mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 27 août 2016 27/8/2016 Dernière édition

Serais-je cette sorcière ?

Les accusations calomnieuses que Pascale Fautrier a portées contre moi ont apparemment porté leurs fruits : le doute est semé, des inquiétudes quant à ma position politique s’expriment, et ce trouble nuit, bien sûr, au mouvement que nous nous efforçons de porter ensemble.

Pour l’accusation concernant un prétendu « fascisme » de la procédure du tirage au sort que je défends dans le M6R, comme celle concernant ce qu'elle appelle mon « soutien politique » à Etienne Chouard, j’ai répondu ici, en démontrant l’absurdité de la première, et en me démarquant très explicitement de l’indulgence coupable de Chouard à l’égard de Soral.

Mais je découvre que Pascale a ajouté au fur et à mesure d’autres chefs d’accusation, dont celui de « complaisance avec le négationnisme ». Cette nouvelle calomnie, outre qu’elle me porte un très grave préjudice personnel et public, constitue un acte de diffamation caractérisé, contre lequel j’ai entrepris de porter plainte.

Pascale a en effet cru pouvoir prendre prétexte de ce que Jean Bricmont avait été interrogé sur le site dont je suis directrice de publication, Hors-Série, par Maja Neskovic qui y anime l’émission Aux Sources, pour m’accuser de cette prétendue complaisance - ce qui suppose un nouveau raccourci calomnieux consistant à tenir Jean Bricmont pour un « négationniste », ce qu’il n’est pas ; il n’a bien évidemment jamais été condamné, ni même poursuivi, pour un tel chef d’accusation. Et pour cause : Jean Bricmont n’a jamais nié l’existence des chambres à gaz, la gravité des crimes nazis, l’horreur de la Shoah ; il milite pour la liberté d’expression et la liberté de la recherche historique, dans la lignée de Chomsky dont il est proche. C’est cette position qui lui a valu les calomnies dont il fait l’objet, et dont je fais l’objet à mon tour, puisque en tant que directrice de publication du site, j’ai été amenée à dénoncer les interprétations malveillantes qui avaient été faites de ses propos.

L’ensemble de ces accusations relève d’amalgames proprement délirants contre lesquels il convient de s’armer de beaucoup de sang-froid et d’un minimum de discernement. On jugera de leur vraisemblance en observant la liste des invités de Maja Neskovic depuis qu’elle travaille à Hors-Série : André Wilms, Jacques Bouveresse, Chris Esquerre, Jean Bricmont, Coralie Delaume, et Jean-Loup Amselle (ce dernier pour son livre Les Nouveaux rouges-bruns… ! C’est dire notre "ignorance" de ce problème). Quant aux personnalités que j’ai reçues, moi, dans mon émission (Dans le texte) : François Chevallier, Jacques Rancière, Clément Sénéchal, Chantal Jaquet, Albert Ogien, Nathalie Quintane. Chacune de ces émissions consistant dans un entretien d'environ 1H15, laissant amplement le temps d'explorer les lignes de force et les lignes de faille des positions exprimées. Il faut avoir perdu la raison pour considérer que le rigoureux travail de production d’une pensée critique qui se déploie à Hors-Série montrerait quelque complaisance que ce soit avec des idéologies fascisantes. Et je ne parle pas des années de travail pendant lesquelles j’ai réalisé pour Arrêt sur images des émissions évidemment elles aussi insoupçonnables des « sympathies » dont on m’accuse aujourd’hui.

Mais la calomnie a bon train et je découvre qu’elle se nourrit d’elle-même – on est coupable PUISQU’on est accusé, comme K chez Kafka, et me voici dénoncée comme « confusionniste », par des sites aux méthodes pour le moins… confuses : ainsi, sur le site confusionnisme.info on peut lire cette ahurissante liste d’amalgames et de mensonges : " Après avoir récemment invité Jean Bricmont dans son émission « Aux Sources » sur @rrêt sur Images (mais aussi en 2012 Etienne Chouard ou Pierre Rabhi), Judith Bernard défend désormais sur Facebook Le Cercle des Volontaires : « Le Cercle des Volontaires, c’est plein de bons papiers et de gens très bien". Soit cinq mensonges en une seule phrase : JE n’ai pas reçu Jean Bricmont dans MON émission (je ne l’ai jamais rencontré), c’est Maja Neskovic qui l’a rencontré, pour Hors-Série et non pas sur Arrêt sur images, je n’ai jamais interviewé Pierre Rabhi, que je n’ai jamais rencontré de ma vie (je ne sais même pas de quoi on l’accuse), et je n’ai pas « invité » Chouard non plus, ni à Arrêt sur images ni sur Hors-Série. Pour ce qui est de Chouard, j’ai filmé un bref entretien avec lui, notamment afin de lui faire clarifier ses positions par rapport aux thèses délirantes de Soral (à l’époque il ne l’avait pas qualifié de « résistant » ni d’homme de « gauche » - qualifications auxquelles je ne souscris nullement - mais les liens dont on l’accusait méritaient déjà des éclaircissements). C’est au cours de cet entretien que Chouard a dit, parce que je l’interpellais précisément à ce sujet : « Pour moi l’antisémitisme, c’est une saloperie. Pour moi les racismes et les systèmes de bouc émissaire qui consistent à reporter sur l’étranger, ou sur l’autre, nos misères, sont des catastrophes absolues qui nous conduisent à des massacres. Donc l’islamophobie, mais pas seulement l’islamophobie, toutes les phobies : à chaque fois que tu fais une généralité sur une population maudite, une population que tu rends bouc émissaire, c’est une catastrophe, et c’est une fausse solution à tous les coups". La vidéo est ici.

Pour ce qui est du Cercle des Volontaires dont je vois qu’ils sont accusés aussi, j’ai découvert ce site parce que j’ai visionné et relayé l’interview de Jacques Généreux par Raphaël Berland, que j’ai rencontré dans la foulée – j’avais trouvé cet entretien remarquable, et je n’ai pas perçu chez Jacques Généreux (qui est lui aussi sympathisant de la procédure du tirage au sort), la moindre inclination fascisante ; Raphaël Berland m’a d’ailleurs fait part des accusations calomnieuses dont il avait lui-même l’objet, qui l’ont contraint lui aussi à porter plainte et à clarifier la position de son site ici.

Alors : de quoi suis-je coupable ? D’avoir toujours voulu, en toutes les matières, le plus de clarification possible. Ce qui suppose de parler aux gens dont on réclame des éclaircissements, oui ; de les filmer, de publier les entretiens, d’en restituer la teneur quand ils sont calomniés. C’est une exigence d’honnêteté intellectuelle, qui suppose davantage de travail que les raccourcis insensés auxquels se livrent mes accusateurs. Cette exigence, faut-il le préciser, me paraît aussi au principe du processus démocratique, lequel suppose le débat, l'écoute, l'argumentation, la délibération et l'exercice permanent de l'esprit critique - et non les anathèmes, les excommunions et les procès en sorcellerie qui en tiennent trop souvent lieu désormais.

Je ne voudrais pas que cette hystérie accusatoire, qui se propage dans les réseaux sociaux comme une peste, et qui met à la peine tant de bonnes volontés ahuries de se voir piégées dans cette polémique irrationnelle, mette en péril le M6R, qui porte de superbes promesses de renouvellement démocratique. Si les calomnies et la diffamation diffusées par Pascale Fautrier ont réussi à semer le doute dans les esprits et la discorde dans le mouvement, il me paraît possible,  souhaitable, et peut-être même urgent, de se réunir autour d’une définition scrupuleuse du projet qui nous rassemble : une démocratie égalitaire et fraternelle, dans laquelle aucune discrimination, de quelque nature qu’elle soit, ne puisse être envisageable.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

un rebondissement de plus? le dernier acte? la fin de l' "incident Chouard"?

Judith Bernard a publié ceci sur le site Arrêt sur image (mais pas ici?):

http://www.arretsurimages.net/articles/2014-12-02/Je-n-ai-pas-de-proximite-ideologique-avec-Etienne-Chouard-id7271

intitulé:

"Je n'ai pas de "proximité idéologique" avec Etienne Chouard. Retour sur ma coupable naïveté".