Julien Milanesi
Enseignant chercheur en économie
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2011

Qui utilise le TGV?

Cet article vient en complément du billet publié le 5 janvier 2011 : Nouvelles Lignes à Grande Vitesse : des projets injustes. Selon Guillaume Pepy, président de la SNCF, « en France, 120 millions de voyages sont faits chaque année en TGV, et 70 % par des voyageurs individuels pour raisons familiales, loisirs, tourisme... Ce n'est pas un train de luxe ».[1] Cette opinion est partagée par Jean Sivardière, président de la FNAUT (Fédération nationale des usagers de transport), qui affirmait récemment dans un courrier au site Reporterre que : « en 2009, le TGV a transporté 97 millions de voyageurs. Si seuls les Français riches, dont les hommes d’affaires, utilisaient le TGV, un tel chiffre n’aurait pu être atteint. La clientèle du TGV (comme celle de l’avion) est plus diversifiée socialement qu’on ne le croit généralement. »[2]Voyons ce que disent les données les plus récentes sur le sujet, récoltées entre 2007 et 2008 lors de la dernière Enquête Nationale Transport et Déplacement (ENTD)[3].

Julien Milanesi
Enseignant chercheur en économie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet article vient en complément du billet publié le 5 janvier 2011 : Nouvelles Lignes à Grande Vitesse : des projets injustes.

Selon Guillaume Pepy, président de la SNCF, « en France, 120 millions de voyages sont faits chaque année en TGV, et 70 % par des voyageurs individuels pour raisons familiales, loisirs, tourisme... Ce n'est pas un train de luxe ».[1] Cette opinion est partagée par Jean Sivardière, président de la FNAUT (Fédération nationale des usagers de transport), qui affirmait récemment dans un courrier au site Reporterre que : « en 2009, le TGV a transporté 97 millions de voyageurs. Si seuls les Français riches, dont les hommes d’affaires, utilisaient le TGV, un tel chiffre n’aurait pu être atteint. La clientèle du TGV (comme celle de l’avion) est plus diversifiée socialement qu’on ne le croit généralement. »[2]

Voyons ce que disent les données les plus récentes sur le sujet, récoltées entre 2007 et 2008 lors de la dernière Enquête Nationale Transport et Déplacement (ENTD)[3].

Les plus aisés voyagent davantage

L’observation a malheureusement l’allure de l’évidence, mais plus on est riche et plus on voyage. Selon les services du ministère des transports, « la mobilité à longue distance[4] (…) demeure très inégalement répartie au sein de la population, près de la moitié des personnes enquêtées n’ayant pas voyagé au cours des trois mois précédant le passage de l’enquêteur. Une partie de la population voyage donc de plus en plus, tandis qu’une part constante ne voyage pas. (…) Une interprétation centrale que nous développerons au fil des notes à venir, est que la mobilité à longue distance, en tant que mobilité non contrainte, est beaucoup plus sensible aux paramètres socioéconomiques quela mobilité locale, et en particulier aux ressources financières résiduelles des ménages disponibles pour les dépenses non contraintes. Elle dépend donc à la fois de l’évolution des revenus, de leur distribution au sein de la population, du poids des dépenses contraintes dans le budget des ménages, mais elle dépend aussi du pouvoir d’achat de ces revenus, et donc du coût d’usage. »[5]

Le graphique suivant, tiré des données de l’ENTD, montre en effet que le nombre de kilomètres parcourus par personne lors de voyages à longue distance varie du simple au quintuple selon qu’on fait partie des 10% de français les plus pauvres (1er décile) ou des 10% les plus riches (10ème décile). La mobilité à longue distance augmente avec le revenu, un phénomène accentué par les voyages professionnels :

Figure 1 : Nombre de kilomètres parcourus par personne lors de voyages à longue distance (plus de 80 km) suivant le décile de revenu par unité de consommation (données ENTD 2008)

Ces résultats peuvent être complétés par les données différenciant les voyages selon la catégorie socio-professionnelle (CSP). Celles-ci (cf. ci-dessous) montrent que les ouvriers voyagent environ quatre fois moins que les cadres (trois fois moins si on ne considère que les voyages personnels) et que plus généralement les employés, les agriculteurs, les chômeurs et les retraités voyagent également moins que les cadres, les professions intermédiaires et les artisans-commerçants.

Figure 2: Nombre de kilomètres parcourus par personne lors de voyages à longue distance (plus de 80 km) suivant la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence du ménage (Données: ENTD 2008).

Plus on est riche, plus on voyage, ceci crée donc un premier biais social dans l’usage du TGV, qui est quasi essentiellement un moyen de transport à longue distance.

Le TGV est un moyen de transport socialement marqué

Resserrons à présent l’analyse sur les voyages à longue distance réalisés en train. L’ENTD montre que ce mode de transport est particulièrement sélectif socialement : les ouvriers ont fait en 2008, en moyenne, 0,4 voyage en train tandis que les cadres en faisaient 4,3 (cf. graphe ci-dessous). La comparaison avec la dernière étude réalisée en 1994 montre par ailleurs que cette différence s’est accrue.

Figure 3 : Fréquence annuelle des voyages à longue distance en train, par catégorie socioprofessionnelle, en 1994 et 2008 (Setra, juin 2010, Fiche 3, Des mobilités au pluriel, des dynamiques divergentes)

Venons en maintenant plus particulièrement à l’usage du TGV. Le graphique suivant montre que 28% des déplacements[6] réalisés en TGV en 2008 étaient effectués par des individus appartenant à la catégorie des 10% les plus riches. A l'opposé, seulement 3% des déplacements ont été effectués par des individus appartenant aux 10% les plus pauvres. Si nous élargissons un peu le spectre des revenus, nous constatons que plus de 50% des déplacements en TGV ont été réalisés par des voyageurs comptant parmi les 30% de français les plus riches, tandis que moins de 14% des déplacements concernaient les 30% les plus pauvres. A l'inverse nous observons sur le même graphique que les autres types de train sont proportionnellement beaucoup plus utilisés par les individus les plus pauvres. La clientèle de ces trains n'est indéniablement pas la même que celle des TGV.

Figure 4 : Répartition des déplacements en train (TGV, autres trains et ensemble des trains) suivant le décile de revenu par unité de consommation (Données: ENTD 2008)

Les usagers du TGV sont en majorité issus de ménages dont la personne de référence est cadre ou a une profession intermédiaire (cf. graphique ci-dessous). Ils représentent 56% des déplacements réalisés avec ce type de train (et 28% de la population totale) contre 15,4% pour les ménages d'employés et d'ouvriers (dont la part dans la population totale est de 31%). A l'inverse les autres trains apparaissent davantage comme des trains d'ouvriers et d'employés [7]:

Figure 5 : Répartition des déplacements en train (TGV, autres trains et ensemble des trains) suivant la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence du ménage (Données: ENTD 2008)

Les résultats de la dernière enquête de grande ampleur sur la mobilité réalisée en France apportent ainsi une image différente de l'usage du TGV de celle qu'en ont les présidents de la SNCF et de la FNAUT. Les données récoltées montrent queles ménages français les plus aisés voyagent beaucoup plus sur des longues distances que les plus pauvres et que l’usage du TGV est socialement marqué en faveur des ménages les plus riches, dont la personne de référence est cadre ou exerce une profession intermédiaire.

L'investissement public dans de nouvelles lignes à grande vitesse n'est donc pas socialement neutre.


[1] Le Monde, 16 octobre 2008

[2] http://www.reporterre.net//spip.php?article1545

[3] Enquête conduite par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM), l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) et l’Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (INRETS). Les données sont téléchargeables ici:

http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=1263

[4] La mobilité à longue distance est définie dans l’enquête comme l’ensemble des déplacements réalisés par les individus à plus de 80 kilomètres à vol d’oiseau de leur domicile

[5]Setra, Avril 2010, Fiche 2, Evolution des volumes et caractéristiques des voyages à longue distance

[6] "La notion de voyage se réfère à l’ensemble des déplacements effectués par une personne au départ de son domicile jusqu’à ce qu’elle y revienne. (…) Un déplacement est défini comme un mouvement d’une personne entre un lieu de départ, dénommé « origine », et un lieu d’arrivée, dénommé « destination ». Par définition, il est associé à un motif unique, tout changement de motif entraînant un nouveau déplacement." (Setra, Avril 2010, Fiche 2, Evolution des volumes et caractéristiques des voyages à longue distance).

[7]La distinction entre déplacements professionnels et personnels n'apporte que des modifications marginales à ces résultats. C'est pourquoi nous avons choisi de ne pas la faire apparaître.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal — Discriminations
Le cimetière oublié des enfants de Saint-Maurice
Entre 1962 et 1964, trente et un enfants de harkis ont été enterrés à même le sol sur un terrain militaire situé non loin du camp de Saint-Maurice, dans le Gard. Avant d’y être volontairement oubliés… Pour l’heure, les fouilles menées officiellement sont restées vaines.
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871