Ode au Capitalisme

A beugler pour se consoler d'un vote forcé...

Debout, les aisés de la Terre,

Debout, tous les aigrefins.

La raison meurt en son cratère,

C'est le business de la faim.

Du passé, faisons table rase,

Experts, sages, debout, debout !

Le monde va changer de base,

Nous somm' déjà tout, soyons plus.

 

C'est la lutte finale,

Réformons, et demain,

Le Grand Capital

Sera le genre humain.

 

Nous sommes les sauveurs suprêmes,

Et Dieu, et César et Patron.

Profiteurs, gavons-nous nous-mêmes,

Décrétons l'salut du pognon.

Pour que le chômeur rende gorge,

Pour prendr' l'argent du populo,

Cassons nous-mêmes leurs forges,

Battons les pauvres tant qu'ils sont chauds.

 

C'est la lutte finale,

Réformons, et demain,

Le Grand Capital

Sera le genre humain.

 

Politiques, banquiers, nous sommes,

Le grand Parti des Exploiteurs.

Le fric n'appartient qu'aux hommes,

L'salarié ira crever ailleurs.

Comm' nous de vos chairs se repaissent,

Tous les Arnaud alentour.

Que le peuple un matin disparaisse,

Le soleil brillera toujours.

 

C'est la lutte finale,

Réformons, et demain,

Le Grand Capital

Sera le genre humain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.