Juliette BOUCHERY
Comédienne, auteure, traductrice
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 mai 2021

Juliette BOUCHERY
Comédienne, auteure, traductrice
Abonné·e de Mediapart

Petites faussetés: leçon de politique ordinaire

La communication officielle expliquait que nous occupions pour exiger la réouverture des lieux de culture ; maintenant, elle expliquera que nous bloquons cette réouverture. Étonnant, non ?

Juliette BOUCHERY
Comédienne, auteure, traductrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parce qu’il faut mentir, n’est-ce pas. Il faut s’arranger entre gens qui se détestent mais qui pensent avoir les mêmes intérêts – contre nous.

Petite leçon de choses, promenade dans ce marigot qui n’a aucun intérêt et ne satisfait personne, pas même ceux qui sont plutôt bien placés sur le tas de fumier.

Nous occupons les théâtres pour refuser la précarisation en marche.

Toutes les précarisations.

Le ministère allonge des fonds et cocoricote que les intermittents sont sauvés, or nous n’avons obtenu aucune de nos revendications. Nous voulons le retrait de la réforme du chômage, la prolongation des droits pour tous, la baisse du seuil d’accès à l’indemnisation, une garantie d’accès aux congés maternité et maladie pour tous, une augmentation des cotisations sociales pour garantir les droits sociaux. En elle-même, la réouverture des salles n’a aucune pertinence.

Mais voilà, la réouverture est annoncée le directeur du théâtre nous annonce que le sous-préfet s’opposera à la réouverture tant que nous serons dans les lieux (« c’est pas moi, c’est l’autre »). Nous répondons que la cohabitation est tout à fait possible : 346 personnes (le tiers de jauge de la salle) peuvent parfaitement entrer sans risque. En prime, ils verront une expo photo de nos actions et nous entendrons expliquer notre présence. Sympathique, non ?

Eh bien non.

Écran de fumée, le triangle (directeur, maire, sous-préfet) continue à se renvoyer la balle. Hier, nous avions rendez-vous avec le directeur du théâtre et plutôt que de nous plier au protocole habituel, rendez-vous à 2 ou 3 dans son bureau, nous l’invitons à nous rejoindre et à s’exprimer devant notre collectif. En faisant un barouf mémorable dans le hall du théâtre et en chantant You say yes, I say no, you say stop and I say go go go. Négociations, non il ne veut pas venir, non, pas un terrain neutre non plus, non il annule le rendez-vous. Au moment où il devait parler avec nous, construire avec nous la suite de notre cohabitation, il était de l’autre côté de la rue à discuter avec le maire et le sous-préfet.

Nous parlons ici d’un directeur qui se targue de faire du théâtre subversif. Son dernier spectacle parle de désobéissance. J’ai trouvé cette critique de son personnage :

« Ce dernier est parfait en patron bienveillant et désabusé, prêt à tout pour se débarrasser de ce récalcitrant subalterne, quitte à « être émasculé dans sa virilité de chef d’entreprise », quitte à déménager ses locaux plutôt que de devoir appeler la police pour déloger ce locataire encombrant. »

On est en droit de savourer.

Les vieilles ficelles, faire pression, souffler le chaud et le froid, mentir, sont tellement bornées, dépassées, elles sont la maladie du monde. Partout, des collectifs et même des entreprises, expérimentent un mode de fonctionnement souple, organique, dans lequel chacun est en responsabilité et mène sa tâche comme il l’entend, avec la confiance des autres – des tâches qui ont une utilité évidente.

Et en face, la logique du vieux monde : la communication officielle expliquait que nous occupions pour exiger la réouverture des lieux de culture ; maintenant, elle expliquera que nous bloquons cette réouverture. Étonnant, non ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma