Julien Milanesi
Enseignant chercheur en économie
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2012

Le pari perdu des grandes infrastructures de transport

Julien Milanesi
Enseignant chercheur en économie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A paraître dans le numéro 3 de L'AN02, http://www.lan02.org/

Egalement pubié sur Reporterre, le site de l'écologie. http://www.reporterre.net/

Chroniques de l'atterrissage (2). La dette est toujours un pari sur l'avenir. Un pari que le monde du futur sera celui dans lequel on pourra rembourser sa dette. Les périodes de crise économique sont de ce fait celles des paris perdus. Celle que nous vivons commença en 2007 par la désillusion de ménages étasuniens qui ont un temps cruqu'ils pourraient être pauvres et propriétaires (i). Elle se poursuivi par l'effondrement du système bancaire qui avait fait le pari que les mathématiques avaient éradiqués le risque financier. Perdu. Les États rattrapèrent alors les banques par les bretelles, et l'économie mondiale avec, en faisant le pari que la croissance suivrait. Encore raté, cela pourrait être pire mais nous avons aujourd'hui la dette sans la croissance. La faute à l'austérité récente mais surtout à trente ans d'endettement public pariant sur un futur qui est derrière nous et qu'illustrent les projets actuels de grandes infrastructures de transports.

Trois justifications ont accompagné le développement des réseaux de transport depuis deux siècles: le désenclavement, la croissance économique et la vitesse. Alors que l'on peut aujourd'hui accéder sans difficulté à toutes les zones habitées du territoire métropolitain et que les nouveaux équipements n'apportent plus de potentiel de croissance supplémentaireii, les grands projets actuels ne reposent plus que sur la volonté d'augmenter la vitesse de déplacement. Ce désir de vitesse, qui émane surtout des « élites mobiles »iii, ne permet cependant pas de financer à lui seul ces travaux aux coûts pharamineux et les promoteurs en sont rendus à gonfler grossièrement les prévisions de trafic pour justifier leurs projets.

Illustration 1: Transport de voyageurs par véhicules particuliers (Compte des Transports de la Nation)


Ainsi, alors que la circulation automobile stagne depuis une dizaine d'année sur l'ensemble du territoire national (cf schéma), le concessionnaire de l'autoroute A65 reliant depuis 2010 Bordeaux à Pau n'a pas hésité à promettre un doublement du trafic routier sur cette liaison de province entre 2010 et 2020. Aprés deux ans d'exploitation l'autoroute est vide, nous attendons le dépôt de bilan. Non loin de là est projetée la construction d'une Ligne de train à Grande Vitesse. Ce projet repose sur une hypothèse de saturation du réseau ferré existant qui signifierait, par exemple, que le nombre de train passant au Pays Basque serait multiplié par 5 ou 6 d'ici à 2020iv. Quant à l'aéroport de Notre Dame des Landes, ses promoteurs anticipent une augmentation du trafic passager à Nantes de 3 à 8 millions d'ici à 2050.

Ces acrobaties prévisionnelles témoignent d'un déni de réalité. Les projets rentables d'autoroute, de LGV et d'aéroport ont déjà été construits. Nous sommes à satiété, et ces projets fondés sur le pari que la mobilité est sans limite sont autant de ferments pour les crises de demain.

iVoir la lecture du dernier ouvrage d'Alain Lipietz dans ce numéro de L'An 02.

iiLafourcade, Mayer, 2009, Des routes pavées de bonnes intentions, CEDD, Références économiques n°9.

iiihttp://blogs.mediapart.fr/blog/julien-milanesi/050111/nouvelles-lignes-grande-vitesse-des-projets-injustes

iv http://www.voiesnouvellestgv.webou.net/document/deuxieme_expertise/4expertise2.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra