Voyages en Dom-Tom : la fin de la récréation

Jusqu'à présent on pouvait s'évader de la crise sanitaire actuelle par des voyages dans les Dom-Tom. Depuis, les annonces faites par le gouvernement viennent sonner la fin de la récréation et vont restreindre considérablement les possibilités en terme de voyages et séjours dans les "Drom-Com". Et ce n'est pas la possible arrivée d'un passeport sanitaire qui va faciliter un retour "à la normale".

jcob-nasyr-ppmxyohptd8-unsplash

 

Les agences de voyages étaient déjà bien impacté par la crise du Covid-19. Reports, annulation, licenciements... Ils ont subit comme bien d'autres secteurs les interdiction de sortie de territoire. Pour les Dom-Tom, il s'agissait donc d'une niche de secteur qui permettait aux gens de pouvoir changer d'air quand même. Réunion, Martinique... On voit tous des proches partir là-bas et s'affranchir de la morosité quotidienne hexagonale. On a tous pensé aussi y aller, tout en se demandant comment ça se passerait sur place. 

Depuis les annonces récentes faites par Jean Castex et son gouvernement, il est désormais envisagé (imposé ?) de mettre en place un test et un quarantaine à l'aller comme au retour, pour les voyageurs. Conséquence : deux semaines de quarantaine. Ce qui va forcément impacter certains voyages, car pour deux semaines de vacances, il y en aura une passée en quarantaine, suivie d'une seconde chez soi, au retour. 

Voyager dans ces zones ne va plus être aussi facile donc. Pour certains, le vaccin permettrait d'éviter cet isolement d'une semaine. Beaucoup y voient une nouvelle pression pour contourner la non-obligation du vaccin par des restrictions aussi diverses que surprenantes. D'autres voient en le vaccin une solution saine et pérenne. 

Toujours est il que pour voyager, les Etats vont discuter de la mise en place, éventuelle, d'un passeport sanitaire. Lequel passeport attesterait de la vaccination des prétendants à un voyage intra-européen. Car la question se pose au sein de l'UE. Certains pays, comme la Grèce, semblent tout à fait partants pour cette idée, qui permettrait de miser sur une activité touristique. Amoindrie mais existante. D'autres, comme la France ou l'Allemagne, sembleraient plus enclin à un débat. Un débat sur plusieurs points : scientifique, social, éthique, logistique. 

Car la base de la vaccination volontaire aurait vite des limites : que faire des personnes qui ne peuvent pas être vaccinées ? Comment s'assurer qu'une fois vacciné on ne transmet pas le virus ? Quid des personnes qui ne sont pas malades et qui veulent voyager ? 

Un question du droit de chacun se pose clairement. Si l'UE en discutera dès cette semaine, on peut imaginer qu'il en sera de même pour des déplacements en Dom-Tom. 

Voyager en 2021 s'annoncerait possible, mais compliqué donc.

Parallèlement aux Etats, ce sont les compagnies aériennes qui vont également prendre des mesures. En effet, on apprend que des compagnies du moyen-orient comme Etihad ou Emirates envisagent la mise en place, via une application, la visibilité des voyageurs sur leur état. En terme de vaccination ou de tests PCR effectués. Le système envisagé, le "IATA Travel Pass" permettrait donc de pouvoir surveiller, ou du moins attester, de l'état de chaque voyageur en fonction des demandes du pays visité. 

Cette application sonnerait comme un moyen de redresser la situation d'une année catastrophique pour le marché aérien et touristique. On l'imagine bien. Toutefois, même question : seront-nous tous égaux face à ces demandes, à ces restrictions ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.