Alzheimer : rôle des centres et consultations mémoire

Les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche et les Consultations Mémoire sont des structures dédiées au diagnostic et à la prise en soins des maladies d’Alzheimer et apparentées. Leur place est essentielle dans le parcours de la personne atteinte d'une de ces maladies.

A la lecture de l’article de Caroline Coq-Chodorge,  Alzheimer : des médicaments dangereux mais remboursés, et surtout de la discussion qui s’en est suivie dans les commentaires, il semble que les structures dédiées au diagnostic et à la prise en soins des maladies d’Alzheimer et apparentées (ou démences) que sont les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) et les Consultations Mémoire de proximité (CM) soient méconnues et souffrent d’une mauvaise presse.

 Le but de ce billet est donc de faire une mise au point sur le rôle de ces dernières et sur leur place dans la stratégie diagnostique et de prise en soins des démences.

Ces maladies touchent en France, aujourd’hui, 850.000 personnes environ, une famille sur cinq avec 225.000 nouveaux cas chaque année, la première cause étant la maladie d’Alzheimer (7O% des cas). Ces affections, actuellement sans traitement disponible pour en guérir, de causes polyfactorielles et encore non complétement élucidées (génétique, mode de vie, environnement…) ont des implications importantes en terme de santé publique (1).  A l’échelle de l’individu et de son entourage, tout au long de l’évolution de la maladie, d’une durée approximative de 8-10 ans à partir du diagnostic, les difficultés s’accumulent tant sur le plan médical et social que psychologique. La prise en soins de ces malades doit donc être globale, tenir compte des proches et débuter le plus précocement possible dans la maladie pour envisager un avenir sécurisant et au plus proche des aspirations du couple patient/aidant. Dans cette optique, le diagnostic de démence doit être établi, et ce le plus tôt possible. Actuellement, seulement la moitié des patients sont diagnostiqués (2).

C'est dans cette double tâche, établissement d’un diagnostic et proposition d’un plan de soins personnalisé, qu’interviennent les CMRR et les CM. Elles ont également une fonction de recherche pour  approfondir les connaissances de ces maladies et élaborer les traitements de demain.

 Ces structures ont été créées par le 1er Plan Alzheimer (2001-2005), leur rôle renforcé ainsi que leur financement augmenté par le 2ème Plan Alzheimer (2004-2007) et leur déploiement sur toute la France finalisé par le 3ème Plan Alzheimer (2008-2012) (3).

 Consultations mémoire

 Les 450 CM de proximité de France offrent une expertise multidisciplinaire avec pour missions :

 -          de diagnostiquer une démence avec fiabilité ;

 -          d’identifier les situations complexes justifiant le recours au CMRR ;

 -          de rassurer les personnes exprimant une plainte cognitive, sans démence et leur assurer un suivi ;

 -          de mettre en place un plan de soins personnalisé et d’assurer un suivi en partenariat avec le médecin traitant et avec tous les professionnels de santé et médico-sociaux ;

 -          d'être un espace d'accueil et d’information sur les démences ;

 -          de participer à la formation des professionnels.

Elles sont pour la plupart localisées dans les hôpitaux périphériques et également auprès de certains neurologues de ville.

 Centres Mémoire de Ressources et de Recherche

 On dénombre 28 CMRR (4), situés au sein des CHU avec pour missions :

 -          de recours pour les CM de proximité pour les cas difficiles ;

 -          d'assurer les missions d'une consultation mémoire pour leur secteur géographique ;

 -          de développer des travaux de recherche ;

 -          d'assurer la formation universitaire ;

 -          de structurer un dispositif interrégional en partenariat avec les CM ;

 -          de créer un espace de rencontres éthiques.

 Parcours habituel

Dans la démarche diagnostique, le patient pour qui se pose la question de l’existence d’une démence est, la plupart du temps, adressé par le médecin traitant à une CM ou un CMRR. Ou bien parfois, il consulte de lui-même. Il s’ensuit plusieurs entretiens avec le patient et les proches, des tests et des examens cliniques avec différents intervenants : neuropsychologues, psychologues, infirmiers, orthophonistes, neurologues, gériatres, psychiatres… Ensuite, des examens complémentaires sont réalisés (prise de sang, imagerie cérébrale…). Le plus souvent cette démarche est fractionnée en plusieurs séances. A l’issue de celle-ci, un diagnostic peut être posé. Celui-ci est expliqué au patient et à ses proches. Puis, un plan de soins est réalisé et un suivi organisé. Le médecin traitant est informé et reste au centre du plan de soins. Parfois, lorsque le diagnostic est difficile à établir ou dans certains cas particuliers (sujet jeune, forme génétique…), le patient est adressé au CMRR de référence. Enfin, le malade peut aussi intégrer un protocole de recherche sur ces maladies. Bien entendu, il peut être nécessaire de revoir le patient à plusieurs reprises avant de pouvoir effectuer un diagnostic. Egalement, il peut s’agir d’une plainte isolée, sans maladie, et l’enjeu de la consultation est de rassurer et d’informer.

Pour conclure, les consultations mémoire de proximité et les CMRR ont un rôle fondamental dans le diagnostic et la prise en soins complexe et interdisciplinaire des malades atteints d’une maladie d’Alzheimer ou apparentée dont le nombre va croissant.

 

Liens pour les références :

 1. Ankri Joël, « Prévalence, incidence et facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer », Gérontologie et société 1/2009 (n° 128-129) , p. 129-141 

2. Gallez C. Rapport sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. 2005 

3. Plans nationaux Alzheimer

4. Site de la Fédération Nationale des CMRR http://www.fcmrr.fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.