Légaliser le cannabis pour sortir les banlieues de la criminalité et de la misère

Mes modestes contributions à la boîte à idées de gauche pour 2017. Aussi proposées sur www.jlm2017.com

La légalisation du cannabis, mesure de plus en plus populaire ici et ailleurs, peut être vue non pas comme une question de santé publique mais comme une question économique.

 

En effet, en termes de santé publique, légalisation ou criminalisation sont équivalents : on n'observe ni augmentation ni diminution de la consommation suivant que les pays choisissent l'un ou l'autre. (même s'il faut reconnaître qu'aujourd'hui la France est le pays le plus dur d'Europe en terme de criminalisation, et aussi celui où l'on consomme le plus).

 

En revanche, en termes économiques, la légalisation permettrait :

- de faire gagner de l'argent à l'Etat, et par l'arrêt d'une politique policière et pénale inefficace et qui coûte cher et par la rentrée d'impôt que ce nouveau commerce lui apporterait.

- de donner du champ et du temps aux policiers pour qu'ils se consacrent aux réelles délinquances et criminalités

- de récupérer des milliers de jeunes, apprentis dealers ou plus confirmés, qui tombent en ce moment même du côté de la délinquance et de la criminalité

- de limiter le trafic d'armes, qui va de pair avec le trafic de drogues

- d'utiliser l'argent récupéré sur ce nouveau commerce du cannabis pour détruire les cités et reconstruire des pavillons et des immeubles décents (avec relogements des habitants, bien sûr)

 

Cette légalisation, pour être efficace, devrait être une main tendue vers les dealers et les quartiers. On pourrait envisager une aide à créer son bureau de cannabis (ou son coffee hop) et un effacement des charges pénales pour trafic de drogues (pas pour d'autres faits) en échange d'une auto-dénonciation, d'une remise d'armes, ou d'une officialisation d'un réseau.

 

Le trafic de drogue, et avant tout celui du cannabis, a contribué à pourrir (et à nourrir, c'est là le drame) le 93 et les banlieues (je me permets de dire ça parce que j'y ai grandi et l'ai vécu). La légalisation du cannabis devrait être envisagé comme une grande main tendue à ces quartiers, pour sortir à la fois de la violence et de la misère.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.