II - De la perversion de l'élitisme !

Nos institutions sont malades. Désormais Autorité se confond avec Pouvoir et même les personnes les plus illégitimes revendiquent le pouvoir sans avoir une once d'autorité. Que s'est-il passé ? Que nous dit le passé dont nous avons voulu faire table rase ? Comment cette question rejoint-elle l'éducation ?

De la perversion de l'élitisme - 9 DÉC. 2013 

réédition d'un billet que je viens de relire, il est terriblement d'actualité, ici et ailleurs, on dirait que la planète prend feu de toutes parts !!! Que nous est-il arrivé ? Les quelques commentaires de l'époque avaient déjà creusé dans ce sens là, entre autre Luc Rigal parle de "Witz", cela m'avait permis d'aller chercher ce dont il s'agissait...  et ne manquez pas d'écouter ZAZ sur le lien en fin du billet.

Le Droit nous dit ceci :

« Pour ne pas obéir aux hommes, les hommes ont inventé cette forme de pouvoir qui, ennoblissant l'obéissance, ne crée pas l'autorité, mais en affecte les formes. Produit de la dissociation de l'autorité et de l’individu qui l'exerce, il résulte de ce que les juristes appellent une institutionnalisation...

Encore faut-il une réflexion sur le pouvoir lui-même, sur sa genèse, son évolution, son agencement, et sur les crises pouvant l'affecter car il reste au coeur du débat. Etant une idée, « il suppose des esprits prêts à le penser » (Georges Lescuyer, L'histoire des idées politiques, 2001, 14e édition, p. 15).

http://josiane.blanc.pagesperso-orange.fr/fichiers_pdf/la_pedagogie_autoritaire.pdf

La première partie de cet extrait nous permet de comprendre pourquoi l'abus de pouvoir fait, à chaque fois, se lever un être, « la révolte prouve par là qu’elle est le mouvement même de la vie et qu’on ne peut la nier sans renoncer à vivre. Son cri le plus pur, à chaque fois, fait se lever un être. Elle est donc amour et fécondité, ou elle n’est rien » (Albert Camus, L'homme révolté, p380).

La deuxième partie nous montre pourquoi "l'enseignement général", supposé former des esprits pour penser le Pouvoir, ne semble pas avoir réussi son pari. Pourquoi ? j'imagine qu'il nous faut passer par l'épreuve de la confrontation à un système pour en explorer les arcanes. De tous temps les hommes se sont confrontés à ces questions, ici à la page 4 nous en avons différentes approches : sociologiques, psychologiques, spirituelles, pédagogiques, initiatiques -  http://josiane.blanc.pagesperso-orange.fr/fichiers_pdf/domination_emancipation.pdf

D'autres pourraient encore nous surprendre.  La pensée ternaire est opposée à la pensée binaire, au dualisme cartésien, je l'évoque dans mon billet précédent : Penser une structure autoritaire au service de l'intégration de tous les élèves !

 

Pourquoi l'élitisme, supposé faire "fonctionner" les institutions s'est-il perverti ? Peut-être devrais-je dire plutôt : s'est-il perverti sur une plus grande échelle ?

Les institutions sont devenues le lieu où l'on fait "carrière", où l'on choisit ce que l'on va faire ou ne pas faire. Pas à tous les échelons bien sûr, seulement à partir d'un certain seuil, celui où l'on commence à "diriger les esprits" de ceux qui sont sous la domination d'un seul, je ne peux même pas dire sous la responsabilité puisque très peu sont considérés comme responsables, il y aura toujours un lampiste à faire sauter avant lui. Malheur à celui qui se rebiffe, non pas pour faire ce qu'il veut mais simplement pour rappeler l'idéal auquel l'institution devrait être, elle, assujettie.

 

La révolte... est donc amour et fécondité, ou elle n’est rien !  Albert CAMUS, L'homme révolté. Aujourd'hui de nombreuses révoltes naissent. Sont-elles porteuses d'amour qui ouvre à l'autre, ou tournées vers son petit quant à soi ?

 

 

"T'attends Quoi"

Je suis de Bassora aux portes de désert
Mais je ne m'arrête pas aux postes de frontières
Nomade depuis toujours depuis Shéhérazade
Quand arrivera ce jour qui nous sauvera de la noyade

Je suis du pays Kham la tête dans le ciel
Les montagne ont une âme sous les neiges éternelles
Sherpa depuis toujours des sommet des façades
Quand arrivera ce jour qui nous sauvera de la noyade
Quand arrivera ce jour qui nous sauvera de la noyade

Mais t'attends quoi ?
Que la terre nous gronde
Que le soleil ne fonde
Et qu'on enfouisse le monde
Dis moi, dis moi on attend quoi ?
Que la terre nous gronde
Que le soleil ne fonde
Et qu'on enfouisse le monde
Dis moi, dis moi ils attendent quoi ?

Je suis d'une forêt le long de l'Amazone
Je connais les secrets des plantes et de la faune
Vivant depuis toujours j'écoute les cascades
Quand arrivera ce jour qui nous sauvera de la noyade

Je suis à la dérive un bateau sans le vent
Priant pour que j'arrive où personne ne m'attend
Perdu depuis toujours d'Odyssée en Iliade
Quand arrivera ce jour qui nous sauvera de la noyade
Quand arrivera ce jour on se sauvera de la noyade

Et t'attends quoi ?
Que la terre nous gronde
Que le soleil ne fonde
Et qu'on enfouisse le monde
Dis moi, dis moi mais j'attends quoi ?
Que la terre nous gronde
Que le soleil ne fonde
Et qu'on enfouisse le monde
Dis moi, dis moi ils attendent quoi ?

Dis moi, dis moi mais t'attend quoi ?
Que la terre nous gronde
Que le soleil ne fonde
Et qu'on enfouisse le monde
Dis moi, dis moi mais j'attends quoi ?
Dis moi, dis moi mais j'attends quoi ?

ZAZ

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.