos relations qui se jouent là et qui sont difficiles à discerner sur le moment, c'est quand les choses se fixent un peu que l'on peut commencer à y voir plus clair.

Toutes nos sociétés ont quelque chose de l'ordre du Féminin (l'institué qui est en charge de protéger l'existant) et du Masculin (l'instituant qui est en charge de la faire évoluer).

Quand je regarde ce qui se passe aujourd'hui sous cet angle là, je comprends mieux la force de ces plaques tectoniques qui bougent de manière infime la plupart du temps mais ce qui induit tout de même dans le temps de fortes différences, à d'autres moments c'est plus brutal sur le moment puis il y a un temps d'adaptation qui arrive.

C'est donc compliqué au niveau d'une société, que dire lorsque ce sont des sociétés-nations ou des sociétés-continents qui se frictionnent ! Ce qui nous ramène au billet...

__________________________

Pour poursuivre cette réflexion après avoir lu votre billet, je dirais que ce qu'il se passe dans ces confrontations violentes tournant autour du burkini est de l'ordre du Féminin de nos sociétés, chacune cherche à protéger ce qu'elle pense être son "essence", une certaine liberté pour l'une, une certaine pudeur pour l'autre en schématisant.

Selon le travail que j'ai mené par ailleurs, et en le corrélant avec une réflexion que m'avait faite ma fille, éducateur canin, lorsque deux chiens mâles s'affrontent, dès que l'un des deux montre sa soumission à l'autre l'affrontement se termine, lorsque ce sont deux femelles leur combat peut aller jusqu'à la mort de l'une des deux.

C'est à réfléchir aujourd'hui dans ces confrontations qui montent ici ou là, s'il s'agit bien de cela (le Féminin, l'institué de nos sociétés que nous cherchons à protéger) nous risquons gros. Il serait temps comme vous le proposez de nous poser, de réfléchir à nos instincts primaires et de poser une parole (le Masculin, l'instituant, ce qui va évoluer) qui permet l'ouverture et l'ajustement des hommes et femmes entre eux sans qu'il y ait soumission de l'un à l'autre et vice versa.

Les deux parties doivent pouvoir parler chacune de leur côté, il est important de savoir ce que nous défendons et pourquoi nous le défendons, puis ensemble pour nous ajuster. Si ce n'est pas possible, de grandes violences sont à prévoir.

___________________________

D'autre part une réflexion très intéressante est à lire toujours dans ce billet

pour info

© tweet david thomson © tweet david thomson

 

cette incise permet de voir les passions, certains diraient les passions tristes, qui animent l'âme de certains d'entre nous, et je ne me mets pas à l'écart de ce "nous" car je suis moi-même partagée. Cette "petite" idée me renvoie finalement à une autre idée que j'avais développée par ailleurs, à lire ici - à la page 4 de ce tableau les différentes approches que je propose, la ligne du milieu correspond au "conflit" et donc à une forme d'esprit qui met en lumière les forces contraires qui s'affrontent dans les relations sociales. Serait-ce là ce que l'on nomme "l'esprit français" que certains nous envient et que d'autres décrient ???

Il est toujours très intéressant de croiser différentes approches, sans exclusives, elles permettent d'enrichir un débat qui peut paraître "hors sol" pour ceux qui n'y sont pas habitués.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.