Pouvoir sanitaire aux soignants et aux usagers! des nouvelles

Cela fait désormais un peu plus de 7 mois que nous avons lancé cette tribune/pétition. Nous sommes à ce jour 5.540 signataires. Cependant, même si le nombre de signataires peut paraître très modeste, le collectif #SoignonsEnsemble jouit d’un capital symbolique et participe activement à un travail concret de réflexion sur la refondation du service public de santé.

thumbnail-logo-02-b-mini

Chères et chers signataires,

Cela fait désormais un peu plus de 7 mois que nous avons lancé cette tribune/pétition que vous avez signée et nous vous en remercions à nouveau. Nous sommes à ce jour 5.540 signataires. Nous avons connu et nous connaissons encore de multiples difficultés au quotidien qui peuvent entraver notre mobilisation. Les normes sanitaires sont également peu propices aux échanges entre nous : la distanciation physique, le couvre-feu et le confinement ne favorisent pas les interactions sociales et les discussions. La période estivale nous a plongés dans une phase d’attente et d’interrogations avant la « deuxième vague ».

Toutefois, le constat que nous avions collectivement posé sur notre système de santé, et tout particulièrement sur la démocratie sanitaire, reste identique. Après l’épisode du printemps, le pouvoir décisionnaire n’a absolument pas évolué. Aucune leçon ne semble avoir été tirée en ce sens. Le Ségur de la Santé, sur ce sujet comme bien d’autres, est un fiasco et une opération de communication pour faire taire temporairement toute contestation. Aucune garantie quant à une démocratisation du pouvoir à l’hôpital public n’a été offerte puisque la réforme qui se profile s’appuie sur le rapport Claris dont les travaux avaient été largement engagés avant le Covid.

La période de « l’entre-deux-vagues » a été marquée par une reprise sèche du pouvoir par l’administration dans la santé et l’éviction des usagers, des soignants, des citoyens dans les processus de décision.

Tout ceci pourrait nous décourager.

Cependant, même si le nombre de signataires peut paraître très modeste, ce collectif #SoignonsEnsemble que nous avons construit ensemble et que vous toutes et tous soutenez jouit d’un capital symbolique qui n’est pas à sous-estimer. La diffusion de cette pétition a été importante notamment via les réseaux sociaux, sa visibilité a été accrue grâce à la diffusion des reportages et entretien télévisuels (France 2, France 3 dans toutes les régions), radiophoniques (France Bleu Limousin) et dans la presse écrite.

Ce capital symbolique se traduit par notre participation à ce qui est une entreprise très prometteuse de réflexion et de travail intense portant sur la refondation du service public hospitalier au sein d’un atelier comprenant : citoyens, soignants, chercheurs, économistes, écrivains… Un premier atelier national a eu lieu à Montreuil le 10/10/20, un deuxième est prévu les 23 et 24/01/21 à Marseille. L’ambition de ces ateliers est de créer une dynamique de réappropriation collective du service public hospitalier (compris ici au sens large incluant les professionnels libéraux conventionnés secteur 1), travailler ensemble à sa redéfinition, réfléchir à l’hôpital public et aux collectifs de soin que nous voulons ainsi qu'à leur place dans la Cité. C’est bien grâce à votre soutien que nous avons pu participer à ces ateliers.

Cette tribune a également eu un écho national auprès de nombreux intellectuels, chercheurs et citoyens.

Nous entrons dorénavant dans une nouvelle ère : nous venons de franchir un palier dans la destruction de notre écosystème. Nous devons en prendre acte et réfléchir ensemble aux outils qui nous permettrons de faire face collectivement aux instabilités sanitaires à venir*. Nous devons poursuivre cette mobilisation collective et tout le travail débuté avec pour horizon 2022 afin de porter sur l’agora des propositions concrètes et solides pour une reprise de pouvoir démocratique au sein des institutions de la Santé. Celle-ci est notre bien commun, elle doit donc être gérée en commun et non plus comme c’est malheureusement encore le cas de manière verticale, technocratique et déconnectée du terrain. Il est temps de changer les règles du pouvoir décisionnaire. Le gouvernement s’enferre de plus en plus dans son autoritarisme sans saisir les aspirations des citoyens éprouvés par cette période difficile. Gramsci disait que dans une crise : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Ne laissons pas surgir les monstres technocratiques et autoritaires, mobilisons-nous et diffusons à nouveau ce message : le pouvoir sanitaire aux soignants et aux usagers !

*La pandémie, l'anthropocène, et le Bien commun. Benjamin Coriat, Les Liens Qui Libèrent 2020

 

https://www.change.org/SoignonsEnsemble

thumbnail-logo-02-b-mini

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.