Julien Vernaudon
Citoyen et médecin
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2021

Julien Vernaudon
Citoyen et médecin
Abonné·e de Mediapart

Soigner, Manifeste pour une reconquête de l'hôpital public et du soin

Issu d'une réflexion collective, dans le contexte du Covid, notre ouvrage regroupe un manifeste, un glossaire critique et des témoignages sur le soin à l'hôpital et hors de ses murs. Il exprime un refus de voir périr l'hôpital public et se déliter le soin sous la pression de spécialistes financiers, d'experts en management et de cabinets de conseil, enfermés dans un langage qui nous échappe.

Julien Vernaudon
Citoyen et médecin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les éditions C&F publient notre ouvrage du collectif Les Furtifs dans la collection Interventions, intitulé Soigner, Manifeste pour une reconquête de l'hôpital public et du soin 

15 € - ISBN 978-2-37662-026-6 - 13,5 x 21cm - 126 p.

https://cfeditions.com/soigner/

Partie manifeste en libre accès

Présentation de l'ouvrage 

« La santé, les services publics de santé, le prendre soin, avec l'épidémie, n'ont jamais été autant au coeur de nos vies. Aussi voulons-nous les remettre au coeur de la cité. Nous voulons en faire l'affaire de tous, une res publica. »

La pandémie du covid a démontré l'urgence de faire vivre et développer le service public de santé et les pratiques du soin. Une telle reconquête demande une vaste réflexion collective incluant l'ensemble de la population, partant des besoins et du travail vivant.


Cet ouvrage regroupe un manifeste collectif, un glossaire critique et des témoignages sur le travail du soin à l'hôpital et hors de ses murs. Il exprime un refus de voir périr l'hôpital public sous nos yeux, de voir se déliter le soin sous la pression de spécialistes financiers, d'experts en management et de cabinets de conseil, enfermés dans un langage qui nous échappe.

Interview de Fabienne Orsi, coordinatrice de l'ouvrage

La crise sanitaire a accentué celle de l'ensemble des milieux du soin. Vous avez réussi à faire coopérer les diverses professions de santé et les usagers dans cet ouvrage. Quelles ont été les étapes ?


C'est une belle histoire, une étincelle au plus profond de la pandémie, qui est issue de la démarche que nous avions initiée quelques mois plus tôt en lançant les ateliers pour la refondation du service public hospitalier. S'écouter, prendre le temps de se comprendre, accepter de douter, sortir de ses certitudes. En fait les furtifs, sont aussi pour la plupart ceux qui sont à l'origine de la conception des ateliers de Montreuil (2020) et de Marseille (2021). Nous avions prévu l'atelier de Marseille pour le mois de janvier, tout était prêt et puis nous avons dû reporter à une date inconnue à cause de la pandémie. Nous ne pouvions pas rester sans rien faire, nous aurions perdu le lien et le souffle qui nous unissaient. Alors nous avons décidé d'écrire, écrire dans un élan vital, écrire pour resister er rester unis, malgré tout.


Comment s'est déroulée l'écriture de ce manifeste ?


Mon idée était de proposer un texte appelant à la rencontre, à la reconquête de notre désir, de notre pouvoir d'imagination créatrice. À plusieurs, nous avons proposé une première architecture qui a suscitée l'enthousiasme. Des groupes se sont ensuite constitués pour écrire. J'ai organisé la mise en cohérence des différentes parties du texte, nous nous sommes réunis en visio à plusieurs reprises jusqu'à obtenir notre manifeste. Nous voulions un texte court et percutant, accesible à tous et toutes. Nous y avons ajouté un glossaire des termes utiles pour éclairer notre propos. J'ai beaucoup apprécié cette expérience d'écriture collective avec des personnes aussi différentes et venant de multiples univers. Bien sûr nous avons connu des moments de tension et de désaccord, mais c'est le propre de la rencontre et de la création.
Un nouvel atelier va se tenir à Marseille en juillet 2021. Comment faire progresser l'idée d'un changement radical des politiques du soin et de la santé ?


L'idée ne pourra progresser que si le plus grand nombre s'en empare. Ce changement radical est à construire. Pour cela il est important d'inventer des espaces et des lieux où l'on peut apprendre les uns des autres, débattre, prendre le temps d'élaborer une connaissance et un langage communs. Du soin, de la santé et de l'hôpital public, beaucoup en ont une expérience, une pratique ou un savoir spécifiques mais pas une connaissance d'ensemble. Si bien qu'on peut avoir tendance à laisser aux « experts » la tâche de proposer des solutions… ou pas. Il faut que la « chose publique » redeviennent l'affaire de tous. Nous voulons oeuvrer dans ce sens et c'est l'objet de nos ateliers : se réapproprier collectivement la santé publique, créer des ponts, du débat, à partir de nos pratiques, expériences et savoirs de soignants, de chercheurs, de patients, d'usagers, d'aidants.


La santé en commun signifie une implication de toutes et tous, depuis les actions de prévention jusqu'à l'inclusion dans le soin. Pourquoi les communs sont-ils une opportunité pour redéfinir les politiques de santé ?


Je préfère parler d'une approche par les communs, c'est-à-dire faire en sorte de créer du lien et des échanges entre personnes qui, jusque-là, ne se parlaient pas. Mettre en commun des savoirs et des pratiques et construire à partir d'eux. Lors de la préparation de nos ateliers et pendant notre écriture collective, nous avons beaucoup appris les uns des autres. Cela nous inspire pour avancer des pistes de travail comme celle de réinvestir la médecine sociale qui oblige à prendre en compte les milieux de vie ou encore en mobilisant les principes fondateurs de la psychiatrie de secteur, pourtant très fortement attaquée par les gouvernements successifs. Cette « démarche en commun » nous aide à repenser les notions de soin, de collectifs de soin, du rapport à l'autre. C'est également un moyen de réfléchir à la notion d'hôpital dans et hors ses murs, la place que nous avons envie de lui donner dans la cité. Le champ de la santé est très cloisonné et très hiérarchique, les frontières sont étanches en son sein même mais aussi avec le champ du social. Ceci relève de l'histoire longue. Le pouvoir est concentré, les pratiques démocratiques et horizontales quasi inexistantes. Nous sommes donc aux antipodes de la logique des communs. Dès lors décider de partir de cette approche par les communs pour repenser la santé et le soin signifie s'engager dans un renversement radical de la manière de penser et de faire. Le chemin sera long, mais c'est un chemin porteur de possibles.


Les furtifs sont un collectif d'auteurs et d'autrices, pour la plupart engagés dans l'organisation des Ateliers pour la refondation du service public hospitalier. L'Appel fondateur de ces ateliers a été initié à l'orée de l'été 2020 par : le Collectif Inter-Urgences, les Économistes atterrés, le Collectif Inter-hôpitaux, le Printemps de la psychiatrie, les Ateliers travail et démocratie, puis repris par de nombreux collectifs et signataires individuels. Une seconde session aura lieu à Marseille les 3 et 4 juillet 2021.


"L’hôpital public est malade. Enserré dans un étau budgétaire, son fonctionnement, ses règles administratives, la place qu’il occupe dans la politique de santé ont petit à petit conduit à marginaliser le soin dans les décisions. Il est temps qu’au côté du personnel de santé, la société dans son ensemble travaille à remettre en chemin ce navire en déroute."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org