UN COMPLOT, C’EST CACHÉ. LÀ, TOUT EST SUR LA TABLE !

Comment imaginer qu’on nous veuille du mal ? Ou plutôt qu’on n’ait pas notre intérêt à coeur ?

Comment imaginer qu’on nous veuille du mal ? Ou plutôt qu’on n’ait pas notre intérêt à coeur ?

Sérieusement, je tiens à dire que je réprouve ce complotisme qui empoisonne le débat.

Ce n’est pas comme s’il y avait eu... le Médiator, par exemple – et s’il a existé, on l’a forcément retiré du marché dès le premier cas suspect. Le Médiator ainsi qu'une foule d’autres médicaments !

Ce n’est pas comme si on avait continué à utiliser l’amiante bien après que sa nocivité soit démontrée. Pas comme si l’eau était truffée de saletés et la nourriture arrosée de poisons. Mais non, voyons, comment imaginer un seul instant que l’on s’abaisse à de telles pratiques, qu’on nous vende – attendez, laissez-moi rire – qu’on nous fasse payer pour avaler des produits qui nous tuent ! Allons, s’il pouvait y avoir des interactions néfastes, des accumulations de perturbateurs endocriniens par exemple, ça se saurait !

On ne peut tout de même pas imaginer que nos élus, mis en place pour relayer nos choix de société, auraient pour tout horizon, pour unique mesure-étalon de la réussite, de se faire bien voir des multinationales. Voyons ! La probité, c’est la ligne inflexible de nos représentants. Ils sont à notre service, dévoués, ils se donnent jusqu’à l’épuisement. Ce n’est pas comme si un seul d’entre eux avait un casier judiciaire !

Où irait-on chercher que les multinationales, qui usent entre elles de manières d’une crudité absolue, qui enfoncent, dépècent, etc. traiteront les simples citoyens autrement que par la douceur. Aujourd’hui, dans notre époque éclairée ? On a si peu besoin de travailleurs, tellement moins besoin de consommateurs, la population gène, dérange, use trop de ressources, la population est vraiment trop nombreuse, elle gronde un peu, elle menace, mais on va forcément prendre ses demandes en compte, penser son bien-être, lui faire une place à la table du grand partage !

Ce n’est pas non plus comme si les services d’information officiels relayaient une ligne unique, ultra-anxiogène. On sait bien que cela tétanise une population et on ne veut pas que la population souffre. On tient à présenter tous les aspects de chaque question, pour bien éclairer les choix de citoyens sains, libres et critiques.

Ce n’est pas comme si on nous avait jamais menti !

Ou comme si on allait mettre en place un réseau de surveillance pour tout savoir, tout prévenir, parquer le monde entier dans un enclos sous le faisceau des caméras – parquer le monde entier chez lui et relever chacun de ses échanges – au cas où ! Au cas où quoi, attendez, ça n’a aucun sens, c’est de la paranoïa pure !

Non, non. Un terrible virus s’est abattu sur nous et vous le voyez bien, les dirigeants font leur possible pour nous préserver. Chaque piste médicamenteuse est explorée sans le moindre parti pris, les remontées du terrain sont prises en compte en temps réel mais bon, on n’a jamais vu un virus réagir à un médicament alors on a vite opté pour l’option vaccinale et là, une planète entière à vacciner, ce n’est pas du tout un marché juteux alors comment peut-on avoir la tête assez mal faite pour imaginer qu’on soit allé un peu vite dans cette direction, un peu vite pour produire des vaccins d’un modèle tout nouveau, tout beau et pour tout dire expérimental ? Mesurons l’opportunité qui nous est donnée de faire avancer la science ! Il n’y a jamais eu aucune inquiétude sur la question de toucher au génome, tout est parfaitement balisé, connu, maîtrisé, comment voulez-vous qu’il y ait des problèmes ?

Et puis, si une foule de petites entreprises et de petits commerces ferment, s’il ne reste plus que les gros, très gros (et si possible en ligne), c’est le sens de l’Histoire, que voulez-vous, le modèle était dépassé.

Et si quelques malheureux s’oublient au point de voir une once d’indifférence, ou même de malveillance, dans ce tableau, que voulez-vous y faire ? Ils délirent. Ce sont des complotistes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.