«Et les faibles subissent ce qu’ils doivent?» de Yanis Varoufakis

Avec son double regard d'économiste et d'ancien ministre, ainsi qu'une belle culture historique, politique et littéraire, Yanis Varoufakis montre de façon convaincante pourquoi la stratégie économique que suit actuellement l’Europe la conduit au désastre.

Cet article a été publié dans une version légèrement augmentée en juin 2017 dans le magazine de sciences sociales Mondes Sociaux.

 

« Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ? », de Yanis Varoufakis, est un des meilleurs livres d’économie, dans ce genre particulier qu’est l’analyse de l’actualité, que j’ai lu ces dernières années. Economiste grec formé en Angleterre, enseignant dans plusieurs universités anglo-saxonnes, Varoufakis fut un observateur et commentateur attentif des politiques économiques européennes avant de devenir le ministre des finances du premier gouvernement Syriza – et à ce titre chargé des négociations avec l’Eurogroupe au premier semestre 2015. Avec ce double regard, et une belle culture historique, politique et littéraire, il montre de façon convaincante pourquoi la stratégie économique que suit actuellement l’Europe la conduit au désastre.

Le livre commence par cette scène stupéfiante où le tout niveau ministre des finances grec vient rencontrer à Berlin son homologue allemand. Il y vient en germanophile, avec les souvenirs d’une enfance vécue dans la Grèce de la dictature des colonels, où ses parents, sous une couverture rouge, écoutaient la Deutsche Welle en cachette. Cette Allemagne symbole de liberté qu’il retrouvait tous les ans en vacances, il y est cette fois en représentant du peuple grec, dans un couloir au bout duquel l’attend Wolfgang Schaüble, le gardien de l’austérité européenne. Varoufakis s’approche, lui tend la main, mais le ministre allemand la refuse et lui fait signe d’entrer dans son bureau. Commencent ainsi cinq mois de dialogue de sourd où, on le comprendra au cours de l’ouvrage (s’il fallait s’en persuader), l’objectif n’est pas de « sauver la Grèce » mais d’en faire un exemple visant à discipliner les autres « partenaires » de l’Euro, et en particulier la France.

Quelques anecdotes, toutes aussi plaisantes, jalonnent le propos, mais cet ouvrage n’est pas la chronique de ces mois de « discussion » avec l’Eurogroupe (qui sera l’objet d’un ouvrage à venir), il fournit plutôt un cadre d’analyse économique, relativement classique, permettant d’interpréter cette stratégie d’humiliation. L’argument est connu, parfois un peu systématique, mais très bien documenté par une histoire économique qui nous conduit du système d’étalon or des années 30 aux dernières mesures d’austérité imposées à la Grèce, en passant par les accords de Bretton Woods et les différentes étapes de la construction de l’union monétaire (où on apprend notamment que la France proposa à l’Allemagne une monnaie unique en 1964). Il peut être résumé comme il suit : dans une zone économique ou les taux de change entre monnaies sont fixes (et donc à fortiori dans une zone d’union monétaire), les pays à balance commerciale déficitaire sont condamnés à une purge économique sans fin si aucun mécanisme de « recyclage politique des excédents » des pays excédentaires n’est mis en place à leur profit (sous forme de transfert budgétaire, d’assurance chômage, de politique industrielle, etc.).

En l'absence de tels mécanismes, dans un système de change fixe la complémentarité entre pays excédentaires et déficitaires tourne en effet nécessairement à l’étreinte morbide. Illustration par la zone Euro: si chaque pays avait gardé sa monnaie nationale et que les taux de change entre celles-ci avaient pu s’ajuster, les excédents commerciaux allemands des années 2000 se seraient accompagnés d’une appréciation du Deutsche Mark qui, en augmentant les prix des produits d’outre-Rhin, aurait limité leur ampleur; au lieu de ça, du fait de la monnaie unique, ces excédents ont perdurés, les produits allemands se sont déversés de façon continue sur les pays déficitaires du Sud qui les ont achetés à crédit en s’endettant auprès des banques allemandes. Ce phénomène est bien connu, Varoufakis le qualifie de « recyclage par beau temps », il conduit nécessairement à l’accumulation des dettes, et in fine, à l’explosion des bulles de crédit : « aussi sûrement et brusquement qu’un tas de sable s’écroulera quand on lui ajoutera le grain de trop, le commerce fondé sur le crédit-vendeur se terminera dans un spasme violent et soudain » (p.38). C’est évidemment ce qui s’est passé au début des années 2010 en Irlande, Grèce, Espagne et au Portugal quand suite à la crise américaine des subprime les capitaux du Nord se sont massivement retirés. Dans une telle situation, si la valeur de la monnaie nationale est flexible, elle chute et sert, comme cela a été le cas en Islande en 2008, d’« amortisseur de chocs ». Mais en système de change fixe « une fois l’enchaînement des faillites enclenché, les revenus vont forcément s’effondrer, alors que les dettes privées et publiques à l’égard des banques vont rester les mêmes. Le prix d’un taux de change fixe, c’est une étreinte de la mort entre un Etat en faillite, des citoyens désargentés et un secteur privé insolvable. Une spirale d’effondrement, un hideux tourbillon, conduit la masse de la population à l’esclavage pour dette, le pays à la stagnation, la nation à l’ignominie » (pp. 39-40).

Bien qu’étant animé d’une véritable volonté pédagogique (se traduisant par beaucoup de redites), l’ouvrage reste parfois technique, peut être un peu trop. Mais pour autant, la réflexion et la préoccupation de Varoufakis dépassent largement la volonté de contribuer aux débats entre spécialistes. Il a écrit un vrai livre politique, dans une posture d’économiste citoyen derrière laquelle on reconnait aisément la figure tutélaire de John Maynard Keynes qu’il cite tout au long du livre. Le Keynes théoricien bien sûr, mais surtout le penseur politique préoccupé de la fragilité des sociétés, qui comprit dés 1919 les conséquences dramatiques du Traité de Versailles et les dangers d’humilier un peuple, qui se battit dans les années 30 contre l’étalon-or et les désastreuses politiques d’austérité et qui après-guerre imagina un système monétaire international équilibré. Autant de combats qui résonnent bien entendu avec l’actualité européenne et les préoccupations de celui qui fut quelques mois ministre des finances grecques.  C’est d’ailleurs un étonnant message envoyé à travers le temps par l’économiste anglais qui donne son titre au livre. En 1988, alors qu’il examinait les archives de Keynes au King’s college de Cambridge, Varoufakis trouva un exemplaire en grec ancien de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide. Keynes y avait souligné ce passage où les généraux athéniens victorieux, annoncent l’humiliation à leurs adversaires Méliens en ces termes : « les forts font ce qu’ils peuvent faire et les faibles subissent ce qu’ils doivent ».

Face à la loi du plus fort, Varoufakis propose en postface ses pistes de sortie de crise qu’il a développée dans de précédentes publications : une « modeste proposition » pour le court terme permettant de sortir de l’austérité sans modifier les traités, et un « manifeste pour démocratiser l’Europe » qui se donne 2025 comme objectif. Chacun en appréciera les mérites, mais par ces propositions et cet ouvrage qui est aussi une histoire critique de l’Union Européenne, Varoufakis apporte une contribution importante au débat sur l’avenir économique et politique du continent.

Yanis Varoufakis, 2016, Et les faibles subissent ce qu'ils doivent? Comment l'Europe de l'austérité menace la stabilité du monde, Les Liens qui Libèrent, 436p

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.