Tous les homosexuels présents et à venir comptent sur vous, Monsieur Christophe-André Frassa

Monsieur le sénateur Christophe-André F R A S S A,j'ai lu avec attention et intérêt votre  position sur le projet de loi sur le mariage pour tous.J'y suis personnellement très sensible, je me réjouis que vous soyez un des rares sénateurs de l'UMP favorable au mariage pour les couples de personnes de même sexe (votre humanité y est sans doute pour beaucoup).

Monsieur le sénateur Christophe-André F R A S S A,

j'ai lu avec attention et intérêt votre  position sur le projet de loi sur le mariage pour tous.

J'y suis personnellement très sensible, je me réjouis que vous soyez un des rares sénateurs de l'UMP favorable au mariage pour les couples de personnes de même sexe (votre humanité y est sans doute pour beaucoup). J'aimerais que vous réussissiez à convaincre le gouvernement d'ajouter l'union civile, en plus du mariage. Et j'ai bien compris l'objet de vos réserves qui sont sur le fond et sur la forme.

De par mon vécu personnel, je peux témoigner que votre affirmation est fondée : le fait d’accueillir un enfant est un acte d’amour gratuit, un renoncement à sa liberté égoïste, un saut dans l’avenir - qui se construira à mesure que grandira l’enfant - et un espoir infini et, ne pas pouvoir accueillir d’enfant, est une déchirure pour le couple, un drame humain : être en mal d’enfant est, en effet, une des douleurs intimes les plus violentes qu'un être humain ait à connaître dans sa vie. L'orientation sexuelle du couple ne la remet en rien en cause.

Simple citoyen non encarté mais militant actif de mes propres visions, je pense à toutes les personnes discriminées dont les homosexuels ne sont pas les derniers dans notre société qui a encore trop souvent des difficultés à accepter la différence, quelle qu'elle soit.

Ils savent, nous savons, qu'un texte, aussi imparfait soit-il, sur un sujet que la communauté homosexuelle porte depuis une dizaine d'années, est TRÈS important pour eux car il ne se représentera pas de sitôt (15-20 ans en moyenne ?). Sur le fond, au delà de l'ajout du droit qu'ils attendent, même si dans les faits une minorité décidait de se marier comme les hétérosexuels d'ailleurs, ils veulent envoyer un signal de normalisation, un droit à l'indifférence en quelque sorte... Être en couple, être marié, avoir des relations sexuelles entre personnes de même sexe consentantes ne doit plus pouvoir être stigmatisé comme un comportement anormal par notre société, ni individuellement, ni collectivement.

D'autre part, les gouvernements précédents n'ont pas tenté de légiférer sur ces sujets et vous savez mieux que quiconque pourquoi, comme un des vôtres qui a fini par quitter votre parti à force de s'user à tenter de convaincre. Vous rapprocher symboliquement tous les deux serait un symbole fort et émouvant, au delà de vos différences...

Vous avez été injurié, vous le dénoncez à juste titre car ce n'est pas digne d'une démocratie moderne. C'est un élément de plus qui démontre à quel point le sujet est sensible - voire encore tabou - et le débat tendu ; déjà sur le sujet qui nous amène, sans parler des tensions politiques de l'actualité des affaires politico-fiscalo-financières.

Je le regrette.

Comme vous le rappelez - et ça me fait plaisir - vous êtes républicain. Vous considérez que l'enjeu tient plus à la liberté individuelle qu'à l’égalité en droit qui est l'angle retenu par le gouvernement et mis en avant par une majorité d'associations. Si nous sommes tous républicains (on reproche beaucoup de choses au gouvernement mais pas cela), unissons-nous sur ce qui nous rassemble. Liberté, égalité (et fraternité) sont complémentaires mais ne s'opposent pas, ne s'excluent pas, bien au contraire...


Alors, Monsieur le sénateur, soyez parmi vos collègues de l'opposition qui honoreront notre république en votant ce texte aussi imparfait soit-il, en l'amendant autant que faire se peut, mais votez-le au final.

Mettez votre vote en conformité avec vos idées et vos convictions. Vos enfants, vos petits-enfant, ne comprendraient pas sinon.

Car vous savez à quel point les générations qui arrivent sont encore plus sensibles que les nôtres à l'égalité et à la liberté. Ils sont bien plus détendus, bien plus ouverts et tolérants que nous sur les questions de sexualité, de genre, de famille, et il faut s'en féliciter.

Alors, pour eux, pour les générations futures, Monsieur le sénateur, montrez-leur que vous savez aussi mettre à distance vos émotions, votre animosité légitime, que vous savez tenir tête à tous vos collègues qui n'en sont pas encore arrivés à votre niveau de maturité sur ce sujet.

Et fait, Monsieur le sénateur, c'est pour vous, pour votre conscience, qu'il faut approuver le texte final. Un texte fondateur de plus pour aller vers une république plus démocratique, plus respectueuse des minorités, plus apaisée, plus juste pour des individus plus libres d'exercer pleinement leurs droits ET leurs devoirs, quelles que soient leurs différences.

Et cerise sur le gâteau, en ces temps troublés, vous prouverez une fois de plus, avec la majorité des élus approbateurs, que vous savez prendre vos responsabilités, que vous êtes des femmes et des hommes intègres et soucieux de l'intérêt général ; enfin que vous ne vous servez pas des homosexuels pour tenter de déstabiliser le gouvernement.

 

Veuillez agréer, Monsieur le sénateur, mes plus sincères salutations citoyennes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.