Un homme de droite l'habite?

Et dire qu'elle a vécu toutes ces années dans l'ignorance de l'occupant, qui logeait en son corps sans même lui payer l'écot ! Le salaud s'est bien caché avec son costard cravate et ses mocassins à pompons.

Corset physiologique © Dardelin Corset physiologique © Dardelin

Ciel bleu de glace et trottoirs glissants. Enroulée dans la couverture palliant le chauffage médiocre, elle regarde par la fenêtre les derniers passants frigorifiés. Un lampadaire s'allume dans la rue déserte où la nuit s'installe. Soirée hiémale propice à la méditation. Sens de la vie, vanité de l'existence, fragilité des apparences sur le vaste théâtre du monde, tout y passe. Mais, tandis que la vitre tourne au noir, reflétant maintenant l'intérieur du salon et le canapé sur lequel elle attend déjà le printemps, une question la taraude : où trouver en moi cette part d'homme de droite qui existe chez chacun d'entre nous ?

L'axiome lancé par le premier ministre l'a plongée dans un abîme métaphysique. Le front se plisse, les mains serrent la tasse de thé brûlante. Un petit nuage de vapeur s'élève, cotonneux, évanescent, semblable à sa pensée tentant de saisir au col l'intrus : cet homme de droite sournoisement installé au plus profond d'elle-même. Et dire qu'elle a vécu toutes ces années dans l'ignorance de l'occupant, qui logeait en son corps sans même lui payer l'écot ! Le salaud s'est bien caché avec son costard cravate et ses mocassins à pompons.

Mais rien ! Désespoir, suées d'angoisse : l'exercice d'introspection vire au cauchemar. Pourtant à l'affût du début de la moindre ombre d'un soupçon de désir d'autorité, elle ne trouve rien. Amour pour la police ? Point. Frissons martiaux devant le treillis, les galons, et le doux bruit des canons ? Mie. Dévouement admiratif pour le chef aux grosses corones ? Bernique. Allergies pustulentes aux syndicats ? Zéro. Tendresse pour un petit pactole qui gonfle au soleil d'une assurance vie et d'un investissement en pierre de taille ? Des clous. Rêves de lingots et d'une propriété secondaire en Vendée avec piscine et tennis ? Peau de zébi. Méfiance pour l'étranger, le basané, le métèque, le pas comme nouzautres ? Oualou. Qu'un sang guimpur abreuve nos siphons ? Que dalle. Racines chrétiennes de la France éternelle qui part en couilles avec tous ces noirs et ces arabes ? Nib. Macache. Keutchi. Néant.

Le bide. Pas même l’écœurement d'un relent d'encens refroidi au fond d'un confessionnal, le fumet rance d'une boutique de notaire qui colle au poil de chameau longtemps après l'encaissement de l'héritage. Pas plus d'homme de droite dans toute l'étendue de sa petite personne que de femme de gauche dans l'éminence satisfaite de Manuel Valls.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.