Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

1040 Billets

4 Éditions

Billet de blog 13 sept. 2020

Dans la bouche: des cendres

Le théâtre du monde brûle et iels activent les braises, et iels soufflent sur les flammèches pour étendre le brasier : le chaos est leur élément naturel, leur vie réclame la mort des autres. Les profits enflent quand s’épaissit le tas des cadavres.

Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Turner, incendie du parlement de Londres 1834 (détail)

Le théâtre est en feu. Mais ce qui brûle les planches n’est pas l’excellence de comédienNEs au visage dissimulé, à la voix étouffée par le masque sanitaire : l’incendie dévorateur de la scène comme de la salle est la mesquinerie affairiste qu’incarne la caste des momies au pouvoir. Les momies, comme on disait au Chili quand la haine réactionnaire s’abattait contre les humbles, électeurs et électrices d’Allende* : ces membres momifiés de la bourgeoisie accrochés à leurs privilèges aux dépens de tous les autres, des travailleurs, des sans logis, ces va-nu-pieds.

« Mais qu’est-ce qu’il veulent encore ? Ils recommencent à nous faire chier ! », ronchonne samedi une mère de famille en s’asseyant dans le métro. Elle est fatiguée. Mais elle s’en prend aux Gilets jaunes, pas à la RATP qui a fermé sept stations de la ligne 9 sur ordre de la Préfecture : brimade générale pour une poignée de manifestantEs répriméEs. Punition collective sans autre mobile que de dresser une partie de la population contre l’autre : et ça marche. Leur sécurité, leur ordre, l’ordre des cimetières, iels l’imposent à coups de grenades et d’amendes salées, au rythme d’une succession de chicanes qui font plier les échines et se baisser les têtes.

Le théâtre du monde brûle et iels activent les braises, et iels soufflent sur les flammèches pour étendre le brasier : le chaos est leur élément naturel, leur vie réclame la mort des autres. Les profits enflent quand s’épaissit le tas des cadavres. Nous pourrions ricaner devant le ridicule du nouvel histrion, qui endosse à son tour le costume spiralé du père Ubu. Le sinistre de l’intérieur essaye les talonnettes de son illustre prédécesseur devenu président puis conférencier puis écrivain, à succès, bien sûr : jamais taulard, mafieux toujours. Voilà l’élite qui nous est réservée : rance et raciste, se rêvant de Gaule et virant Franco ou Pinochet. Les petits Pétains en herbe, ça pousse dru sur le brûlis. L’avenir nous a un goût de cendres et derrière nos masques nos sourires s’effacent.

Les enfants sont la tache aveugle du désastre. Tandis que parmi les flammes, on aiguise déjà les couteaux de la prochaine élection présidentielle, les enfants disparaissent du décor. On ne voit plus que leurs yeux tristes et las au dessus des masques épais et trop grands qu’on leur colle sur la bouche. Depuis des mois, on rabâche aux enfants qu’iels sont vecteurs et vectrices du virus et qu’iels tueront leur grand-parents par un bisou sur la joue. AgentEs de la mort de celleux qu’iels aiment, iels doivent se tenir à distance sinon... CertainEs ont perdu unE proche. Alors leur corps se ratatine sur les chaises du collège. DéscolariséEs brutalement en mars, rescolariséEs brutalement fin juin, iels suffoquent en septembre et peinent à entendre ce qu’explique le ou la professeurE qui n’entend pas mieux ce qu’iels répondent du fond de la classe. Qu’importe, ce ne sont que des enfants : iels doivent obéir pour leur bien. Pas besoin de leur demander comment iels vivent avec tous ces empêchements de vivre, de rêver, de jouer, ces empêchements d’être unE enfant : c’est comme ça, c’est la guerre. Et tant pis si l’illettrisme progresse faute de pouvoir enseigner dans des conditions correctes. Tant pis si les traumatismes se multiplient et s’aggravent de rester ignorés, niés. À quoi bon voir plus loin que le bout de la table, puisque l’école elle aussi se consume ?

Et tandis que les incendies criminels se multiplient de Beyrouth à Lesbos en passant par la Californie, les momies d’aujourd’hui se targuent d’incarner la modernité, et se frottent les mains, partout, au-dessus des foyers ardents.

* Sur les mille jours de l’Unité populaire et du gouvernement d’Allende, lire Le temps des humbles, de Désirée et Alain Frappier (Steinkis).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal — Discriminations
Le cimetière oublié des enfants de Saint-Maurice
Entre 1962 et 1964, trente et un enfants de harkis ont été enterrés à même le sol sur un terrain militaire situé non loin du camp de Saint-Maurice, dans le Gard. Avant d’y être volontairement oubliés… Pour l’heure, les fouilles menées officiellement sont restées vaines.
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain