Ouailles au bercail

Caserne désaffectée, garage vacant, salle polyvalente : nos édiles se sont pliés en quatre pour trouver un toit aux fidèles musulmans priés de ne plus prier dans les rues. On a tout de même aperçu une frange de tapis par ici, un orteil par là... les hangars reconvertis débordent, tant Allah est grand. Heureusement qu'à Madrid on peut encore prier à l'air libre : faire entrer les centaines de milliers de pèlerins des JMJ réunis pour la messe du Pape dans une auberge espagnole, aurait relevé du miracle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.