Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

1040 Billets

4 Éditions

Billet de blog 21 mars 2019

Anticasseurs, tu perds ton sang froid

Il n’aura pas suffi de crever les yeux, ni d’arracher les mains, ni de blesser les corps et les têtes, il n’aura pas suffi de rafler, ni de mettre en garde à vue, ni de condamner lourdement, il n’aura pas suffi d’user et d’abuser de propagande, de mensonges et de faux débat.

Juliette Keating
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris, 2019 © Gilles Walusinski

Il n’aura pas suffi de crever les yeux, ni d’arracher les mains, ni de blesser les corps et les têtes, il n’aura pas suffi de rafler, ni de mettre en garde à vue, ni de condamner lourdement, il n’aura pas suffi d’user et d’abuser de propagande, de mensonges et de faux débat. Grenades, gaz, matraques, canons à eaux et à pourriture, éditocrates à la botte et numéro de claquettes présidentiel, menaces, menottes et geôles : la peur entretenue n’aura pas réussi à faire plier l’échine et rentrer chez elles les victimes rebellées de la guerre sociale.

Quoi ?! Les manants se rebiffent encore ? Qu’on leur envoie l’armée, les flics sont fatigués. Et le président ne veut plus voir les flammes du Fouquet’s ou des Ferraris en feu faire fondre la neige sous ses skis. Ah mais non, ça n’est pas fini.

Car elles sont là, les années de sévices. À coups de réformes votées par trois pelés insomniaques dans une Assemblée déserte, les gouvernements gangsters et l’aristocratie parlementaire ont démoli les services publics et les conquêtes sociales arrachées au capital, détruit la vie de tout le tiers état, laminé quatre-vingt dix pour-cent de la population au bénéfice de dix pour-cent de winners. Nul n’est dupe, chacun sait que les vrais casseurs sont de ce côté là des barricades : du côté du pouvoir et de la répression, du côté de l’insatiable exploitation du pauvre pour engraisser le riche, du côté de l’argent qui paye la violence dite légitime, celle qui défend bec et ongles le capitalisme.

Dans ce monde vissé par la gouvernance néolibérale, il n’y en aura pas pour tout le monde. Pas assez d’eau propre et d’air pur, pas assez de terres non polluées, pas assez de pétrole. Alors qu’on laisse s’entre-tuer la jeunesse dans les banlieues ghettos, qu’on abatte les vieux puisqu’ils sont pauvres, qu’on laisse crever les malades aux urgences et mourir lentement de faim et de désespoir les chômeurs, de froid les sans logis, même les bébés. On noie les migrants dans les eaux glacées du calcul égoïste et on envoie l’armée pointer ses canons contre l’ennemi intérieur : les populations-même, ces gaulois réfractaires, ces sans-dents qui osent encore mordre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon